A C T U A L I T E S
  08-10-2020  VENIR EN AIDE AUX SINISTRÉS du DÉPARTEMENT des ALPES MARITIMES, c'est la SOLIDARITÉ et l'URGENCE

C'était le vendredi 2 octobre 2020, dans l'après-midi. Il a commencé à pleuvoir et puis la tempête est arrivée, et finalement le désastre. Les violentes crues, provoquées par l'arrivée de la tempête Alex, ont fait des dégâts incommensurables, difficiles à évaluer ou à quantifier.

Après un tel déluge apocalyptique, terrifiant, des petites rivières sont devenues des torrents dévastateurs descendant de la montagne de l'arrière pays Niçois. 12 villages se sont très vite trouvés sinistrés, mais plus terrifiants et angoissants isolés du monde. Plus d'eau courante potable, plus d'électricité, plus de communications et de réseaux téléphoniques, plus d'Internet... Les villages sinistrés sont surtout Saint-Martin-La-Vésubie, Breil-sur-Roya, Roquebillière, Saorge, Tende, Malaussène, Lantosque, La Bollène Vésubie...
 
Le Var, littéralement déchaîné, a tout emporté...
U
ne centaine de maisons auraient été emportées ou en partie détruites par les flots. 

Des maisons détruites, des routes coupées ou disparues , des ponts emportés, des habitations des voitures emportées, ou ensevelies sous la boue, des éboulements, des arbres arrachés et emportés, des lignes électriques détruites, des stations d'épurations détruites, d'innombrables déchets de bois, ont été charriés et emportés par la force et la violence de l'eau.

L
e bilan est d’au moins huit disparus "et de très nombreuses personnes dont nous sommes sans nouvelles", a indiqué le Premier ministre Jean CASTEX à Nice après une visite des zones sinistrées. "Je ne vous cache pas notre vive inquiétude sur le bilan définitif de cet épisode", a-t-il ajouté. Sur place avec le Ministre de l'Intérieur Gérald DARMANIN, le Premier Ministre Jean Castex explique que "la priorité est à la recherche des victimes". "J'ai décidé de déployer des forces complémentaires de l'armée", ajoute-t-il, alors que douze communes des Alpes-Maritimes sont particulièrement touchées, certaines étant coupées du monde.
La procédure de reconnaissance de catastrophe naturelle a été lancée par le Premier ministre, afin qu'elle soit entérinée dès la semaine prochaine, a ajouté Jean CASTEX.
L’armée et des centaines de secouristes sont déployés côté français pour rechercher les disparus et apporter par hélicoptère des moyens médicaux et de l’eau aux habitants isolés. En Italie, le bilan est désormais de deux morts et d'un disparu. 
"Nous recevons beaucoup d’appels #AlloMairies pour des propositions de dons. Nous allons lancer très rapidement, avec la @MetropoleNCA, une collecte au profit des populations sinistrées. Les modalités seront précisées très rapidement. La solidarité de tous est essentielle." (Christian ESTROSI, Maire de Nice)

"Je n'ai pas de mots pour décrire la situation que l'on vit actuellement", témoigne Sébastien OLHARAN, Maire de la commune de Breil-sur-Roya. "La Roya connait une crue inédite, un niveau énorme, qu'on n'a pas vu je pense peut-être depuis un siècle. C'est une partie importante de la commune qui est aujourd'hui sous l'eau, les dégâts vont être considérables. C'est un désastre !"

Nous avons tous vu ces images terribles, de désolation, d'horreur sur nos écrans de télévision. Des images , des vidéos qui parlent d'elles même. Sans doute du jamais vu ! Bref, l'horreur ! 
De nombreuses habitations ont été partiellement, voire totalement détruites, 
et la solidarité s’organise heureusement pour venir en aide aux personnes sinistrées. 
Quand on a vu les images sur les chaînes de télévision, on ne peut pas faire autrement que d’agir et de venir en aide aux personnes sinistrées des Alpes-Maritimes qui ont pour certaines tout, tout perdu.
 
Si vous ne vivez pas à proximité des Alpes-Maritimes, sachez que le Secours Populaire ou encore la Croix-Rouge ont lancé un appel aux dons financiers sur leur site internet.

Dès samedi, le Secours Populaire a lancé un appel aux dons. « 
Les bénévoles du Secours populaire français se sont immédiatement rendus auprès des personnes sans domicile fixe dès [vendredi] soir pour les aider à mieux faire face pour se protéger. lls sont aujourd’hui auprès des personnes sinistrées pour apporter réconfort et évaluer les premiers besoins immédiats qui se traduisent en soutiens matériels, voire en coups de main bénévoles pour les personnes isolées ». Le Secours Populaire indique que « toutes les bonnes volontés sont invitées à se mobiliser ».

De son côté, 
la Croix Rouge française a également lancé un appel aux dons en soutien aux victimes de la tempête. « La tempête Alex s’est abattue dans les Alpes Maritimes, laissant des milliers de familles sans électricité, sans eau potable, sans nourriture, dévastant des maisons, des villages. Le bilan humain est encore incertain, tous les secours sont mobilisés pour rechercher les personnes disparues, 
rappelant que « de nombreuses routes sont coupées et plusieurs communes isolées, sans électricité, sans eau et sans moyens de communication »

Le département des Alpes-Maritimes a également lancé un grand appel à la solidarité nationale pour « aider nos vallées dévastées à se reconstruire », a écrit le député LR Éric CIOTTI. « Vos sollicitations proviennent de tout le pays. Merci du fond du cœur pour votre générosité », a-t-il écrit.
Beaucoup de personnes témoignent et avouent déclarer qu'ils n'ont jamais vu ça de leur vie.
Des populations naufragées, fortement sinistrées, après une telle catastrophe climatique sans précédent, pour lesquelles le soutien de l'Etat va jouer à fond. 
Un « désastre sans précédent », selon Christian ESTROSI, le Maire de Nice, et à propos duquel le Premier Ministre, Jean CASTEX, présent sur les lieux, s'est déclaré « très impressionné », engageant sans tarder la procédure de catastrophe naturelle et promettant le plein soutien de l'Etat.

"Des dispositifs d'aide seront mis en œuvre en début de semaine pour les collectivités déplorant de lourds dégâts matériels. Quelque 871 membres des forces de secours étaient à pied d'œuvre samedi, soutenus depuis la matinée par des moyens de l'armée. Des hélicoptères de transport lourd et un régiment du génie sont attendus. L'urgence est la recherche des disparus. Le dernier bilan fait état d'au moins quatre morts, huit disparus et 13 « supposés disparus ». Deux autres personnes sont mortes en Italie.

Mais il faut aussi porter assistance aux sinistrés des douze communes dans les vallées les plus frappées la Vésubie, la Roya et la Tinée. Des opérations complexes, car certaines ont été coupées du monde. Des communications satellites devaient y être établies samedi soir, a indiqué le Préfet des Alpes-Maritimes."

Emmanuel MACRON doit se rendre ce mercredi 7 octobre dans les Alpes-Maritimes, cinq jours après les intempéries meurtrières qui ont frappé l’arrière-pays niçois.
La reconstruction des routes arrachées, des maisons éventrées et des réseaux d'adduction d'eau ou d'électricité endommagés pourrait coûter un milliard d'euros, a souligné le Président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud MUSELIER. À Tende, commune de la vallée de la Roya parmi les plus touchées par ces intempéries hors normes, beaucoup parlent au Président de l'urgence de rétablir la ligne de train alors que la route depuis Vintimille, sur la côte italienne, a été emportée à de nombreux endroits.

"Ce samedi matin dans le village de Saint-Martin-Vésubie, les habitants ont découvert les dégâts d'une nuit d'horreur, cauchemardesque. Leur commune a été dévastée par les intempéries. Le volume d'eau de pluie tombée en 24h, 500.2mm soit un peu plus de trois mois de pluie, a battu le record départemental. D'habitude paisible, la Vésubie est sortie de son lit, emportant tout sur le passage de ses flots boueux." 
Certains riverains errent dans les rues, sans savoir où aller. "J'ai perdu ma maison, on a tout perdu, tout", souffle une habitante, visiblement perdue. A la place de son habitation, un trou béant, de la terre retournée. "A nos âges on s'était fait une vie, je sais plus, on peut même pas aller voir nos enfants, les routes sont coupées, je ne sais pas".

U
n couple d'octogénaires, piégés dans leur maison, ont été emportés par les flots. Une scène "totalement apocalyptique" et des souvenirs qui le hanteront longtemps. A Saint-Martin-Vésubie, Grégory Leclerc a assisté, impuissant, à l'effondrement de cette habitation emportée par le cours d'eau, gonflé par de fortes pluies et sortis de leur lit. 
"J'étais derrière une voiture de pompiers, qui a été arrêtée par une personne s'inquiétant pour un couple plus bas dans la vallée" à Roquebillière, nous raconte le journaliste de Nice-Matin, ce samedi 3 octobre, au lendemain des événements. "On est allé voir, et c'était cataclysmique". Un couple d'octogénaires est bloqué dans leur maison "posée au milieu de ce qui est habituellement une rivière et qui était devenu un fleuve bouillonnant, grondant, avec des vagues qui bousculaient littéralement la maison, d'une violence incroyable", raconte celui qui a posté sur les réseaux sociaux la vidéo qui a capté le drame. "Ils s'étaient réfugiés à l'étage, on distinguait à peine leur silhouette" et la lueur d'une petite lumière blanche qu'ils agitent pour attirer l'attention des secours.
Le chef de l'État a promis jusqu'à 1 milliard d'euros pour la reconstruction. Dans le département, il y a 55 communes en arrêté de catastrophe naturelle. Il est décidé de la
 la création d'un fonds spécifique de reconstruction des Alpes-Maritimes, un fonds « massif » doté dans un premier temps de 100 millions d'euros mais dont le montant devrait très vite évoluer. Au total, l'Etat va mettre sur la table « à coup sûr plusieurs centaines de millions d'euros.
L
e fonds de prévention des risques naturels majeurs est activé. Ce fonds, connu sous le nom de Fonds Barnier, doit permettre de « distribuer de l'argent aux concitoyens qui ont tout perdu pour qu'ils puissent reconstruire aux normes », a indiqué le Président, prévoyant une prise en charge jusqu'à 80 % des frais de reconstruction. Une « conférence des financeurs » va voir le jour afin que « la solidarité nationale et locale se mobilise » entre « l'Etat, la région, le département, la métropole et toutes les communes qui peuvent » contribuer à la reconstruction et à la remise en état des routes et des infrastructures.

      

    Rechercher

  •  
  •