A C T U A L I T E S
  27-04-2021  DES MILITAIRES À LA RETRAITE DÉNONCENT LE
L'hebdomadaire plutôt tendance droite, conservateur, Valeurs Actuelles, a publié mercredi une tribune appelant le Président Emmanuel MACRON à défendre le patriotisme, signée par «une vingtaine de généraux, une centaine de hauts gradés et plus d'un millier d'autres militaires», selon le magazine.
L
'officier de carrière Jean-Pierre FABRE-BERNADAC est à l'initiative de la tribune. Il est responsable du site Place Armes, "ouvert à tous les militaires à la retraite, d'active, et de réserve qui aiment la France et réalisent que celle-ci est au bord du gouffre." Jean-Pierre Fabre-Bernadac, "ancien officier de Gendarmerie passé par l'Infanterie, est le fils d'une mère pied-noir et d'un père militaire pupille de la nation", peut-on également lire sur sa page auteur des Editions de Paris

Des militaires qui ont publié une tribune dans Valeurs Actuelles appelant la classe politique à lutter contre "le délitement de la patrie". "Il n’est plus temps de tergiverser, sinon, demain la guerre civile mettra un terme à ce chaos croissant", ont-ils encore écrit. Une tribune qui a fait bondir une partie de la gauche alors que Marine LE PEN les a appelés à soutenir sa candidature à l'élection présidentielle.

Deux jours plus tard, Valeurs Actuelles a publié une réponse de la cheffe du parti Rassemblement national Marine LE PEN : «Je vous invite à vous joindre à notre action pour prendre part à la bataille qui s’ouvre (...) qui est avant tout la bataille de la France». «Comme citoyenne et comme femme politique, je souscris à vos analyses et partage votre affliction», a-t-elle écrit.

Mais il ne faut pas se voiler la face, ce sont en France des millions qui rejoignent et pensent la même chose que ces militaires et ces Généraux à la retraite. 
Ce constat navrant est malheureusement la triste réalité ! 

La Ministre des Armées Florence PARLY s'est indignée dimanche en jugeant que «les armées ne sont pas là pour faire campagne mais pour défendre la France». «La tribune irresponsable publiée dans Valeurs Actuelles est uniquement signée par des militaires à la retraite, qui n'ont plus aucune fonction dans nos armées et ne représentent qu’eux-mêmes», a-t-elle commenté sur Twitter, en rappelant que «deux principes immuables guident l'action des militaires vis-à-vis du politique: neutralité et loyauté».

L
a ministre déléguée à l'Industrie a "condamn(é) sans réserve cette tribune d'un quarteron de généraux en charentaises qui appelle au soulèvement". "Soixante ans jour pour jour après le putsch des généraux contre le général de Gaulle, tout cela n'est pas gratuit (...) Le masque tombe, le vernis craque, Marine Le Pen c'est l'extrême droite et c'est très exactement le même schéma qu'il y a 60 ans", a-t-elle estimé sur franceinfo., lundi 26 avril. "C'est une insulte pour l'armée", a t-elle ajouté.
Mais quelle honte Mme la Ministre de traiter ainsi tous ces militaires qui ne cherchent que défendre la Patrie et sauver la France du mal dont elle souffre depuis plus d'une décennie...


Une partie de la gauche a fustigé samedi 24 avril la publication dans 
Valeurs actuelles d’une tribune de plusieurs militaires, dont 20 généraux à la retraite, évoquant « le délitement » de la France, suivie d’une lettre de Marine Le Pen les invitant à la rejoindre pour la présidentielle.

Et bien non Mme la Ministre ce n'est pas être irresponsable que de faire de telles déclarations ! Le principe de la République, la démocratie, la liberté de pensée, d'opinion, d'expression, fait que nous sommes libres de déclarer ce que l'on pense, en France, comme d'ailleurs dans tous les pays démocratiques.
Tous les militaires en retraite ne sont pas assujettis au devoir de réserve et ont tout à fait le droit d'utiliser la liberté d'expression. Il semble que la Ministre n'a pas compris le contenu et les propos de cette tribune. Ces militaires ont voulu montrer que le pays était en danger, en sonnant l'alerte, était menacé et ont voulu rappeler aux Français que le patriotisme était remis en cause !

Oui c'est exact notre pays est en décadence, connait le désordre, avec une autorité de l'État qui fait complètement défaut, l'impunité, la Justice de plus en plus laxiste, un Ministre de la Justice que l'on n'entend pas, la Police et la Gendarmerie devenant de manière récurrente des cibles permanentes de la jeune délinquance parfois mineure, des voyous, des caïds, des loubards et trafiquants de drogues, des terroristes islamistes radicalisés, en installant l'ultra violence, la haine, la terreur, l'insurrection, la discorde, la division des Français, l'insécurité grandissante dans le pays, voire la chienlit...

Rappelons-nous de ce G
énéral Bertrand SOUBELET. L’ancien numéro trois de la Gendarmerie Nationale s’était fait un nom après avoir critiqué les réformes pénales à répétition, le manque de moyens… Ce qui lui avait valu une mise à la retraite.  
Le 18 décembre 2013, sa vie bascule. Auditionné par une commission à l'Assemblée, il se lâche. Critique les réformes pénales à répétition qui déstabilisent les gendarmes, le manque de moyens, relaie la frustration de ses hommes face à des coupables mieux traités que les victimes. Les gendarmes saluent le « général courage ». Mais au sommet de l'Etat, notamment chez Manuel VALLS, où l'on considère qu'il a rompu son devoir de réserve, il devient une cible. La sanction tombe : il est d'abord muté outre-mer, puis mis à la retraite de fait. Au fond du trou, lâché de partout. À part les députés LR Eric CIOTTI, Philippe GOUJON et Georges FENECH personne ne bouge. Alain JUPPÉ, ex-ministre de la Défense, l'enfonce publiquement : « Un militaire, c'est comme un ministre, ça ferme sa gueule. » 
Militaire à la retraite, Général de Gendarmerie, il est l'auteur d'un premier best-seller, « Tout ce qu'il ne faut pas dire » (Ed. Plon), qui s'est écoulé à plus de 100 000 exemplaires.

C'est aussi un Capitaine de Gendarmerie , officier d'active, Hervé MOREAU, qui ose rompre le devoir de réserve, à travers son témoignage et livre ses opinions dans son ouvrage "Vérités d'un capitaine de Gendarmerie". "Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire". Rien n'est plus faux. Parfois, cela s'avère même essentiel. C'est ce qui a poussé le Capitaine Hervé MOREAU à rompre le devoir de réserve, à vous livrer bien des vérités dans un témoignage au style incisif, direct, et surtout dénué d'hypocrisie.

Souvenons nous également de la fracassante démission du Chef d'État-Major des Armées le Général Pierre de VILLIERS en juillet 2017, suite à un conflit avec le chef d'État Emmanuel MACRON. En raison d'une réduction du budget des Armées, et en désaccord, il avait présenté sa démission des Armées au Président E.MACRON. 
 Après deux livres qui se sont vendus comme des petits pains, Servir et Qu’est-ce qu’un chef, celui qui avait démissionné avec fracas de son poste de chef d’état-major des armées, au début du quinquennat, revient en librairies le 14 octobre avec un troisième opus. Publié lui aussi chez Fayard, cet ouvrage intitulé L’équilibre est un courage est sous-titré « Réparer la France » et dédicacé… « aux Françaises et aux Français », tout simplement ! Son contenu n’est pas anodin. Au fil des pages se dessine un véritable programme politique, à en croire ceux qui sont au parfum. « C’est un livre qui pose un constat sur l’état de la France et déroule un certain nombre de propositions », glisse-t-on chez l’éditeur en guise de bande-annonce.
Il est par ailleurs cité par certains comme possible candidat à la présidentielle de 2022. 

Une semaine après sa publication, la tribune des généraux continue à faire des vagues. Dévoilée par 
Valeurs Actuelles le 21 avril, le texte signé par des militaires appelle le président Emmanuel Macron à défendre le patriotisme. Les signataires dénoncent le "délitement" qui frappe selon eux le pays et se disent "disposés à soutenir les politiques qui prendront en considération la sauvegarde de la nation". Alors que l'exécutif tape du poing sur la table - le Premier ministre Jean CASTEX condamnant "avec la plus grande fermeté" la tribune - les Français ont un avis moins tranché. 

Selon le sondage d'Harris Interactive réalisé pour LCI, 64% des personnes interrogées ont entendu parler de cette tribune et 38% voient précisément de quoi il s'agit. Globalement voilà ce que dit le texte qui a défrayé la chronique : adressée au Président de la République, au gouvernement et aux parlementaires, elle dénonce le
 "délitement" de la France du fait "d’un certain antiracisme", de "l’islamisme et des hordes de banlieue". Au total, 58 % des personnes interrogées soutiennent les militaires ayant signé la tribune, selon notre sondage, réalisé sur un échantillon de 1613 personnes.
Les militaires qui ne sont pas à la retraite encourent la radiation ou des sanctions disciplinaires, a annoncé mercredi soir le chef d'état-major des Armées le général François LECOINTRE, qui avait succédé au général Pierre de VILLIERS.
Le 
sondage Harris Interactive montre que les Français sont plus cléments. En effet, les deux tiers du panel pensent que les signataires de la tribune ne doivent pas être punis. 
Ce sont 6 Français sur 10 qui approuvent et valident cette tribune des Généraux. Que veulent et demandent les Français aujourd'hui, le retour de l'ordre, de l'autorité de l'État, la sécurité et la paix dans le pays, point barre !

Le 27 avril également, quelques heures après les propos prêtés au chef de l'Etat, la Ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène SCHIAPPA avait pour sa part réagi publiquement sur RTL, disant avoir «peur des positions de Marine LE PEN» et la jugeant «dangereuse». Reprenant plusieurs termes qu'aurait employés Emmanuel Macron, elle a estimé que la main tendue par la candidate à l'Elysée aux signataires du texte montrait «le vrai visage du RN». Et de conclure son propos : «C’est un parti de putschistes».

En soutenant ces militaires, Marine LE PEN se repositionne sur l'échiquier politique. Parmi les sympathisants du RN, 89% soutiennent sa réaction et chez les Républicains, ils sont 40% à la suivre.

Les Français partagent donc massivement le constat de pourrissement du pays sur le plan sécuritaire et réclament un tour de vis. De fait, la question sécuritaire avec tout ce qu’elle implique (ordre, immigration, assimilation) a de grandes chances d’être la première dans la hiérarchie des problématiques pour la prochaine présidentielle, alors que les réactions du gouvernement prouvent son complet décalage avec la réalité du terrain et avec l’état de l’opinion. Ces chiffres ne sont pas sans rappeler un récent sondage sur l’électorat du Rassemblement national, montrant que ses opinions étaient partagées par près des 2/3 à 3/4 de la population française. Alors même qu’ils sont un sur deux à souhaiter une intervention militaire sans ordre – donc à être bien plus radical que ne l’est Marine Le Pen, seuls 35% des sondés considèrent pourtant qu’elle a eu raison d’inviter les militaires à la rejoindre, soit l’équivalent de son électorat du second tour. Indéniablement, elle continue de polariser l’opinion, volontiers contradictoire quand il s’agit de Marine LE PEN et rechignant encore à se ranger sous sa bannière. Elle n’en reste pas moins la grande gagnante de cette séquence politique, et la vulgate antifasciste mobilisée, presque burlesque, risque d’en pousser beaucoup à franchir le cap.

Mais comme on pouvait s'en douter, la réponse (cinglante) du général Christian PIQUEMAL ne s'est pas faite attendre puisqu'il a adressé une lettre ouverte au général d'armée François LECOINTRE Chef d'État-Major des Armées (CEMA) le 30 avril 2021... 

              

              La Ministre des Armées Florence PARLY et le Chef d'État Major des Armées François LECOINTRE

Les généraux signataires :
Général de Corps d’Armée (ER) Christian PIQUEMAL (Légion Étrangère), général de Corps d’Armée (2S) Gilles BARRIE (Infanterie), général de Division (2S) François GAUBERT ancien Gouverneur militaire de Lille, général de Division (2S) Emmanuel de RICHOUFFTZ (Infanterie), général de Division (2S) Michel JOSLIN DE NORAY (Troupes de Marine), général de Brigade (2S) André COUSTOU (Infanterie), général de Brigade (2S) Philippe DESROUSSEAUX de MEDRANO (Train), général de Brigade Aérienne (2S) Antoine MARTINEZ (Armée de l’air), général de Brigade Aérienne (2S) Daniel GROSMAIRE (Armée de l’air), général de Brigade (2S) Robert JEANNEROD (Cavalerie), général de Brigade (2S) Pierre Dominique AIGUEPERSE (Infanterie), général de Brigade (2S) Roland DUBOIS (Transmissions), général de Brigade (2S) Dominique DELAWARDE (Infanterie), général de Brigade (2S) Jean Claude GROLIER (Artillerie), général de Brigade (2S) Norbert de CACQUERAY (Direction Générale de l’Armement), général de Brigade (2S) Roger PRIGENT (ALAT),  général de Brigade (2S) Alfred LEBRETON (CAT), médecin Général (2S) Guy DURAND (Service de Santé des Armées), contre-amiral (2S) Gérard BALASTRE (Marine Nationale).


    Rechercher

  •  
  •