A C T U A L I T E S
  23-03-2014  CITOYENNETÉ : les Élections Municipales auront lieu les dimanches 23 et 30 mars 2014
  

                                                                                                                                                       

                                            

                                                                Ministère de l'Intérieur
    
                           

    


Elections municipales de mars 2014


Le Ministère de l'Intérieur a annoncé le 5 septembre que les élections municipales auront lieu les 23 et 30 mars 2014 prochains...
Manuel Valls a précisé que "l'élection des conseillers municipaux et des conseillers communautaires aura lieu 
les dimanches 23 et 30 mars 2014. Pour la première fois en 2014, les électeurs des communes de 1000 habitants et plus éliront, en même temps que les conseillers municipaux, et par le même bulletin de vote, le ou les conseillers communautaires représentant leur commune au sein des organes délibérants des établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre (communautés de communes, communautés d'agglomération, communautés urbaines et métropoles)". "Les électeurs de telles communes sont donc également convoqués pour procéder aussi à l'élection de leurs conseillers communautaires".
En bref, pour les communes de moins de 1000 habitants, le mode de scrutin ne change pas. En ce qui concerne
les communes de 1000 à 3499 habitants, le mode de scrutin change.
Dans ces Élections Municipales de mars 2014, des changements sont à noter. 

Les élections municipales de 2014 se dérouleront :

Premier tour de scrutin : le dimanche 23 mars 2014

Second  tour de scrutin : le dimanche 30 mars 2014

Les principes qui régissent les élections municipales : comment s'organise la démocratie locale, comprendre les institutions ? 

Toute la démarche d'inscription sur les listes électorales.

Pour pouvoir participer au scrutin et donc voter, il vous faut absolument vérifier que vous êtes bien inscrits sur les listes électorales de la commune où vous résidez avant le 31 décembre 2013.

Si vous avez déménagé depuis votre dernière inscription, vous devrez vous réinscrire sur les listes électorales de votre nouveau domicile.

3 solutions : pour s'inscrire ou se réinscrire !


  • L’inscription par internet se fait directement sur le site :

             


Mon.Service-Public.fr

 

  • L’inscription dans votre mairie ou votre arrondissement

Vous devez vous rendre dans le bureau des élections de la mairie de votre domicile (ou de votre résidence : dans ce dernier cas, il faut y résider de manière effective et continue depuis au moins 6 mois avant le 1er mars qui suit)

Formulaire de demande d'inscription sur les listes électorales pour les élections municipales et européennes en 2014
  • L’inscription par courrier

Pour vous inscrire par courrier, il vous suffit de remplir le formulaire CERFA (Télécharger le formulaire de demande d’inscription) dédié à votre mairie d’arrondissement en y joignant les pièces exigées.

Quels sont les documents à fournir ?
Pour s’inscrire sur les listes électorales, il est nécessaire de présenter :

  • une pièce d’identité en cours de validité (de préférence la carte nationale d’identité )
  • deux justificatifs de domicile récents : datés de moins de trois mois à la date du dépôt.

Ces justificatifs doivent préciser les noms et prénoms en entier et l’adresse.




                                                Voter par procuration


Pour accéder au règlement complet du vote par procuration.

Le scrutin sera ouvert à 8 heures et clos à 18 heures", avec possibilité pour les Préfets et Hauts-commissaires, d'avancer ou retarder ces heures de scrutin dans certaines communes.        

Rappel des échéances électorales :
En 2014 :
Elections municipales
Elections européennes

En 2015 :
Elections départementales
Elections régionales

En 2017 :
Elections présidentielles
Elections législatives. 

Ces élections municipales constitueront un premier test de mi-mandat pour le Président de la République François Hollande, plutôt très impopulaire, d'après les sondages. Selon une enquête réalisée par
l'Institut LH2 pour le Nouvel Observateur : seulement 29 % de Français ont une opinion positive du chef de l'État ! Quant à l' IFOP qui a réalisé un sondage pour Paris Match, 30 % de Français ont une opinion favorable du Président de la République. A six mois des Municipales de 2014, François Hollande s'enfonce dans une impopularité galopante. Une enquête de l'IFOP pour le JDD avait côté le chef de l'État à 23 % de popularité et
un autre sondage réalisé toujours par l'IFOP pour le journal Sud Ouest Dimanche montrait qu'une immense
majorité de Français 84 % étaient inquiets face à une dangereuse montée de la délinquance.

L’UMP, à condition de retrouver son unité et sa cohésion, cesser ses querelles internes, peut espérer emporter la mise dans les villes moyennes, certaines basculant à droite Amiens, Reims, Angers, Toulouse, Metz , ou mieux, conserver des villes, Marseille et conquérir peut-être Paris, Lyon, Toulouse, Saint-Étienne, Montpellier, Metz... A Béziers, le fondateur de "Reporters Sans Frontière" et journaliste, biterrois d'origine, Robert Ménard, soutenu par le FN, et par Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan, par le Mouvement pour la France, et le Rassemblement pour la France, sera la grande attraction de ces Municipales...
Le FN, un parti qui monte, d'extrême-droite (terme récusé par sa Présidente Marine Le Pen), qui dérange et qui gêne, est en embuscade, ambitionnant de gagner des villes. Le PS, majoritaire au Parlement, lui a reculé, suite à certaines élections législatives partielles perdues. Un parti qui détient aujourd’hui tous les pouvoirs nationaux et la majorité des responsabilités territoriales, et qui en veut toujours plus ! L'ancien Premier Ministre, Maire de
Bordeaux, Alain Juppé a déclaré : "Je me bats contre la confiscation des pouvoirs par un seul parti", rappelant "la domination de la gauche dans les instances communautaires, départementales et régionales." [ journal
SUD OUEST, 15/01/2014 ]
Les deux journalistes Philippe Alexandre et Béatrix de l'Aulnoit, à travers leur livre "Heureux comme un socialiste en France" , (aux éditions Plon, 17,90 €), déclarent que les Socialistes tiennent l'Élysée, les grandes villes,( dont la capitale Paris), les départements... 
Ils dénoncent le cumul , la mainmise qu'exerce le pouvoir socialiste sur les Collectivités locales, en France : " Dès qu'ils ont un fief, les Socialistes verrrouillent tout , avec les méthodes du parti Communiste : ils engraissent les Associations, donnent des HLM à ceux qui ont la carte du parti, s'appuient sur les bataillons de l'Éducation nationale...Le PS utilise très bien ces techniques, parce qu'il en a été victime avant ! 
 
E.E.L.V est rongé par des rivalités et des clans, et des défections, parfois des discordances avec le PS. Le Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon , quant à lui, cherche des alliances ou des accords avec le PCF et les Verts. L'UDI songe à un rapprochement avec le MoDem...
L'union entre Jean-Louis Borloo et François Bayrou est presque officielle. Baptisée "l'alternative", elle pose
cependant problème et coince sur les Municipales. Le président de l'UDI demandant à son allié de se clarifier, de
se situer clairement dans l'opposition, puisque le leader du MoDem avait appelé à voter Hollande à l'Élection
Présidentielle de mai 2012. Certains à l'UMP ont regretté qu'il ne présente pas d'excuse, à propos de sa méprise...

Les "petits" partis sont toujours là, Debout la République, parti souverainiste, positionné à droite,  de Nicolas Dupont Aignan, se réclamant gaulliste, républicain, patriote, avait recueilli 1,79 % des suffrages exprimés, lors des Élections présidentielles de mai 2012, mais 79,7% obtenus dès le premier tour en 2008 dans sa ville de Yerres, autrement dit "le Maire le mieux élu de France."  
le NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) parti d'extrême-gauche, prônant une orientation révolutionnaire, l'anticapitalisme et le renversement de l'État, son chef de file Philippe Poutou ayant totalisé 1,15 % des voix, au cours de l'Élection présidentielle de 2012.
Suite à l'apparition d'éventuelles triangulaires, le FN se maintenant au second tour, le risque pourrait peser davantage sur l'UMP. D'autre part la poussée du FN constitue une menace et une inquiétude pour le PS et l'UMP, ces deux partis redoutant la vague FN...Mais une vague UMP n'est pas impossible, devant l'impopularité de
l'exécutif, et la grogne et la colère des Français, et surtout le vote sanction des électeurs mécontents, lors
de ces élections Municipales...Toutefois à l'UMP, on n'y croit pas trop...Mais si la zizanie continue à l'UMP, ce ne
sera pas la vague bleue mais le risque de vague bleue marine (FN) ! L'ancien Premier Ministre François Fillon a mis en garde les ténors de l'UMP, lors de la Convention nationale : "Rien ne serait pire que d'aller en ordre dispersé lors des Élections Municipales..."a-t-il  déclaré. Tous présents ou presque. Un absent de marque : Alain Jupé. Il avait fait savoir qu’il était en campagne à Bordeaux, à la veille des Municipales, et il avait accordé par ailleurs une interview au journal Le Monde, dans laquelle il jugeait le programme UMP "trop libéral"... Un autre absent notable Laurent Wauquiez, Maire du Puy-En-Velay, retenu pour raison d'agenda.

D'autre part, le fameux "mille-feuille" n'est-il pas remis en question ? La France compte 26 régions, 100 départements, 36.000 communes et 18.000 groupements intercommunaux. Y-aurait-il en France, trop de régions, trop de départements, trop de communes ou encore trop de Communautés de Communes ? S'il y a sans doute trop de divisions administratives dans notre pays, le moins que l'on puisse dire est qu'il y a avant tout une pléthore de Ministres et de Délégués, de Parlementaires (Députés et Sénateurs), de Hauts-fonctionnaires et même de fonctionnaires. La diminution de tous ces postes, la diminution du train de vie de l'État, la rigueur si douloureuse soit-elle, contribueraient à l'économie et à la réduction des dépenses publiques, pour faire face à la crise, à l'endettement du pays et à sa récesession. Après, par référendum, comme l'autorise la Constitution Française (adoptée en 2003 à l'initiative de l'ancien Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin),
deux régions peuvent fusionner si elles le souhaitent, deux régions, deux départements ou deux communes peuvent aussi laisser à leurs habitants, consultés par référendum, le soin de décider d'une fusion, de même que l'État peut prendre l'initiative d'un tel référendum local.  

Selon un sondage Ifop pour le "Journal du dimanche", 26 % des Français envisagent de sanctionner François Hollande lors des élections municipales de mars 2014. Un chiffre en augmentation par rapport à 2008.
Voilà un sondage qui ne va guère rassurer l'Elysée... Selon une enquête
Ifop réalisée pour le "Journal du Dimanche", 26 % des Français envisagent de sanctionner François Hollande et le gouvernement Ayrault lors des prochaines élections municipales. "Un Français sur quatre qui envisagent un vote-sanction à quatre mois du scrutin, c’est dix points de plus qu’en janvier 2008", écrivent nos confrères.
[http://www.letelegramme.fr/informations/sondage-municipales-2014-un-francais-sur-quatre-envisagent-un-vote-sanction-29-09-2013-2250657.php]

Il est évident que d'autres nouvelles formations politiques feront leur apparition à la veille de ces Élections
municipales, et bien sûr beaucoup de listes électorales déposées, puis validées en Préfectures. La "Nouvelle donne" figure parmi les nouveaux partis politiques...  

Pour pouvoir voter en 2014, les citoyens français et de l’Union européenne doivent être inscrits sur les listes électorales. La date limite d’inscription est fixée au 31 décembre 2013 à minuit. L’inscription est automatique pour les jeunes de 18 ans. En dehors de cette situation, l’inscription sur les listes fait l’objet d’une démarche volontaire auprès de votre
Mairie.

                                                     Plus d'infos sur www.interieur.gouv.fr

                                                  
Ces élections vont concerner la prochaine mandature de 2014 à 2020.
Pour les élections municipales de mars 2014, il est obligatoire pour tous les candidats de déposer leur candidature avant l’élection, quelle que soit la taille de la commune. 

La date limite pour le dépôt des candidatures est fixée au jeudi 6 mars 2014 à 18h00, en Préfecture.

Il est recommandé de prendre connaissance du mémento aux candidats qui sera publié prochainement sur le site Internet du Ministère de l'Intérieur. Ce guide vous expliquera les démarches à accomplir.

Pour pourvoir se présenter à une élection municipale, il faut :

• avoir 18 ans révolus, soit au plus tard le 22 mars 2014 à minuit ;

• être de nationalité française ou ressortissant d’un Etat membre de l’Union européenne ;

• ne pas exercer une profession vous donnant un pouvoir d’influence sur la commune où vous vous présentez. Il est par exemple interdit à un salarié municipal de se présenter dans la commune qui l’emploie ;

• avoir une attache avec la commune dans laquelle vous vous présentez, c'est-à-dire y avoir son domicile ou sa résidence sur au moins six mois ou y être redevable des impôts.

Pour être candidat dans une commune (communes de moins de 1000 habitants), vous devez justifier d’un lien avec celle-ci. Ce lien doit être personnel, il ne peut pas être simplement affectif ou résulter de racines familiales.

Cette attache apparait à travers soit la qualité d’électeur de la commune, soit la qualité de contribuable de la commune.

Il est donc possible de se présenter dans une commune dans laquelle vous n’habitez pas si vous êtes contribuable de cette commune.

• La qualité d’électeur de la commune se traduit par l’inscription sur la liste électorale en vigueur de la commune.

Rappel : Pour être inscrit sur la liste électorale d’une commune, il faut :

• soit être domicilié dans la commune ;

• soit résider dans la commune sur une durée minimum de six mois ;

• soit être contribuable de la commune depuis 5 années de suite.

Les nouveaux électeurs souhaitant s’inscrire sur la liste électorale de 2014 doivent avoir effectué les démarches nécessaires avant le 31 décembre 2013.

• La qualité de contribuable doit être effective au 1er janvier 2014, elle se traduit par une inscription au rôle des contributions directes à cette date. Les avis d’imposition 2014 n’étant pas établis au moment des déclarations de candidatures, il conviendra de fournir une attestation établie par les services de la direction départementale des finances publiques.

La personne qui est élue conseiller municipal en raison de cette attache fiscale sans résider dans la commune est qualifiée de « conseiller municipal forain ».


                                  Pour mémoire, voici la carte des Élections Municipales de 2008 :


              
  
"A deux mois du premier tour des municipales le 23 mars, un sondage CSA pour BFMTV, Orange et Le Figaro publié ce jeudi 23 janvier 2014 donne la droite en tête des intentions de vote."
"Selon cette enquête, la droite (MoDem, UDI, UMP, Divers Droite) prend donc l’avantage avec 46% des intentions de vote au premier tour dans les communes de plus de 3.500 habitants. Un chiffre toutefois en-deçà du score réalisé par la droite en 2008, où elle avait réuni 48,4% des suffrages."
"La gauche (PS, EELV, PCF, Parti de Gauche, PRG, MRC, Divers Gauche) arrive elle en deuxième position et rassemble 41% des intentions de vote, contre 47,58% en 2008. Avec 9% des intentions de vote, le Front National occupe la troisième place du classement. Un score bien en deçà là encore des estimations d'un précédent sondage CSA pour BFMTV, Orange et Le Figaro,
qui plaçait le FN à 16% des intentions de vote. Enfin, 1% veut voter pour "une liste d'extrême gauche", 3% pour une autre liste (divers, sans étiquette)". [http://www.leparisien.fr]

Le journal La Croix nous confirme les mêmes résultats.

A 50 jours du second tour des Municipales, seulement 40% des Français veulent la victoire des listes de gauche.
Les listes soutenues par l'UMP et l'UDI

sont placées en tête des intentions de vote pour les élections municipales de mars avec 29%, devant le Parti socialiste (21%) et le Front national (17%), selon un sondage Ifop publié dans "Le Journal du Dimanche". (sondage réalisé les 7 et 8 février 2014)

A trois jours des élections municipales 2014, le rapport de force droite-gauche s'affine. Selon le sondage exclusif CSA pour BFMTV, Orange, Le Figaro et Ricoh, les listes de droite prennent de l'avance sur celles de gauche : 49% des intentions de vote au premier tour, contre 41% pour les listes de gauche, soit trois points de plus pour la droite en février, et deux points de moins pour la gauche ainsi que pour le FN.

A la lumière de l'analyse des candidatures, il ressort qu'une seule commune de plus de 1.000 habitants, Gironde-sur-Dropt (Gironde), est sans liste et 63 communes de moins de 1.000 habitants n'ont aucun candidat pour le premier tour des municipales. Une situation inédite en France. «Mais le deuxième tour peut permettre d'enregistrer des candidatures nouvelles», souligne le Ministère de l'Intérieur.
Pour le cas où personne ne se déclare candidat pour le deuxième tour dans une commune, le Préfet donnera une délégation spéciale à trois électeurs qui assureront l'intérim durant trois mois, avant l'organisation de nouvelles élections. S'il y avait à nouveau absence de candidats, la commune serait alors dissoute et fusionnée avec une autre.

Dans notre commune de GUILLOS, 23 candidats (déclarés) sont en lice au 1er tour... Le bureau de vote, installé à la Salle des Fêtes, sera ouvert dimanche 23 mars 2014, de 08h à 18h.

 
 
       Liste "POUR L'AVENIR DE GUILLOS"
 
 
      Liste "POUR LE RENOUVEAU DE GUILLOS"
 
 
       Monique COURBIN Adjointe sortant
                              Retraitée Fonction publique
         ( Secrétaire à la Mairie de Guillos de 1965 à 2001)



IMPORTANT
Il n'est plus obligatoire de présenter une pièce d'identité pour voter dans les communes de
moins de mille habitants.


             

    Rechercher

  •  
  •