A C T U A L I T E S
  15-02-2021  VENTE DES MORTIERS D'ARTIFICE : LA LOI À L'ASSEMBLÉE NATIONALE DU 17 NOVEMBRE 2020

Le Ministre de l'Intérieur Gérald DARMANIN avait au mois d'octobre annoncé vouloir interdire, par une loi, la vente au public, sur internet, des mortiers d'artifice qui seront considérés comme «des armes par destination». ... nous puissions définir comme une arme à destination ces feux d'artifice, ces mortiers qui attaquent», a-t-il notamment annoncé.
11 oct. 2020.  

Le réveillon de la Saint Sylvestre en 2019 avait été marqué par des violences urbaines, au cours desquelles des artifices de divertissement, mortiers notamment, ont été utilisés contre les sapeurs-pompiers et les forces de l’ordre occasionnant de nombreuses blessures.

Ces attaques, utilisant des artifices de divertissement et qui touchent les forces de sécurité intérieure
présentes sur le terrain pour la protection des citoyens ne sont pas tolérables. 
Ces tirs de mortier se sont poursuivis et s’amplifient depuis le mois d’octobre.
Plus généralement, la manipulation des pétards, souvent par des mineurs, entraîne chaque année un très grand nombre d’accidents, blessures graves aux mains et aux yeux, durant cette période de fin
d’année et ce, dans tout le département.

En 2019, un jeune homme de 30 ans est même décédé suite à 
l’utilisation d’un mortier le soir du 31 décembre 2020. Dans le cadre de la crise sanitaire et de la circulation encore importante du virus, il est indispensable pendant ce mois de décembre d’éviter tout rassemblement spontané lié à la vente ou à l’utilisation de ces artifices.

Au vu de la menace terroriste, le relèvement au niveau "Urgence Attentat" du plan Vigipirate a été acté
depuis fin otobre. L’utilisation des artifices de divertissement et des articles pyrotechniques est de
nature à perturber la mission de protection des forces de l’ordre.

Le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’était rendu au commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) un dimanche soir du mois d'octobre, au lendemain de l’attaque menée par une quarantaine d’individus.
Le commissariat de Champigny-sur-Marne a été la cibled’une attaque dans laquelle une quarantaine d’individus armés de barres de fer s’en sont pris à deux policiers, puis aux locaux de police. Les assaillants ont également utilisé des mortiers d’artifice et ont dégradé cinq véhicules qui étaient stationnés devant le commissariat.
Le locataire de la place Beauvau s’était exprimé dès son arrivée, face à la presse, et avait fait plusieurs annonces. « Ce n’est pas n’importe quel symbole qui est attaqué, c’est un commissariat de police. Ce n’est pas la première fois qu’il est attaqué », a-t-il d’abord rappelé. « Attaqué parce qu’il y a une guerre de territoire sur le sol de la République, et parce que nous sommes en reconquête », a ajouté le ministre.
« Il y a des caïds, des voyous, qui essaient d’impressionner la République (…) Ils ne gagneront pas », a ensuite affirmé Gérald Darmanin. 
Le ministre souhaitait que l’usage de mortiers d’artifice soient « définis » par la loi. « Je souhaite que dans le prochain texte de loi le 17 novembre à l’assemblée nationale (…) que nous puissions définir comme une arme à destination ces feux d’artifice, ces mortiers qui attaquent ».
Gérald DARMANIN souhaite également que leur vente soit réglementée. « Ils peuvent blesser, ils peuvent tuer, il faut aujourd’hui que nous arrêtions cette vente sur internet, cette vente qui n’est pas destinée à des professionnels »

Les amendes prévues en cas de violation des dispositions règlementaires sont les suivantes :
- contraventions de 4ème classe jusqu’à 750 € pour le stockage et de 5ème classe jusqu’à 1500 € pour
l’utilisation des artifices de divertissement et des articles pyrotechniques,
- contraventions de 5ème classe jusqu’à 1500 € pour l’utilisation des artifices de divertissement conçuspour être lancés par un mortier.

Le syndicat indépendant des commissaires de police (SICP) a mis en ligne sur les réseaux sociaux la vidéo d’un guet-apens tendu par des dizaines d’individus à des policiers, samedi soir 13 février 2021 à Poissy (Yvelines).
Parmi les bruits de détonation d’engins explosifs tirés en direction des forces de l’ordre, un des délinquants hurle à plusieurs reprises «tuez-les». Cette attaque n’a heureusement fait aucun blessé parmi les agents, qui ont pu compter sur le renfort de collègues pour s’en sortir. Les policiers ont fait usage d’un tir de LBD et de gaz lacrymogènes pour se désencercler, rapporte Mathieu Valet, secrétaire national adjoint du SICP, sur CNews. Les agresseurs se sont ensuite rapidement volatilisés. Aucun n’a pu être interpellé.
Sur son message, le syndicat SICP a directement interpellé la Défenseure des droits Claire Hédon, concernant sa proposition d’expérimenter des endroits sans contrôle d’identité en France, pour lutter contre la discrimination dont seraient victimes certains habitants de quartiers ou certains jeunes. Une idée qui favoriserait la création de zones de «non-droit» et nuirait à la sécurité de la population y vivant, affirme le syndicat. Le maire de Poissy, Karl OLIVE, a lui aussi répondu à la Défenseure des droits sur cette idée. «On marche sur la tête», a-t-il estimé sur CNews.

Après ce grave incident de policiers pris à partie et accueillis dans un guet-apens, le Ministre de l'Intérieur Gérald DARMANIN s'est déplacé à Poissy ce lundi 15 février au soir.
Le ministre de l’Intérieur a fermement condamné ce lundi 15 février l’attaque samedi à Poissy (Yvelines) d’un équipage de forces de l’ordre, prises à partie par une trentaine de personnes qui les ont visées avec des tirs de mortiers d’artifices. « Agresser un policier, c’est agresser la République », a jugé Gérald Darmanin lors d’un déplacement à Chambéry (Savoie).
"Partout sur le territoire, la police et la gendarmerie sont là pour mettre fin à un certain nombre de troubles très graves, notamment le trafic de stupéfiants. Notre travail, c’est que les voyous ne gagnent pas", a-t-il martelé. 
Il a par ailleurs « évidemment » condamné les propos des individus impliqués dans l’attaque, qui avaient crié « Tuez-les ! » lors des faits. Concernant l’utilisation de mortiers, le Ministre a rappelé que la loi Sécurité globale « permet leur pénalisation, et c’est un point très important pour protéger les policiers et les gendarmes ».
Dans quelques semaines, les mortiers d'artifice seront interdits à la vente dans les boutiques et sur Internet, a déclaré le Ministre. 
Gérald Darmanin a assuré : « Notre travail, c’est de les protéger par la loi et par des forces supplémentaires ».
Il est dommage que certains Ministres ne se soient pas déplacés aux côtés du Ministre de l'Intérieur. Le Ministre 
de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales Jacqueline GOURAULT, le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux Éric DUPOND-MORETTI, le Ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports Jean-Michel BLANQUER, Nadia HAI ministre auprès de la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargée de la ville, étaient aux abonnés absents.

La Défenseure des droits, Claire HÉDON, souhaite interdire les contrôles de police inopinés sur la voie publique dans certains quartiers. Elle les juge souvent discriminatoires et inefficaces. Une proposition choc qui s'appuie sur une étude menée depuis 2016 par le défenseur des droits. Elle montre que les hommes perçus comme noirs ou arabes sont 20 fois plus visés par les contrôles des forces de l'ordre. La plupart des Syndicats de police dénonce cette proposition. 
Supprimer ces contrôles dans certaines zones serait une aberration pour les syndicats de police. "Je pense que c'est une proposition totalement fantaisiste, cela reviendrait à créer des "fan zones" pour délinquants, c'est-à-dire des espaces dans lesquels les délinquants feraient ce qu'ils veulent et où on dirait à la police de ne pas aller, ce n'est pas raisonnable", explique David LE BARS, syndicat des commissaires de police.

Mais quel sang-froid, quelle maîtrise de soi ont montré les quatre policiers devant ces jeunes voyous délinquants et en entendant de tels propos : "tuez-les, tuez-les ! "

    Rechercher

  •  
  •