A C T U A L I T E S
  14-01-2021  LE PROJET PHARANOÏQUE d'UNE FERME SOLAIRE à SAUCATS en GIRONDE FAIT DÉBAT...
La GIRONDE, premier producteur d'électricité solaire de l'hexagone pourrait accueillir un nouveau parc photovoltaïque gigantesque de 1000 hectares, à Saucats, au sud de Bordeaux.

"Engie et Neoen s'associent pour développer Horizeo, un projet d'envergure de production d'énergies renouvelables, reposant sur un concept inédit de plateforme énergétique bas carbone, à Saucats, en Gironde. Le projet a pour objectif de développer un nouveau modèle de production d'énergies renouvelables, en plaçant à la fois l'innovation, technique comme économique, et le respect de l'environnement au coeur de son développement. Il comprend :
- un parc photovoltaïque d'une puissance d'1 Gigawatt, pour une production d'électricité équivalente à la consommation annuelle de plus de 600.000 personnes ;
- des briques technologiques complémentaires, articulant production et consommation locales d'énergie renouvelable grâce à des batteries de stockage d'électricité : des batteries de stockage d'électricité ; une unité de production d'hydrogène vert ; un data center ; et une surface associant agriculture et production d'électricité photovoltaïque.  
Saisie en décembre dernier par l'ensemble des porteurs du projet, à savoir Engie, Neoen, RTE et la Mairie de Saucats, la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) a pris la décision d'organiser un débat public qui permettra à l'ensemble du territoire de participer à l'élaboration d'Horizeo .


En région Nouvelle-Aquitaine, l'objectif est d'atteindre 8,5 GW de capacités de production d'énergie photovoltaïque en 2030 contre 2 GW actuellement. Le projet représenterait à lui seul plus de 15% de cette ambition régionale. L'énergie produite par le parc photovoltaïque sera valorisée par le biais de contrats de vente d'électricité de gré à gré, c'est-à-dire en dehors des appels d'offres de la Commission de Régulation de l'Energie (CRE) et donc, sans recours aux dispositifs de soutien public.

Engie et Neoen entendent démontrer que l'énergie solaire photovoltaïque est à la fois mature, fiable et suffisamment compétitive pour assurer l'approvisionnement direct d'industriels en électricité.

Compte tenu de l'envergure du projet, une attention particulière est attachée à ses effets, notamment sur l'environnement et sur le milieu forestier. Le projet, qui s'étend sur une surface d'environ 1.000 hectares, s'insère au sein d'un ensemble de parcelles privées clôturées, dédiées à la production sylvicole de pins maritimes et actuellement exploitées par deux chasses privées. Les incidences sylvicoles, traitées par un ensemble de procédures réglementaires, administratives et techniques, seront soumises à autorisation environnementale, incluant notamment une autorisation de défrichement, et impliqueront des boisements compensateurs supérieurs à la surface concernée. Ces éléments feront l'objet d'échanges avec la filière sylvicole et le grand public."

Le projet, baptisé Horizeo, doit s’implanter sur la commune de Saucats. Il prévoit "un parc photovoltaïque d’une puissance d’un gigawatt, pour une production d’électricité équivalente à la consommation annuelle de plus de 600.000 personnes", détaillent les deux entreprises du secteur énergétique dans un communiqué commun. 
Autour du parc sont aussi prévus des batteries de stockage d’électricité, une unité de production d’Hydrogène vert, un centre de données et une surface associant agriculture et production d’électricité solaire.

Le projet s’étend sur une surface boisée d’environ 1.000 hectares et supposera par conséquent une "autorisation de défrichement". Les entreprises s’engagent toutefois à "des boisements compensateurs supérieurs à la surface concernée". 

La Commission nationale du débat public (CNDP) a décidé d’organiser un débat public sur Horizeo. Outre sa taille, le projet se distingue également par son modèle économique. L’électricité d’origine solaire serait en effet revendue dans le cadre de contrats de gré à gré et non via les appels d’offres publiques, avec les subventions attachées. "Horizeo est un projet d’envergure qui entend démontrer qu’il est possible d’accélérer la transition énergétique en France en proposant directement à des entreprises une énergie renouvelable compétitive", a souligné Paul-François CROISILLE, directeur général adjoint de Neoen, cité dans le communiqué.

La région Nouvelle-Aquitaine devient la première région photovoltaïque de France, en puissance installée sur son territoire. Et sa consommation croît à mesure que sa population augmente. 
À noter que des centrales solaires photovoltaïques existent déjà à Cestas, ( la plus grande en Gironde et en Europe ), à Saint-Magne, à Salaunes, à Arsac (3)...
En Gironde, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) recense 28 centrales photovoltaïques installées au sol aux quatre coins du département. 
On retrouve également des centrales en service à Saucats, Blanquefort, Salaunes, Louchats, Le Tuzan, deux centrales au Barp, mais aussi à Laruscade, deux à Mios, Pauillac, Pessac, Petit-Palais-et-Cornemps, Saint-Aubin-de-Blaye, Saint-Germain d’Esteuil, Saint-Symphorien, deux à Saint-Hélène et enfin à Salles.

Il existe celle de Bordeaux-Lac qui ne fait pas partie de la catégorie des centrales solaires au sol mais des « centrales sur bâtiments, serres et hangars agricoles et ombrières de parking ».

Daniel DELESTRE, Président de la Sepanso (une fédération régionale d’associations de protection de la nature et de l’environnement), a cependant estimé auprès de France Bleu Gironde que ce parc Horizéo était le « projet de la démesure ». Pour le réaliser, il faudrait défricher 1.000 hectares de pins. « Tout montre que la forêt est un élément essentiel dans la protection de la biodiversité et du climat », a poursuivi Daniel Delestre.
Des mesures compensatoires sont prévues par les porteurs du projet, qui ne convainquent pas la Sepanso : « Ce n’est pas supprimer le béton des parkings, enlever le bitume des routes pour renaturaliser les espaces. On va choisir des endroits où il y a déjà de la forêt, et replanter des petits pins », a dénoncé son président.

                                                                                                                                                                     
                                                         Document Journal SUD OUEST

    

                                           Centrale photovoltaïque de CESTAS en Gironde

    Rechercher

  •  
  •