A C T U A L I T E S
  20-11-2013  SOCIÉTÉ et ENFANCE : aujourd'hui mercredi 20 novembre 2013 JOURNÉE INTERNATIONALE des DROITS de l'ENFANT


"Rien n’est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous nos enfants auront la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et dans la dignité."

Kofi A. Annan, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies


Le 20 novembre 1989, 193 Etats avaient ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant
C'est en 1995 que le Parlement français a décidé de faire du 20 novembre la "Journée Mondiale de défense et de promotion des droits de l'enfant". Cette journée internationale est un moment privilégié pour se rendre compte des nombreuses injustices perpétrées contre les enfants dans le monde. Elle tente aussi de faire valoir la convention internationale des droits de l'enfant de 1989.

La Convention Internationale des Droits de l'Enfant est un texte de 54 articles, adoptée par les Nations Unies le 20 novembre 1989. Elle affirme qu'un enfant n'est pas seulement un être fragile qu'il faut protéger mais que c'est une personne qui a le droit d'être éduqué, soigné, protégé, quel que soit l'endroit du monde où il est né. Et aussi qu'il a le droit de s'amuser, d'apprendre et de s'exprimer. Elle a été ratifiée par 191 pays sur 193. Seuls la Somalie et les États Unis ont refusé de s'engager.

Ce texte est très important, mais pas suffisant : il reste beaucoup à faire pour faire des droits des enfants une réalité. Les droits ne sont réels que dans la mesure où ils sont mis en pratique, pour les enfants comme pour tous. Promouvoir les droits des enfants, c'est tout d'abord créer les conditions sociales, économiques et culturelles afin que tous puissent y accéder. C'est à ce prix que les droits de l'enfant seront véritablement respectés.

L'UNESCO a toujours accordé une place significative à l'enfant au sein de ses programmes et de ses activités, qui visent notamment au développement optimal de la personnalité dès la petite enfance, au progrès social, moral, culturel et économique de la communauté, à l'appréciation des identités et valeurs culturelles, et à la sensibilisation au respect des droits et des libertés fondamentales.

La promotion et le respect des Droits de l'Enfant ne doit pas rester un simple idéal, mais doit devenir une réalité au quotidien, que soient enfin reconnus les droits essentiels de l'enfant : droit à la protection, droit à la santé, droit au développement harmonieux, droit à la culture, droit à l'éducation.

Enfant en France :
  • Un million d'enfants pauvres
  • 19.000 enfants maltraités
  • 76.000 sont en danger dans un contexte familial dégradé et qui menace leur développement éducatif et/ou matériel
  • quelque 240.000 enfants placés ou pris en charge
  • 85 000 sont touchés par le saturnisme
  • record des suicides des 15-24 ans.
  • 150 000 filles et garçons quittent chaque année le système scolaire sans aucune perspective
  • 15 000 ne suivent pas leurs cours alors qu'ils sont inscrits au collège ou au lycée et qu'ils n'ont pas encore 16 ans.
  • 15 % des enfants qui arrivent au collège ne comprennent pas ce qu'ils lisent

Même si la France traite globalement bien ses 15 millions de moins de 18 ans, elle "peut mieux faire", résumait récemment le Conseil français des associations pour les droits de l'enfant (Cofrade).

Le 14 décembre, l'Unicef sortira son rapport annuel intitulé "Enfants exclus, enfants invisibles", sur les enfants qui ne sont pas enregistrés à l'Etat civil ou les enfants de la rue. Fin 2004, le même rapport indiquait que plus d'un milliard d'enfants sur Terre, soit plus de la moitié au monde, "souffrent de privations extrêmes liées à la pauvreté, à la guerre et au sida.

                                  

   
                          

L'UNICEF ou Unicef pour United Nations International Children's Emergency Fund en anglais, soit « Fonds international d'urgence des Nations unies pour l'enfance ») est une agence de l'ONU consacrée à l'amélioration et à la promotion de la condition des enfants.             
En 2005, un enfant meurt encore toutes les 3 secondes. Sans parler des millions d’enfants privés d’éducation, de soins, de nourriture, d’eau potable…
Parmi les nombreuses oeuvres qui agissent pour que soit reconnue la dignité des pauvres et des enfants du monde entier, l'UNICEF est surement l'une des plus connues, c'est pourquoi nous vous conseillons de découvrir, ou de redécouvrir, l'oeuvre de l'
UNICEF.

           http://www.journee-mondiale.com/98/journee-internationale-des-droits-de-l-enfant.htm

Un site à visiter :

Respectons les droits fondamentaux de l'enfant !
pour que chaque enfant puisse avoir la chance de grandir avec son papa et sa maman,
Pour que les bébés ne soient pas l'objet d'un business de la fertilité,
Pour que tous les enfants aient le droit d'être éduqués par leur papa et leur maman,
Pour que tous les enfants sachent bien qu'il ne sont et ne seront jamais issus de 2 papas ou de 2 mamans.
Pour que chaque enfant puisse s'épanouir en tant que garçon ou en tant que fille, conformément à son sexe biologique.


Un site à visiter : www.lamanifpourtous.fr

La Fondation Raoul Follereau est une fondation caritative indépendante, fondée par Raoul Follereau, qui lutte contre la lèpre, l'ignorance et la pauvreté. Elle va aussi au secours des ENFANTS en détresse.
"
Reconnue d'utilité publique, certifiée par le Bureau Veritas Certification France, la Fondation Raoul Follereau apporte ainsi sa pierre à la construction d'un monde plus juste et plus humain, un monde sans exclusions : un monde sans lèpres !"
Les Américains l'appellaient le "vagabond de la charité."

« Poussé par la charité envers le prochain, Raoul Follereau a consacré sa vie au soin des personnes atteintes de la maladie de Hansen jusque dans les endroits les plus reculés de la planète, promouvant entre autre la Journée Mondiale contre la Lèpre. »
Benoît XVI janvier 2013

"Sans l'amour, rien n'est possible. Avec l'amour, rien n'est impossible !"
"Ce n'est rien que de vivre, il faut aimer"
"Soyez riches du bonheur des autres"
"La charité vraie voit dans tout homme un être à respecter, à aider, à aimer"
"La charité est une présence"
"La charité : source de nos joies"
"La charité se moque des frontières"
"Regarder la vie sous l'angle d'une joyeuse et vigilante fraternité"
"Le coeur, c'est la clef du ciel"
"Il y a dans le coeur de chaque homme des trésors prodigieux d'amour"
"Le don de soi paie votre effort ou votre renoncement en allégresse"
"Vous ne réformerez le monde qu'en enrichissant son cœur"
"Vivre, c'est aider les autres à vivre"
"Tout amour semé, tôt ou tard, fleurira"
"La civilisation, c'est le désir qu'il y ait, sur terre, moins de malheurs"
"Le bien est aussi contagieux et plus rayonnant que le mal"
Raoul FOLLEREAU


                                                       

                                                  http://www.raoul-follereau.org/index.php


 
  
                  

Il y a en France trop de Ministères, des Ministres inutiles, peu ou pas efficaces, voire qui ne servent à rien.
Pour les citer : Hélène Conway-Mouret( Ministre délégué chargée des Français de l'étranger), Georges Pau-Langevin (Ministre délégué auprès du Ministre de l'Éducation Nationale, chargée de la réussite éducative),
Yamina Benguigui (Ministre délégué des Français à la Francophonie), Anne-Marie Escoffier (Ministre délégué de la décentralisation), Sylvia Pinel (Ministre de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme), Kader Arif (Ministre
délégué aux Anciens Combattants), Guillaume Garot (Ministre délégué à l'Agro-alimentaire), Thierry Repentin
(Ministre délégué chargé des Affaires Européennes), Pascal Canfin (Ministre délégué chargé du Développement)
Victorin Lurel (Ministre des Outre-Mer). Tous ces Ministres délégués ne constituent tout simplement que des doubles emplois dans l'équipe gouvernementale pilotée par le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault, dans un pays confronté à de graves difficultés économiques et sociales. Mais le quinquennat précédent se composait de trop de Ministres délégués aussi.  
Pourquoi chez nos voisins Allemands, par exemple, membres comme nous de l'Union Européenne, 19 Ministres au total, 38 en France , soit le double ? Cherchez l'erreur !
Quand on pense qu'un Ministre coûte au moins 17 millions d'euros annuels,( 9 940 € brut mensuel ), il y a lieu, oui, de se poser des questions ! La retraite chapeau c'est choquant et scandaleux, mais la rémunération de tant de Ministres, ça l'est aussi ! 
Le journal "Le Canard enchaîné" en recense 19, en Allemagne, pourtant l'Encyclopédie WIKIPEDIA elle n'en recense que 15 dans le cabinet Merkel actuel, contre 38 dans le Gouvernement Ayrault. Tout cela n'est-il pas éloquent et nous emmène à nous poser des questions ! Et il faut ajouter que les Ministres "délégués" sont inexistants chez nos amis et partenaires allemands !
 
"À cet égard, il est intéressant de regarder ce qui se passe dans cette même Union Européenne :
Nulle part, sauf dans la pittoresque Italie, un grand pays ne compte autant de membres dans son gouvernement. Avec 13 ministres en Espagne et 15 en Allemagne, nos voisins montrent que l’on peut gérer une grande nation sans sombrer dans le ridicule. Même le Royaume-Uni avec ses 25 ministres et secrétaires d’État fait beaucoup mieux que nous en la matière, et cela d’autant plus que 3 d’entre eux sont affectés aux relations particulières avec le Pays de Galles, l’Écosse et l’Irlande du Nord."
Quant à nos amis Américains, Outre-Atlantique, nous constatons que ce pays que sont les États-Unis d'Amérique , n'a que 15 Ministères, et oui, pas un de plus , mais pour une population de 316 millions d'habitants !
Dès lors sommes-nous un État qui peut se "payer" 38 Ministres, aujourd'hui, dans un pays en pleine récession ?  
Et le salaire du Premier ministre et du président s'élève désormais à 14 910 € bruts pour 12 696 € nets (21 300 € bruts et 18 276 € nets sous le quinquennat précédent de Nicolas Sarkozy). 
En mai 2007, l'ancien Président Nicolas Sarkozy avait déclaré : "Mon Gouvernement sera limité à 15 Ministres"
Mais petit à petit la promesse ne sera pas tenue. En mars 2008, l'équipe gouvernementale compte 38 personnes. Lors de la formation du 3ème gouvernement Fillon le 14 novembre 2010, le nombre de collaborateurs passera à 31, pour passer finalement en 2012, à 21 personnes, mais nous sommes encore loin des 15 personnes préalablement prévues.
Une célébrissime organisation humanitaire qu'est l'UNICEF lança en 2012, un appel à tous les candidats à la Présidentielle en faveur de la création d'un Ministère de l'Enfance et de l'Adolescence, cruellement absent et oublié dans des gouvernements qui se sont succédés, par le passé, qu'ils soient d'ailleurs de droite ou de gauche.
Le gouvernement Ayrault II compte actuellement 38 Ministres. Une initiative heureuse : avoir songé à respecter la parité homme/femme (19 et 19) dans la composition gouvernementale. 
Il est regrettable que le Président Hollande élu le 6 mai 2012 n'ait pas songé à créer un tel Ministère, tout en souhaitant "le changement c'est maintenant", et penser plutôt aux petits copains ou amis élevés à divers postes Ministériels.
L'appel de l'UNICEF, hélas n'a pas été entendu ! Pléthorique le nombre de Ministres en France, la réponse est oui, indubitablement ! Un nombre astronomique de Ministres n'est pas un critère d'une gouvernance de qualité et de compétence. Et en extrapolant le nombre de nos parlementaires, Députés et Sénateurs, l'est également, et le nombre de fonctionnaires, idem...
Oui, elles sont bien là, les économies nécessaires et indispensables pour réduire substantiellement nos dépenses publiques de l'État ! Et pour comptabiliser ces dépenses publiques, pas besoin d'avoir fait Polytechnique ou l'Ena, la simple logique et la calculette !
De plus, le fossé est trop grand entre "la France d'en haut, et la France d'en bas", expression de Jean-Pierre Raffarin.
"Le divorce entre le pouvoir et l'opinion est inquiétant", estime le journaliste Philippe Tesson.
 

    Rechercher

  •  
  •