A C T U A L I T E S
  10-04-2021  LE VACCIN ASTRAZENECA D'OXFORD (ANGLAIS/SUÉDOIS) FAIT DÉCIDEMMENT PARLER BEAUCOUP DE LUI !

 
"Le vaccin du laboratoire anglo-suédois suscite de plus en plus de méfiance auprès des Français, selon le sondage Odoxa. DADO RUVIC / REUTERS"

"Oui à la vaccination… mais pas avec AstraZeneca. C'est en substance le premier enseignement de l'enquête* Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro et France Info publiée ce jeudi 8 avril 2021."

Aujourd'hui, 71% des Français ne font pas confiance au vaccin AstraZeneca.

"Mais tous les vaccins ne trouvent cependant pas grâce aux yeux des Français. Et sans grande surprise, l'AstraZeneca a de moins en moins la cote. Ils sont désormais 71% à se méfier du vaccin britannique. La confiance s'étiole au fil des semaines à cause des cas de thromboses relevés dans plusieurs pays, qui ont entraîné la suspension de la vaccination avec ce produit pendant plusieurs jours le mois dernier. Mercredi, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a reconnu pour la première fois que ce vaccin pouvait provoquer de très rares problèmes sanguins, tout en assurant qu'il fallait continuer à l'administrer, la balance bénéfice/risque restant «positive».
Mais le mal semble fait et sur le terrain, de plus en plus de patients refusent de se voir injecter le produit, préférant en attendre un autre. Ils font ainsi confiance à 70% à celui de Pfizer, à 65% à celui de Moderna et à 59% au produit Janssen dont les premières doses sont attendues la semaine du 19 avril en France."

"Et ce ne sont sans doute pas les exhortations du gouvernement qui les feront changer d'avis, puisque seules 36% des personnes interrogées lui font confiance concernant la politique vaccinale. 67% ne la jugent pas efficace, 68% pas cohérente et 77% estiment qu'elle n'est pas menée à un bon rythme. D'ailleurs, si les Français sont conscients que la vaccination est la seule solution efficace pour en finir avec la pandémie, 64% d'entre eux ne croient pas en la promesse du président Emmanuel MACRON de fournir un vaccin anti-Covid à tous les Français qui le souhaitent «d'ici à la fin de l'été». Seuls 6% sont persuadés qu'elle sera tenue, un pourcentage qui ne grimpe qu'à 14% chez les sympathisants LREM".

La bonne nouvelle, c'est que les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir se faire vacciner: ils étaient 42% en décembre, ils sont désormais 70%, à l'heure où le gouvernement vient d'annoncer avoir tenu son engagement de 10 millions de primo-vaccinés mi-avril. Seuls 14% d'irréductibles persistent à ne pas du tout vouloir se faire «piquer». «Une nouvelle preuve que la meilleure incitation à la vaccination est, justement, le développement de la vaccination et le fait de voir autour de soi de plus en plus de gens se faire vacciner
», estime l'Institut de sondage. De manière assez prévisible, l'intention de vaccination est plus forte chez les personnes plus âgées et donc plus à risque de développer des formes graves du Covid-19: 55% des 18-24 ans disent souhaiter se faire vacciner, contre 84% des plus de 65 ans.
[ www.lefigaro.fr ]

Si pas mal de Français ont choisi la stratégie gouvernementale en matière de vaccination, d'autres préfèrent attendre, considèrent que les vaccins ont été trop vite fabriqués et mis sur le marché, bref qu'ils sont trop expérimentaux. On ne connait absolument pas les effets à long terme puisqu'il n'y a pas assez de recul. Et par conséquent cette catégorie n'est ni complotiste, ni antivaccin, mais tout simplement a fait le choix d'attendre.
On ne nous parle jamais des contre-indications, on manque d'infos supplémentaires sur les risques d'une vaccination. Pourquoi veut-on vacciner à outrance pour prévenir , se protéger, sachant qu'un sujet même vacciné peut contracter le covid-19 ? Et les traitements alors ? Des laboratoires travaillent beaucoup dans cette voie...La preuve les Laboratoires PFIZER Américains font actuellement des essais cliniques sur 2 traitements des médicaments par voie orale et aussi par voie intraveineuse. 

À croire que certains ont plus peur à l'heure actuelle du vaccin que du covid-19 ?

Énième mauvaise nouvelle concernant AstraZeneca. La DGS a indiqué à TF1/LCI qu'une partie seulement des commandes prévues serait livrée aux infirmiers, médecins et pharmaciens cette semaine. 162.000 finalement cette semaine (contre 300.000 prévues initialement). Une nouvelle déconvenue pour les médecins notamment qui sont de plus en plus nombreux à jeter l'éponge face aux faibles doses reçues et à la défiance de leurs patients.

Ce sont 206.000 doses de Johnson and Johnson qui arriveront en France dès ce lundi 12 avril 2021. Elles seront délivrées prioritairement à la médecine de ville. Infirmiers, pharmaciens et médecins pourront les commander en ligne et les récupérer la semaine suivante à partir du mercredi 21 avril. 

Le Danemark renonce définitivement au vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 à cause de ses effets secondaires «rares» mais «graves», ont annoncé mercredi 14 avril 2021 ses autorités sanitaires, faisant du pays scandinave le premier à l'abandonner en Europe. 

Dans une interview accordée au journal italien II Messagero, publiée le 6 avril dernier, le responsable de la stratégie sur les vaccins à l’EMA, Marco Cavaleri, avait confirmé l’existence d’un lien entre la formule AstraZeneca et les cas de thromboses chez les personnes vaccinées.

"Nous pouvons désormais le dire, il est clair qu’il y a un lien avec le vaccin. Ce qui cause cette réaction, cependant, nous ne le savons pas encore (…) Pour résumer, dans les prochaines heures nous dirons qu’il y a un lien, mais nous devons encore comprendre comment cela se produit", a-t-il affirmé.

L'EMA avait cependant réagi à cette déclaration. Pour l'heure, elle "n'a pas encore abouti à une conclusion et l'examen est actuellement en cours", a-t-elle précisé dans communiqué à l'AFP.

    Rechercher

  •  
  •