A C T U A L I T E S
  04-09-2020  CENT-CINQUANTIÈME ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE LÉON GAMBETTA célébré au PANTHÉON

Le Président de la République Emmanuel MACRON a célébré au Panthéon, ce vendredi 4 septembre 2020, le cent-cinquantième anniversaire de la proclamation de la IIIème République par Léon GAMBETTA. S’appuyant sur une cérémonie de naturalisation, il a voulu rappeler ce qu’être citoyen français voulait dire.

"Etre Français, c’est d’abord aimer passionnément la liberté. La liberté est un bloc », a lancé Emmanuel Macron. Il a insisté sur la « liberté de conscience et en particulier la laïcité. Un régime unique au monde qui garantit la liberté de croire ou de ne pas croire ». La laïcité est « inséparable d’une liberté d’expression allant jusqu’au droit au blasphème ».

Evoquant l’ouverture du procès des attentats de janvier 2015, Emmanuel Macron a appuyé son propos : « Etre Français, c’est défendre la liberté de faire rire, la liberté de railler, de caricaturer, dont Voltaire disait qu’elle était la source de toutes les autres". 


4 septembre 1870 / 150ème anniversaire.
Proclamation de la IIIème République par Léon #Gambetta.

Léon Gambetta
, né le 2 avril 1838 à Cahors et mort le 31 décembre 1882 à Sèvres, est un homme d'État français. ... Il est Président de la Chambre des députés de 1879 à 1881, puis Président du Conseil et Ministre des Affaires étrangères pendant deux mois, entre 1881 et 1882.

"Fils d'un immigré italien, Léon Gambetta choisit la nationalité française à l'âge de 21 ans. Avocat, il se fait remarquer en 1868 par une violente plaidoirie contre le régime de Napoléon III dans l'affaire Baudin où il défend le républicain Delescluze (procès contre les initiateurs d'une souscription pour un monument à Alphonse Baudin, représentant du peuple tué sur une barricade en 1851).

Lors des élections législatives de 1869, Gambetta est partisan de mesures radicales (Programme de Belleville) comme la liberté totale de la presse, le suffrage universel, la séparation de l'Église et de l'État, l'école gratuite, laïque et obligatoire, l'instauration d'un impôt sur le revenu, etc. Il est élu et siège au sein de la minorité républicaine qui s'oppose à la guerre de 1870 et dont il est l'un des chefs les plus populaires.

Après la chute de Napoléon III, Gambetta joue un rôle important avec Jules Ferry dans l'avènement de la IIIe République proclamée le 4 septembre 1870. En octobre, Ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de la Défense nationale, il quitte Paris en ballon pour rejoindre Tours et organiser la levée de troupes. Le gouvernement s'étant replié à Bordeaux, il est chargé d'organiser la guerre en Province. Après la capitulation de Paris, le 20 janvier 1871, Gambetta est décidé à poursuivre la guerre, mais en conflit avec les autres membres du gouvernement, il démissionne après l'armistice.

Représentant le Bas-Rhin à l'Assemblée nationale élue en janvier 1871, il démissionne lorsque ce territoire est abandonné à l'Allemagne.

Quelques mois plus tard, Gambetta est élu député de la Seine. Il dirige l'Union républicaine et défend la République contre la restauration monarchique. Il est l'artisan des lois constitutionnelles de 1875. Réélu en 1875 et en 1877, il perd cependant la confiance des ouvriers de Belleville qui lui préfèrent en 1880 Alexis Trinquet, un ancien communard.

Après avoir été Président de la Chambre des députés, Gambetta devient Président du Conseil et Ministre des Affaires Étrangères du 14 novembre 1881 au 27 janvier 1882. Mais il ne peut s'y maintenir sous les attaques des radicaux. Après une septicémie provoquée par une blessure à la main, il meurt d'une appendicite aiguë à l'âge de 44 ans.

Remarquable tribun, doué d'un grand sens politique, clairvoyant et sensible aux réalités, Léon Gambetta, père fondateur de la IIIème République, est devenu après sa mort le symbole du républicain."
[ source : www.toupie.org ]

    Rechercher

  •  
  •