A C T U A L I T E S
  01-07-2020  LE PAIEMENT DE PROXIMITÉ : PAYER SON IMPÔT CHEZ LE BURALISTE, C'EST POSSIBLE !

                                                              

Payer ses impôts chez le buraliste, c'est possible en 2020
La Direction générale des finances publiques (DGFiP) vient en effet de lancer un nouveau dispositif, baptisé « paiement de proximité », qui permet de régler vos impôts, mais aussi des amendes et certaines factures de service public (cantine, piscine, hôpital, etc.) directement chez votre buraliste.
Concernant les impôts, l'usager peut régler au guichet du buraliste en espèces ou en carte bancaire jusqu'à 300 euros. Au-delà de ce montant, il est obligatoire de procéder à un "paiement dématérialisé" (par TIPSEPA ou via un paiement en
ligne sur le site impots.gouv.fr, rappelle le Ministère des Finances.

La direction générale des Finances publiques a noué un partenariat avec le réseau des buralistes afin de proposer une offre de paiement de proximité pour régler vos impôts, amendes ou factures de service public (avis de cantine, de crèche, d’hôpital…).

Les buralistes partenaires afficheront ce logo. Vous pourrez y effectuer vos paiements en espèces, jusqu’à 300 euros, et par carte bancaire

Ce "
paiement de proximité" a vocation à s'étendre à toute la France à partir du 1er juillet 2020. Il sera possible dés lors que la facture comporte un code QR, dans des bureaux de tabac équipés de machines de la Française des Jeux dont la liste est détaillée auprès du centre des finances publiques local ou sur le site impots.gouv.fr. Les particuliers pourront régler en liquide (jusqu'à 300 euros) ou par carte bancaire (sans plafond sauf pour les impôts, plafonnés à 300 euros).
L'usager devra scanner le code de sa facture, et le buraliste n'aura accès qu'à la somme, et non au type de facture acquittée, pour des raisons de confidentialité. Selon la Confédération, 6.200 buralistes se sont déjà portés candidats (sur un total de 22.000 buralistes équipés de terminaux de la FDJ en France).

Les syndicats dénoncent "
un désengagement de l'Etat" qui "s'inscrit bien dans la braderie des services publics orchestrée par le gouvernement", selon un communiqué de Solidaires Finances Publiques. La CGT craint la suppression de nombreuses trésoreries et in fine une baisse du service au public.


    Rechercher

  •  
  •