A C T U A L I T E S
  15-08-2020  LE RACISME, C'EST QUOI ?
Selon l'Encyclopédie WIKIPEDIA, le racisme est une idéologie qui, partant du postulat de l'existence de races au sein de l'espèce humaine, considère que certaines catégories de personnes sont intrinsèquement supérieures à d'autres. Il se différencie ainsi du racialisme qui, partant du même postulat, ne considère pas les races comme inégales. Cette idéologie peut amener à privilégier une catégorie donnée de personnes par rapport à d'autresLe Petit Larousse a deux définitions du racisme, au sens strict du terme, comme « idéologie fondée sur la croyance qu'il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les « races » ; comportement inspiré par cette idéologie », et au sens large du terme, comme « une attitude d’hostilité répétée voire systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes ». 

"Le racisme, c'est l'idée selon laquelle l'espèce humaine serait composée de plusieurs races différentes. Certaines de ces races seraient « supérieures », tandis que d'autres seraient « inférieures ». Cette idée a conduit des peuples à vouloir en dominer d'autres. Par exemple, les Européens se sont longtemps appuyés sur le racisme pour dominer les Africains et pratiquer l'esclavage. L'Allemagne nazie, sous les ordres du dictateur Hitler, se considérait comme une race supérieure, la race Aryenne. Un exemple de racisme, d'antisémitisme et de xénophobie. Il y a quelques décennies, des États démocratiques, comme l'Afrique du Sud et les États-Unis, avaient encore des lois racistes ! L'Apartheid, la ségrégation raciale, la discrimination raciale..."


"Pourtant, la science a montré que les races n'existaient pas au sein de l'humanité, car nous partageons tous les mêmes gènes. La biologie, la science de la nature, ne reconnaît qu'une seule espèce humaine : la nôtre, Homo sapiens. Mais, au-delà de la science, c'est surtout la morale qui a conduit les humains à lutter contre le racisme. Comment peut-on accepter que certains soient dominés, méprisés ou persécutés à cause de leur couleur de peau ou de leur culture ?"
"En France, des lois punissent les actes, mais aussi les paroles racistes. Mais si les agressions racistes ont baissé récemment, les messages racistes, eux, se développent, en particulier sur les réseaux sociaux. Le meilleur moyen de lutter contre le racisme reste l'éducation, notamment dans les écoles. C'est pourquoi y est organisée chaque année, au mois de mars, une semaine d'éducation contre le racisme."
[ source : Frédéric FONTAINE https://www.1jour1actu.com/info-animee/cest-quoi-le-racisme ]

Une chose est certaine : des personnes Noires peuvent nourrir des sentiments de haine à l’égard des Blancs, c'est le cas de certains chanteurs rappeurs particulièrement violents et qui suscitent et appellent à la haine raciale, à la violence, faisant l'apologie du crime...Nick Conrad qui disait "je brûle la France jusqu'à l'agonie" Et "pendez les blancs"."Je rentre dans des crèches, je tue des bébés blancs, attrapez-les vite et pendez leurs parents, écartez-les pour passer le temps, divertir les enfants noirs de tout âge petits et grands. Fouettez-les fort faites-le franchement, que ça pue la mort que ça pisse le sang."
Criminel Réseau, le groupe de rap d'Alain G..Le rappeur marseillais Elams accusé de faire l'apologie de la violence, des armes et d'inciter à la haine contre la police..."J’ai un contact, j’récupère une kalash, voiture volée, baisse la vitre que j’les canarde, on brûle ton corps, on le jette dans un canal, une rafale dans la tête et on s’arrache", et la liste n'est pas exhaustive...

Si le racisme anti noir est évident, le racisme anti blanc existe aussi... "contesté, n'en déplaise à la majorité des chercheurs en sociologie qui rappellent l'importance du contexte historique et font une distinction conceptuelle entre le racisme des dominants — inscrit dans l'organisation sociale, il est systémique ou structurel — et l’existence de certains comportements individuels ou de groupes relevant de la haine raciale (injure raciste, harcèlement, agression, appel à la haine ou à la violence, etc.). Ces auteurs considèrent que la notion de racisme anti-Blancs n'est pas pertinente dans des sociétés où les Blancs sont en position de domination." [Wikipedia]

Suite à l'article roman fiction du magazine "Valeurs Actuelles", la député Danièle OBONO de la France Insoumise, et dans lequel elle se sent blessée, c'est plutôt l'arroseur arrosé, pour une dame qui fait du racisme anti blanc, et qui cherche visiblement tout simplement la victimisation. Des médias parlent de condamnations unanimes ! Mais c'est une honte ! Où est donc passé la liberté d'EXPRESSION ? Mais quelle est donc cette soi-disant "injure à caractère raciste". Y-a-t-il matière à outrage ? Messieurs les procureurs, messieurs les censeurs, vous vous égarez !
L
e magazine d'opinion a présenté toutes ses excuses, ce qui est respectueux, en ajoutant : "il s’agit d’une fiction mettant en scène les horreurs de l’esclavage organisé par des Africains au XVIIIème siècle""terrible vérité que les indigénistes ne veulent pas voir".
Le Directeur de la rédaction Geoffroy LEJEUNE a assuré que son titre de presse n'est pas "raciste" malgré les critiques de plus en plus nombreuses. La chaîne concurrente LCI a décidé de se séparer de ce jeune Directeur suite à la polémique. Celui-ci a été recruté par Cyril HANOUNA, comme chroniqueur "de Balance ton post" sur C8.
La chaîne LCI a critiqué, fustigé la  chaîne concurrente CNEWS, à propos de l'affaire de la Députée Danièle OBONO. Mais CNEWS n'a pas tardé à réagir avec le journaliste Pascal PRAUD.
"La colère de Pascal Praud. Hier, Gilles Pélisson, PDG du groupe TF1, a annoncé que Geoffroy Lejeune, directeur de la rédaction de "Valeurs actuelles", était écarté de LCI, chaîne sur laquelle il intervenait depuis plusieurs années. Cette décision a été prise à la suite de la publication le 27 août dernier par "Valeurs actuelles" d'un article dans lequel on pouvait voir la députée Danièle Obono représentée en esclave avec des chaînes autour du cou. Une illustration qui avait provoqué un tollé dans la classe politique. Sur Twitter, l'élue de La France insoumise à l'Assemblée nationale avait dénoncé le "racisme" de l'hebdomadaire, qui l'avait imaginée sous cet aspect controversé dans le cadre d'une série d'été de politique-fiction". "Ce matin, dans "L'heure des pros" sur CNews, Pascal Praud a ouvert sa quotidienne avec un édito brûlant dans lequel il a dézingué la chaîne concurrente pour avoir évincé Geoffroy Lejeune. "Elle l'a écarté sans jugement, sans procès, sinon la curée médiatique qui a suivi la publication du dernier numéro de 'Valeurs actuelles'. C'est peut-être ça, la vraie soumission : céder aux sirènes des minorités qui réclament des têtes et déboulonnent des statues", a entamé le présentateur. Et de lâcher ironiquement : "Félicitations à ceux qui ont pris cette décision où ils ont montré leur courage et leur colonne vertébrale". "Je ne doute pas que la presse française se mobilise, que les sociétés de journaliste hurlent à la censure, qu'Alain Finkielkraut, David Pujadas, Daniel Cohn-Bendit, Gérard Miller, quelques grandes voix que j'entends sur LCI, prennent position pour défendre un confrère injustement sorti de l'antenne", a poursuivi Pascal Praud. Pour le présentateur, "il y a deux poids", "deux mesures" : "J'attends les réactions de ceux qui travaillent chez notre excellent confrère, LCI (...) J'attends ce que ces gens vont dire sur la liberté d'expression, sur la liberté des journalistes. Il a un tort, Geoffroy Lejeune. Il est de droite. C'est un journaliste de droite. C'est terrible".[ source www.ozap.com ]

Mme la Députée Danièle OBONO de la 17ème circonscription de Paris, le 3 juillet 2020 tweete, après la nomination de Jean CASTEX devenu Premier Ministre :" nom: Jean CASTEX profil : homme blanc de droite, bien techno, gros cumulard". Si ces propos là ne sont pas du racisme anti-blanc, alors comment les qualifier ? On peut se poser la question : comment une députée de la République Française peut-elle se permettre de telles déclarations ?
"Pourquoi homme blanc, pourquoi blanc" lui demande le journaliste Jean-Jacques BOURDIN sur la chaîne BFMTV. ( Danièle OBONO invitée face à Jean-Jacques BOURDIN 02/09/2020 - BFMTV)
Mme la députée , il faudrait peut-être changer de ton, exprimer moins d'agressivité, mais plutôt de la sérénité, de la pondération et du calme qui seraient souhaitables. Et vos propos ne font que diviser, cliver les Français et appellent à une guerre civile entre Blancs et Noirs...

Voilà maintenant un magazine classé réactionnaire, d'extrême-droite, raciste. Quelle singulière et étonnante accusation ! Doit-on maintenant louer, glorifier les journalistes qui pensent à gauche ou à contrario baillonner, censurer ceux qui pensent à droite ? Mais liberté d'information, liberté d'expression, liberté d'opinion, liberté de pensée, où êtes-vous passées ?
Mais dans cette République (de Liberté) soi-disant démocratique, c'est à croire qu'on ne peut plus rien dire ???

L'expression 
racisme antiblanc fait référence à des actes d'hostilité à caractère raciste visant spécifiquement les blancs ou supposés tels. D'un point de vue occidental, parfois vu comme une forme de « retournement » du racisme, il est alors qualifié de « racisme inversé » ou « racisme à l'envers » (reverse racism aux États-Unis). Ces notions sont un objet d’étude de la sociologie, de la politologie et du droit, ainsi qu’un sujet d’actualité discuté dans les médias, par les intellectuels et dans la sphère sociale. [Wikipedia]

Mr le Garde des Sceaux, Éric DUPOND-MORETTI remet en cause "l'ensauvagement" constaté par le Ministre de l'Intérieur, d'une certaine population de la France, heureusement minoritaire.
Oui notre pays est perturbé par la racaille (ex Président Nicolas SARKOZY), la délinquance en forte recrudescence, la violence quotidienne de la "
France Orange Mécanique" (sic Xavier BERTRAND) qui déferle depuis deux mois dans le pays (homicides, viols, agressions, vandalisme, vols, pillages, saccages, destruction de biens publics, boutiques à Paris saccagées et pillées, l'insécurité grandissante, ( policiers, pompiers, soignants maintenant Maires) agressés, qui est selon lui, "un sentiment d'insécurité".
Brillant avocat à travers ses discours ou ses plaidoiries nombreuses, le Ministre de la Justice est-il devenu un avocat du diable, ou s'agit-il d'un couac gouvernemental ?
Pour s'être prononcé en mai 2015 en faveur de l'interdiction du Rassemblement national, affirmant que «c'est un parti qui n'est pas républicain», le nouveau Ministre de la Justice s'est fait étriller par Marine LE PEN. Dans son discours à Fréjus (Var = 83) ce dimanche 6 septembre, elle a souhaité réglé ses comptes avec le Garde des Sceaux, sifflé plusieurs fois par la Salle, et qu'elle a accusé d'être pire que Mme TAUBIRA (ex Ministre de la Justice).
L
a patronne du Rassemblement National, Marine Le Pen, avait réagi et s'était émue de la nomination à la Justice d'un militant d'extrême-gauche qui souhaitait l'interdiction du RN, premier parti politique d'opposition . "Ca promet...", avait-elle déclaré.
Peu après, l'avocat frontiste Gilbert COLLARD sortait le bazooka : "Nommer ce tank vociférateur dans un ministère d’équilibre, de neutralité, où les intérêts des avocats, des magistrats, des personnels pénitentiaires, des victimes, des justiciables, dans un équilibre de respect permanent, doit être organisé, [...] c’est une folie".
Mais c
omment peut-on se prétendre être le défenseur des droits de l'homme et des libertés et demander l'interdiction d'un parti politique parfaitement respectueux des institutions républicaines ? 
"Je suis sûr que je ne veux pas faire de politique", avait assuré le célèbre avocat, nommé Garde des Sceaux, dans un entretien à Marianne en 2018. Il qualifiait même l'idée de lui proposer le Ministère de la Justice de «saugrenue». En avril 2018, il assurait il y a deux ans qu'il ne se lancerait jamais en politique. Il avait même à l'époque balayé la question des journalistes de Marianne , qui lui demandaient s'il accepterait d'être garde des Sceaux un jour. «Non ! (rires) Que voulez-vous que j'aille faire là-bas ?», avait répondu «Acquittator», surnom ironique du célèbre avocat du Barreau de Paris.
Plusieurs Syndicats de Police dénoncent l'attitude du Garde des Sceaux. 
«Darmanin, l’élu de terrain, est dans la reconnaissance du réel et Dupond-Moretti, l’avocat multimillionnaire, est dans le déni, l’aveuglement idéologique et loin de la réalité des gens», dénonce ainsi Patrice RIBEIRO, secrétaire général de Synergie-officiers.

Sur Europe 1, le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a récusé ce terme d’« ensauvagement » prononcé par le Ministre de l’Intérieur, Gérald DARMANIN :

« L’ensauvagement, c’est un mot qui (…) développe le sentiment d’insécurité ».
Et d’ajouter : or « pire que l’insécurité, il y a le sentiment d’insécurité » qui est « de l’ordre du fantasme » et est nourri par « les difficultés économiques » et « certains médias ». On ne peut pas faire croire aux Français qu'il existe un sentiment d'insécurité en France, c'est inexact ! C'est au contraire l'insécurité réelle et permanente qui existe dans notre pays. Les sondages l'ont démontré.
Selon le journaliste essayiste éditorialiste et écrivain Éric ZEMMOUR, sur la chaîne CNEWS , "le sentiment d'insécurité ça n'existe pas, c'est un mythe de sociologue''.

"Le Ministre de l’intérieur, comme l’ensemble du Gouvernement, constate effectivement qu’il y a une montée du sentiment d’insécurité et je peux vous dire la totale mobilisation du gouvernement pour y faire face", a assuré le Premier Ministre Jean CASTEX.
Voilà des paroles, attendons des actes !

     

     

    Rechercher

  •  
  •