A C T U A L I T E S
  11-11-2013  CITOYENNETÉ et DEVOIR de MÉMOIRE : Commémoration de l'Armistice du 11 novembre 1918, lundi 11 novembre 2013 à 11h 30



  
 

  
                          

Le Maire et le Conseil Municipal invitent Guillossaises et Guillossais à assister à la Commémoration de l'Armistice du 11 novembre 1918, ce lundi 11 novembre 2013. Une gerbe sera déposée au Monument aux Morts de notre commune de GUILLOS. Rendez-vous à tous, devant la Mairie, à 11h 15.
Un vin d'honneur clôturera cette cérémonie, à la Mairie.

  
 
                                             Le Monument aux morts de GUILLOS 11/11/2013

 
                    Cérémonie de la Commémoration de l'Armistice du 11 novembre 1918 le lundi 11 novembre 2013
                                                                                                             Guillos 33720
 

L'armistice, signé le 11 novembre 1918 à 5h15, marque la fin de la Première Guerre mondiale (1914-
1918)
et la capitulation de l'Allemagne.
Le cessez-le-feu est effectif à onze heures, entraînant dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d'une guerre qui a fait plus de 18 millions de morts et des millions d'invalides ou de mutilés.Les généraux allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne. Ce matin là, c'était le jour de la Saint-Martin...
Plus tard en 1919, à Versailles, ils signeront le traité de Versailles, (28 juin 1919).

Le 11 novembre est un jour férié en France (jour du Souvenir depuis la loi du 24 octobre 1922).
Cette célèbre date nous rappelle le souvenir de tous nos soldats morts sur les champs de bataille...français et étrangers, il y a de cela, aujourd'hui, 91 ans.
Depuis le 11 novembre 1920...
Toute la France rend hommage aux soldats morts pour la France mais non identifiés. La dépouille mortelle d'un soldat parmi plusieurs autres, choisi dans la citadelle de Verdun, est inhumée sous l'Arc de Triomphe dans la tombe du Soldat inconnu. Ce n'est que trois ans plus tard qu'est allumée la flamme qui ne s'éteint jamais, donnant au tombeau du Soldat inconnu une forte portée symbolique et politique.
En ce lundi 11 novembre 2013, la France entière et ses 36 0000 communes commémore l'Armistice du 11 novembre 1918. Elle célèbre le 95ème anniversaire de l'Armistice et la fin d'un conflit qui aura fait prés de 10 millions de morts.
Il marque la fin de la Première Guerre mondiale, (1914-1918), la victoire des Alliés, et la capitulation de l'Allemagne.

Désormais, le 11 novembre célèbre à la fois l'anniversaire de l'Armistice du 11 novembre 1918, la Commémoration de la Victoire et de la Paix et l'Hommage à tous les morts pour la France. Il y a tout juste 96 ans, pour commémorer l'anniversaire de l'Armistice de 1918, la journée du 11 novembre fut instituée par la loi du 24 octobre 1922 « journée nationale pour la commémoration de la Victoire et de la paix ». La loi du 28 février 2012 élargit la portée à l'ensemble des morts pour la France.
C'est donc la reconnaissance du pays tout entier à l'égard de l'ensemble des Morts pour la France tombés pendant et depuis la Grande Guerre qui s'exprime aujourd'hui, particulièrement envers les derniers d'entre eux, ceux qui ont laissé leur vie en Afghanistan, et en cette année 2013, au Mali...

Cette évolution est rendue nécessaire par la disparition des témoins de la guerre de 1914-1918 et l'inéluctable déclin du nombre des acteurs des conflits suivants. Elle s'inscrit dans une politique commémorative ambitieuse qui vise à transmettre la mémoire, à favoriser la compréhension de notre histoire nationale commune et son appropriation par les jeunes générations.

La commémoration de l'Armistice du 11 novembre est l'une des neuf journées nationales instituées par des textes législatifs et réglementaires. Jour d'hommage et de recueillement, elle donne lieu chaque année à des cérémonies commémoratives devant les monuments aux morts des communes de France.

Le devoir de mémoire, encore et toujours...
Nous ne pouvons pas oublier et laisser passer cet anniversaire ! A l'image de celui du 08 mai 1945
Ce rendez-vous annuel, immortel, pérenne, il faut le dire, l'apprendre aux jeunes, le communiquer à tous ceux
qui vivent sur le sol de notre Pays qui est notre PATRIE bâtie au fil des siècles dans le sang et les larmes.
Souvenons-nous ensemble pour ne jamais oublier.
Rendre hommage à tous ceux qui ont donné leur vie pour la patrie et la liberté, c'est un devoir


Le Président de la République, François Hollande, lancera ce jeudi 07 novembre 2013 les Commémorations du Centenaire de la première Guerre Mondiale, à l'occasion d'une cérémonie organisée au Palais de l'Élysée, dans la Salle des Fêtes.Il prononcera une allocution, devant les Ministres, les Militaires, les Ambassadeurs,
les élus, les anciens Ministres...

L’année 2014 marquera le début du cycle du Centenaire de la Première Guerre mondiale qui durera quatre ans. Au niveau national, un groupement d’intérêt public a été créé, ayant pour mission la conception et la mise en œuvre du programme commémoratif national et est chargé notamment d’apporter son soutien aux initiatives locales, à travers la mise en place d’un Label Centenaire.

"Du 9 au 16 novembre, la Mission du Centenaire 14-18 invite les Français à faire numériser leurs souvenirs de la Première guerre mondiale pour alimenter un fond numérique disponible sur Internet. Et ainsi entretenir le devoir de mémoire. La Mission du Centenaire a lancé une grande collecte du 9 au 16 novembre dans toute la France. Objectif, que chaque citoyen fouille dans ses archives familiales à la recherche d'un objet (lettre, une photographie, tract...) relatif au conflit. Ce témoignage du passé sera ensuite numérisé gratuitement pour Européana, un gigantesque fonds numérique déjà riche de 50 000 archives en rapport avec la Grande Guerre."
[Metronews]


Mais ces Commémorations du Centenaire 14-18, et la création d'une Mission du Centenaire de la 1ère Guerre mondiale, certes, constituent une occasion de rassemblement solennel de tous les Français, cependant ne sont-elles pas un prétexte, une parenthèse, pour masquer la colère exacerbée des citoyens, la profonde crise économique de notre pays et aussi finalement de l'Europe ? Car le Président François Hollande, et son Premier Ministre également, restent toujours plus impopulaires que jamais, et les récents sondages ne font que confirmer cette impopularité qui ne cesse de s'amplifier dans le pays. Il est bon de rappeler qu'avec 26 % de bonnes opinions, le Président devient le plus impopulaire de toute la Ve République, selon le dernier baromètre BVA.
"François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont atteint un nouveau record d'impopularité en novembre, respectivement à 25% (-5 points) et 24% (-1) d'opinions favorables, selon un sondage* de l'institut CSA pour le journal Les Echos, publié jeudi 7 novembre. "Avec seulement 25% des Français qui déclarent lui faire confiance pour affronter efficacement les principaux problèmes qui se posent au pays, François Hollande atteint le niveau le plus bas jamais enregistré par notre baromètre politique" créé en 1993, écrit l'institut.

Ce long discours du Président Hollande, sur la 1ère Guerre mondiale, a semblé un peu en décalage par rapport
aux multiples préoccupations des Français, en colère, de plus en plus mécontents, contestataires, doutant de ce pouvoir qui les gouverne.

Le Chef de l'État, a été conspué, hué, et les sifflets sur les Champs-Élysées n'avaient certes pas leur place pendant cette cérémonie, surtout à l'occasion d'un jour qui doit être celui de l'unité nationale, du rassemblement des Français, mais cela témoigne d'un mauvais augure et justifie l'impopularité grandissante
du Président Hollande. Des manifestants minoritaires, chahuteurs, perturbant cette cérémonie ont sali la République, ont insulté la mémoire de tous ceux qui sont morts pour la France, oui c'est indéniable.
Le Ministre de l'Intérieur a fort justement dénoncé cela !
Mais le très populaire et apprécié Ministre de l'Intérieur Manuel Valls (dans sa majorité comme dans l'opposition) a-t-il subitement la mémoire un tantinet défaillante ? Par le passé, et à maintes reprises, des groupuscules d'extrême-gauche ne se sont-ils pas rendus coupables vis-à-vis de la République et de la loi, en perpétrant des exactions beaucoup plus graves, délictueuses, illégales, condamnables, graves, telles que la casse, le vandalisme, la violence, le pillage, la destruction de biens ou lieux publics ou privés... des actes hautement répréhensibles et gravissimes, en comparaison à de simples sifflets d'extrémistes de droite, imbéciles, irresponsables, certes regrettables en ce 11 novembre. Un Président victimes de sifflets, ce sont des signes de mécontentements et de rejets qui ne trompent pas...  
François Hollande qui ironisait sur Nicolas Sarkozy en prétendant qu'il ne pouvait plus se déplacer sans être sifflé, c'est un peu l'arroseur arrosé. 

"Élu pour apaiser une société électrisée par le sarkozysme, il l'inquiète par un optimisme décalé et une absence apparente d'autorité, analyse le journaliste et éditorialiste Bruno Dive dans Sud-Ouest.

Pour le journaliste et éditorialiste au magazine Le Point Philippe Tesson, "le divorce entre le pouvoir et l'opinion est inquiétant". "Le divorce entre le pouvoir et l'opinion a pris des proportions dramatiques". Et il ajoute
La gauche est engluée dans son aveuglement, son archaïsme, et son dogmatisme. Elle compte dans ses rangs un homme un peu plus moderne et plus intelligent que les autres, et qu'importe qu'il poursuive une ambition perso, on a nommé Manuel Valls. Il est l'un des seuls à avoir la capacité de la sauver. Bien entendu, elle le rejette." 
Et il termine :
"La France vit actuellement sur de terribles malentendus. Non seulement la représentation du peuple n'est pas conforme à la réalité, non seulement la majorité qui nous gouverne est devenue minoritaire dans l'opinion, mais de surcroît elle est traversée par des courants contradictoires qui affaiblissent l'autorité du président de la République et du chef du gouvernement. À l'évidence, la crise que nous traversons est moins une crise des valeurs qu'une crise politique."

L'optimisme de François Hollande, sa vision de l'avenir du pays, son manque d'autorité, son refus de changer de cap, l'incompétence l'incohérence et l'impopularité de certains Ministres inquiètent les citoyens de ce pays, au bord de l'exaspération et de l'explosion sociales. Au lieu de rassembler, il divise sur la loi du mariage homosexuel, sur la réforme pénale, sur les rythmes scolaires, sur une pression fiscale qui asphyxie différentes catégories de Français, de plus en plus mécontents, insatisfaits, déçus, et en colère.
Si bien que dans son propre camp, certains pensent à un remaniement ministériel urgent... 

LA MÉMOIRE EST UN DEVOIR
COMMÉMORER EST UN DEVOIR DE TOUS !

RENDRE HOMMAGE À TOUS CEUX QUI ONT
 DONNÉ LEUR VIE POUR LA PATRIE ET LA LIBERTÉ, C'EST UN DEVOIR ! 


    Rechercher

  •  
  •