A C T U A L I T E S
  23-10-2013  MÉDECINE et SANTÉ : Bien connaître le MÉDICAMENT avec le Ministère des Affaires sociales et de la Santé

  
                                        


                             

La notion de médicament est précisément définie en France par l'article L5111-1 du Code de la santé publique.
"On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés
curatives ou préventives à l'égard des maladies humaines ou animales, ainsi que toute substance ou composition pouvant être utilisée chez l'homme ou chez l'animal ou pouvant leur être administrée,
en vue d'établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en
exerçant une action pharmacologique, immunologique ou métabolique. Sont notamment considérés comme des médicaments les produits diététiques qui renferment dans leur composition des substances chimiques ou biologiques ne constituant pas elles-mêmes des aliments, mais dont la présence confère à ces produits, soit
des propriétés spéciales recherchées en thérapeutique diététique, soit des propriétés de repas d'épreuve.
Les produits utilisés pour la désinfection des locaux et pour la prothèse dentaire ne sont pas considérés
comme des médicaments. Lorsque, eu égard à l'ensemble de ses caractéristiques, un produit est susceptible de répondre à la fois à la définition du médicament prévue au premier alinéa et à celle d'autres catégories de
produits régies par le droit communautaire ou national, il est, en cas de doute, considéré comme un médicament."

Une base de données sur les médicaments, accessible librement et gratuitement sur le site du ministère
de la santé, a été mise en place par un décret paru dimanche 29 septembre 2013 au Journal officiel.
Elle est accessible depuis le 01 octobre 2013 sur le site www.medicaments.gouv.fr, déclare le Ministère de la Santé sur son site.
La base de données a été mise en place en application de l'article 8 de la loi du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé.
Elle est accessible librement et gratuitement sur le site du Ministère de la Santé, et mise en oeuvre par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), en liaison avec la Haute Autorité de santé (HAS) et l'Union des caisses d'assurance maladie, sous l'égide du ministère chargé de la santé.

Naturellement il existe toujours les bases de données des médicaments avec l'incontournable et populaire
dictionnaire VIDAL  (http://www.eurekasante.fr/medicaments.html

Et également La Banque Claude Bernard (BCB) qui est une base de données électronique sur les médicaments intégrée aux logiciels des professionnels de santé (pharmaciens, médecins, dentistes et établissements de soins) ayant pour finalité d'assurer la sécurisation de la prescription et d'apporter une aide efficace à la délivrance de médicaments.

Le médicament générique soigne tout aussi bien que le médicament auquel il se substitue
(le médicament princeps) car il contient le même principe actif.
Le médicament générique, c'est la même chose que le médicament original. De plus il contient la même molécule
mais surtout coûte moins cher, ce qui contribue à une économie de la Sécurité Sociale. 
Pour le professeur Jean-Paul Tillement, membre de l’Académie nationale de médecine, il n’y a «aucune réticence à avoir car le générique a les mêmes exigences de qualité et a priori les mêmes effets thérapeutiques» que les originaux, appelés princeps. La seule différence, notée dans un rapport en 2012, vient des excipients qui donnent leur couleur, leur goût et leur consistance au médicament, et qui permettent la fabrication du médicament (comprimés, gélules,...)

En ce qui concerne la vente des médicaments sur Internet, attention aux contrefaçons !
Médicaments faussement étiquetés, médicaments falsifiés... Dans le cadre d’une campagne d’information
concernant la vente de médicaments sur internet, le Ministère des Affaires sociales et de la Santé propose de retrouver en ligne la liste des sites français autorisés par les Agences régionales de santé (ARS).

" Avant tout achat de médicaments sur Internet, il est impératif de consulter la liste officielle des sites autorisés pour la vente en ligne ", rappelle Alain Delgutte, président de la section A (titulaires d'officines) du conseil central de l'Ordre des pharmaciens. Près d'un mois après l'entrée en vigueur, le 12 juillet dernier, de l'arrêté encadrant la vente de médicaments en ligne, le Conseil national de l'ordre des pharmaciens a opéré un signalement auprès de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement (OCLAEPS) contre onze sites de vente de médicaments, n'ayant pas d'autorisation pour vendre des médicaments en ligne. 
En savoir plus sur http://votreargent.lexpress.fr/consommation/il-y-a-44-sites-autorises-a-vendre-des-medicaments-sur-internet-attention-aux-autres_330191.html#FJYGZeDtWLM5eTYF.99

                 
                            http://www.encyclo-ecolo.com/Recyclage_de_vieux_m%C3%A9dicaments 

    Rechercher

  •  
  •