A C T U A L I T E S
  30-07-2012  SANTÉ : à propos des MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES, la CPAM d'AQUITAINE informe les usagers assurés sociaux...

       
                     Journal Sud Ouest© Photo illustration AFP  

        LES MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES

"Un médicament générique est un médicament identique ou équivalent à celui d'une marque (appelé médicament princeps), mais produit et vendu sous sa dénomination commune internationale (DCI, nom chimique de la substance) ou sous un nouveau nom commercial. La substance active (ou principe actif du médicament) en est identique à celle du produit de marque, les seules différences possibles étant la présentation et les excipients
."
Un médicament générique a la même molécule active que le médicament d'origine.
Un médicament générique coûte moins cher que le médicament d'origine.
La nouvelle convention entre l'Assurance-Maladie et les pharmaciens prévoit de développer davantage l'utilisation des médicaments génériques afin de réaliser des économies.

"Un médicament générique a notamment la même composition en principes actifs(substances à l’origine de l’efficacité du traitement), la même composition qualitative et quantitative en principes actifs et la même forme pharmaceutique (comprimé, gélule, sirop…) que le médicament princeps."
[http://www.sante.gouv.fr/qu-est-ce-qu-un-generique.html]
Même principe actif, même dosage, même mode d'administration : un médicament générique est un produit identique au médicament d'origine qui lui sert de modèle,sauf que certains composants dépourvus d’activité thérapeutique, appelés « excipients » et utilisés notamment pour donner sa forme ou son goût au médicament, peuvent varier entre le médicament d'origine et son générique. De façon générale, l’un ou l’autre peut être utilisé indifféremment, avec une efficacité équivalente. C’est pourquoi la loi autorise les pharmaciens à remplacer les médicaments prescrits par leurs équivalents génériques : c’est ce qu’on appelle le droit de substitution.
Le principal avantage des génériques est économique : en règle générale, ils sont moins chers que les médicaments de marque et sont donc susceptibles de faire réaliser de substantielles économies à l’Assurance maladie. Il faut noter que les médicaments génériques sont remboursés au même taux que le médicament original.


Si le patient refuse la substitution d'un médicament princeps par un générique, la dispense d'avance de frais (Tiers payant) peut lui être refusée. Il sera néanmoins intégralement remboursé par son organisme de sécurité sociale.

Le patient qui choisit le médicament princeps plutôt que le générique indiqué sur son ordonnance ne peut pas prétendre au tiers-payant en pharmacie. Il doit régler l'intégralité de l'ordonnance sur laquelle se trouve la spécialité qu'il ne veut pas génériquer. Ensuite, il devra voir directement avec l'Assurance Maladie pour se faire rembourser mais dans tous les cas il devra régler la différence de prix de sa poche, et ce, quelle que soit sa situation en regard de l'Assurance Maladie (CMU-C, ALD à 100% etc.)
.

En France, les pouvoirs publics ont promu activement leur développement depuis la fin des années 1990. Depuis, les génériques ont connu une progression significative. En 2007, ils représentaient 20 % du nombre de boîtes de médicaments remboursables vendues en France (soit 9,6 % du coût total des médicaments remboursables).
Le nombre des génériques disponibles sur le marché devrait connaître une spectaculaire progression dans les dix ans à venir
. L’Assurance maladie compte sur ce développement pour réaliser des économies sur les remboursements des médicaments les plus anciens. Mais d’aucuns s’interrogent, et pas uniquement au sein de l’industrie pharmaceutique, sur les conséquences de cette progression attendue des génériques sur la recherche et le développement de nouvelles spécialités.

L'Assurance Maladie est un acteur de santé responsable. Pour assurer la pérennité du système de protection sociale, l'Assurance Maladie s'est effectivement engagée, sous l'autorité du Ministère de la Santé, à réduire le montant des dépenses de santé. Et le générique y contribue.
Le générique est généralement moins cher que le médicament princeps, car ce dernier est un médicament de marque. En France, le prix d'un médicament remboursé de marque et celui de son (ou ses) générique(s) ne sont pas libres. Ils sont déterminés par le Comité économique des produits de santé (CEPS) qui agit sur mission du Ministère de la Santé. Depuis le 1er janvier 2012, les professionnels (pharmaciens et grossistes) bénéficient d'une réduction de prix de 60% sur des génériques, qu'ils répercutent sur le consommateur, après déduction de leur marge. Au comptoir, le patient l'achète ainsi en moyenne 45% moins cher que son équivalent princeps.

Les génériques sont des médicaments comme les autres, régis par une réglementation particulièrement stricte. L'efficacité d'un médicament réside dans son principe actif. Dès lors qu'un générique est mis sur le marché, le laboratoire qui souhaite le commercialiser doit prouver par des essais protocolisés que son générique est bioéquivalent au médicament de référence ou princeps (càd qu'il contient non seulement les mêmes principes actifs que le médicament princeps mais que la concentration du médicament dans le sang est équivalente).
Pour mémoire : un médicament générique est en moyenne 30 % moins cher que le médicament de marque : le princeps. En 2011, les génériques ont permis à la CPAM d’économiser 12 millions d’euros dans le département
de la Saône et Loire.
                                                                    Communiqué de presse 
                                                                         
Cpam de la Gironde 
                                                                              
27 juillet 2012

 

Nouveau : en cas de refus du générique

les assurés doivent régler leurs médicaments

Pour bénéficier de l’avance des frais, les assurés doivent accepter le médicament générique
proposé par leur pharmacien. En cas de refus, ils devront régler leur médicament.

 

Désormais, un assuré qui refuse un médicament générique proposé par son pharmacien ne pourra bénéficier de la dispense d‘avance (tiers payant).

Cette disposition s’applique à tous les assurés, quel que soit leur régime d’appartenance et leur situation (bénéficiaire de la Cmu, patients en ALD, en accident du travail, en congé maternité…).

 

Si le médecin prescrit des médicaments pour lesquels il n’existe pas de génériques, le dispositif ne s’applique pas et le pharmacien peut proposer la dispense d’avance des frais.

 

Les médicaments génériques sont aussi efficaces, aussi sûrs et plus économiques. En les acceptant, les assurés participent à l’effort collectif de maîtrise des dépenses de santé et contribuent ainsi à préserver notre système de santé.

"Les médicaments génériques ne sont pas des médicaments « au rabais ». Ils répondent aux mêmes exigences de qualité, de sécurité et d’efficacité que les médicaments princeps."
[http://www.sante.gouv.fr/qu-est-ce-qu-un-generique.html]

 

               
          
                         ATTENTION !
    
Pour faciliter l'accès à la liste des pharmacies de garde sur tout le territoire, un numéro national a été mis en place par RÉSOGARDES : le 3237
Ce service fonctionne 24h sur 24 et 7 jours sur 7.

                                                           
 
                                                

                     

    Rechercher

  •  
  •