A C T U A L I T E S
  22-11-2013  HISTOIRE : En ce vendredi 22 novembre 2013, les États-Unis célèbrent le cinquantième anniversaire de la mort de JOHN FITZGERALD KENNEDY leur 35ème Président de la République (1917-1963)

      

JOHN FITZGERALD KENNEDY (1917-1963)

                  

John FITZGERALD KENNEDY (1917-1963)

 
                           


   

Ce 22 novembre 1963 va être le jour le plus tragique de l'histoire des ÉTATS-UNIS.
John Fitzgerald Kennedy alias Jack Kennedy, souvent désigné par ses initiales JFK était né le 29 mai 1917 à
Brookline dans l'état du Massachussets, une banlieue chic de Boston. Il était le second d'une riche famille d'origine Irlandaise qui comptait 9 enfants, 5 garçons et 4 filles. L'aîné étant Joseph Jr et le plus jeune Edward
décédé à l'âge de 77 ans en 2009, d'une tumeur cérébrale. Robert, plus jeune que John, alias Bob Kennedy (1925-1968), fit une carrière politique comme ses frères John et Edward, sénateur, il sera assassiné à l'âge de 42 ans, le soir de sa victoire à la primaire démocrate de Californie, à Los Angeles.
Vers les années 1936 JFK est diplômé de la célèbre Université d'Harvard.
En 1941, il était nommé commandant d'un patrouilleur avec le grade de lieutenant de vaisseau.
En 1952, il est candidat au siège de sénateur avec le slogan : "Kennedy en fera plus pour le Massachusetts."
John Kennedy est connu pour ses multiples maîtresses et conquêtes féminines, dont Marilyn Monroe en 1962, ainsi que Judith Campbell Exner ou encore Gunilla von Post et Marlène Dietrich.

Le 12 septembre 1953, il épouse Jacqueline Bouvier, d'origine Française, en l'église St Mary à Newport (Rhode Island). Le couple aura une fille Caroline en 1957 puis un fils John en 1960, qui périra dans un dramatique accident d'avion à l'âge de 39 ans.
Il ne sera pas épargné tout au long de sa vie par des problèmes de santé : jaunisse, possible leucémie, 
"problèmes de dos, né avec une colonne vertébrale instable, ce qui l'obligera toute sa vie à utiliser des béquilles cachées au public, à se reposer fréquemment dans son rocking-chair devenu légendaire et à porter un corset dorsal de 20 centimètres. Il est de plus atteint de la maladie d'Addison, une sorte de déficience (encore mortelle à son époque) des glandes surrénales, lesquelles produisent des hormones anti-douleurs osseuses. Pour soulager ses douleurs, il reçoit régulièrement des injections de cortisone, de novocaïnes et de stéroïdes, prend des amphétamines, ce cocktail médicamenteux lui permettant de déployer une énergie hors du commun et d'assouvir une libido hyperactive."

Kennedy se déclare candidat pour succéder à Eisenhower le 2 janvier 1960. Candidat Démocrate, son adversaire politique est le Républicain Richard Nixon. L'élection a lieu le 8 novembre 1960. Kennedy bat Nixon de seulement 120.000 voix. À 43 ans, Kennedy est le plus jeune président élu : Theodore Roosevelt était plus jeune lors de son accession à la présidence, mais il succédait à William McKinley, décédé en cours de mandat. Il est aussi le premier président des États-Unis de religion catholique et toujours le seul à ce jour.
Il entre en fonction le 20 janvier 1961 à l'âge de 43 ans. Il sera le 35ème Président des U-S-A.

Son discours est resté dans la mémoire des Américains : "Vous qui, comme moi, êtes Américains, ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. Vous qui, comme moi, êtes citoyens du monde, ne vous demandez pas ce que les États-Unis peuvent faire pour le monde, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le monde.".

"Plus jeune président élu, il est aussi le plus jeune à mourir en cours de mandat, assassiné moins de trois ans après son entrée à la Maison-Blanche. Il reste aujourd'hui le seul Président américain de confession catholique."

Pendant les trois ans de son mandat présidentiel écourté, il va opter pour une coexistence pacifique au cours de la "Guerre froide", il va s'attacher à relancer l'économie américaine en crise, il va se battre contre la ségrégation raciale aux États-Unis, et va favoriser la conquête spatiale avec ce premier voyage des 3 astronautes américains vers la lune. Apollo 11 est une mission du programme spatial américain Apollo au cours de laquelle, pour la première fois, des hommes, deux astronautes se sont posés sur la Lune, le 20 juillet 1969, Neil ARMSTRONG, Buzz ALDRIN, le troisième Michaël COLLINS pilotant le module de commande, dans l'espace. Apollo 17 sera le dernier voyage lunaire, la lune , rappelons-le se trouve à 384 400 kms de la
Terre (1,28 seconde-lumière)
Par cet exploit, l'agence spatiale américaine, la NASA, remplit l'objectif fixé par le président John F. Kennedy en 1961 de poser un équipage sain et sauf sur la Lune avant la fin des années 1960 et démontre sans contestation possible la supériorité des États-Unis sur l'Union soviétique dans le domaine des vols spatiaux habités
.
"C'est un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'humanité" : les premiers mots de l'astronaute Neil ARMSTRONG (1930-2012) en posant les pieds, le premier sur la Lune, le 20 juillet 1969 sont entrés dans la légende.

"Le 22 novembre1963, il entame la campagne pour sa réélection par un voyage au Texas. L'avion présidentiel Air Force One atterrit sur l'aéroport de Dallas Love Field, où Kennedy et son épouse sont accueillis chaleureusement. À 12 heures 30, alors que le cortège présidentiel se dirige vers Dealey Plaza, plusieurs coups de feu sont tirés, le gouverneur John Connally est touché, Kennedy est atteint en pleine tête. Il décédera peu de temps après à l'hôpital Parkland. Son assassinat reste à ce jour, pour beaucoup, non résolu, alimentant les rumeurs et les hypothèses les plus folles. Le 27 septembre 1964, la commission d’enquête désignée par Lyndon Johnson, connue sous le nom de Commission Warren, conclut que l’assassin présumé de Kennedy, Lee Harvey Oswald, a agi seul. "La  commission Warren et le House Select Committee on Assassinations (HSCA) ont conclu qu'Oswald avait tué le président, bien que le HSCA estime que l'assassinat a été le résultat d'un complot.
"La commission d'enquête de 1979 du HSCA, a conclu à la probabilité d'un complot, sans identifier les conspirateurs, et considère toutefois qu'Oswald a agi dans le cadre de ce complot et a bénéficié de complicité. Sans identifier les coupables, le comité de 1979 exclut toutefois la CIA, le FBI et les services secrets sans spécifier pourquoi, et conclut que le gouvernement cubain, tout comme les groupes anticastristes aux États-Unis, ne sont pas impliqués jusqu'à preuve du contraire. Le rapport soutient toutefois que des aspects de l'affaire ont été volontairement occultés parce qu'ils auraient pu être gênants. Il recommande de pousser plus avant l'enquête sur l'assassinat du président Kennedy, recommandation qui restera sans réponse." (WIKIPEDIA)"
"Dans son enquête d'investigation, le journaliste indépendant
William Reymond avance la culpabilité du sénateur texan et vice-président démocrate Lyndon B. Johnson qui, selon son homme de main véreux Billie Sol Estes, aurait été l'instigateur de l'assassinat via un vaste complot." (WIKIPEDIA)

Rappelons les circonstances : "lors d'une visite pré-électorale de John F. Kennedy à Dallas, le cortège présidentiel traverse la ville à petite vitesse, salué par la foule amassée. Alors que la limousine décapotée du président (une Lincoln Continental bleu-noire) passe sur Dealey Plaza, des coups de feu éclatent. Le président est d'abord blessé au cou, tandis que le gouverneur Connally, assis devant lui, est blessé à la poitrine, puis une balle atteint le président à la tête et ressort par la tempe droite. Aussitôt transporté au Parkland Hospital, le président est déclaré mort après une demi-heure de vains efforts de réanimation. Le monde est consterné en apprenant la nouvelle."
Peu à peu la nouvelle de cet attentat se répand à travers tout le pays et va plonger le peuple Américain dans un profond désarroi dont il aura du temps à se remettre.

"Selon les enquêtes officielles, Lee Harvey Oswald a assassiné le président, quoique la seconde enquête (celle du HSCA) ait estimé qu'il y avait eu conspiration. Selon certains témoignages, Mac Wallace aurait avoué à certaines personnes être un des assassins de John F. Kennedy.
Sa femme Jacqueline, lors du transport du cercueil à bord de l'avion Air Force One, lui organise des obsèques nationales impressionnantes sur le modèle de celles d'Abraham Lincoln. Le président Kennedy repose au cimetière national d'Arlington, près de Washington."

Comme le souligne WIKIPEDIA, "en raison de son énergie, de son charisme et de son style, mais aussi par son assassinat en 1963, John F. Kennedy reste l'un des personnages les plus populaires du XXème siècle et, à l'instar d'Abraham Lincoln, un Président modèle pour les États-Unis. Comme pour le Président Lincoln, la disparition brutale de JFK participa, en grande partie, à cette image."
La jeunesse, le charme, le pouvoir de séduction, la popularité, le charisme, la compétence, l'incomparable talent d'orateur, et cet éternel sourire feront de lui un Président inoubliable.

L'actuel Président des États-Unis Barack Obama et son épouse Michèle ont déposé une gerbe en présence du Président Bill Clinton, au cimetière d'Arlington où reposent JFK et feu sa femme, ce mercredi 20 novembre 2013.
Il a par ailleurs décoré d'autres personnalités de la médaille d'honneur, créée par le Président Kennedy disparu.
Une grande commémoration sous l'égide de la ville de Dallas, au Texas, aura lieu pour la première fois depuis
l'assasinat de John Fitzgerald Kennedy, preuve que la ville veut faire la paix et désire effacer cette tragédie de l'histoire Texane et Américaine.

40.000 ouvrages ont déjà été publiés à travers le monde sur la vie de Kennedy et le mystère de sa mort, sans
compter des centaines de livres sortis ces temps-ci, signe de l'immense popularité de cet extraordinaire homme
d'état américain qu'était JFK. L'année 1963 marquera aussi l'essor de la musique américaine et anglaise, avec notamment l'apparition des non moins populaires Rolling Stones et Beatles.
Le Président Kennedy n'aura dirigé la Maison Blanche que trois ans, mais ce chef d'état fascinant, hors du commun, aimé, apprécié, aura marqué à jamais l'Amérique et le monde.
Aujourd'hui, jour de mémoire, fête du cinquantenaire de la mort du Président Kennedy, tous les drapeaux sont en berne aux États-Unis.
La ville de Dallas ne veut plus être comme elle fut baptisée depuis le tragique assassinat de JFK , "la cité de la haine."
"Sa mort a changé notre ville pour toujours, de même que le monde", a dit le maire Rawlings. "Nous voulons commémorer ce jour tragique, en nous souvenant d'un grand président avec le sens de la dignité et de l'histoire qu'il mérite". Aujourd'hui toute la ville a observé une minute de silence, et les cloches des églises de la ville ont sonné vers 12h 30, heure à laquelle le Président fut assassiné.
Pour "pleurer la perte d'un extraordinaire serviteur de l'Etat, visionnaire et sage idéaliste", les drapeaux des bâtiments officiels devaient être baissés à mi-mât, a annoncé jeudi 21 novembre le président Barack Obama en proclamant la journée du 22 novembre "Jour du Souvenir du président John F. Kennedy". 

Philippe Labro un journaliste français, écrivain, réalisateur, homme de médias, et auteur de chansons, connait
bien les États-Unis.
Éditorialiste au magazine hebdomadaire Le Point, il raconte, témoin, présent, ce qu'il a vu, vécu, ressenti le jour de l'assassinat de Lee Harvey Oswald par Jack Ruby, à Dallas, dans son livre paru en octobre 2013,
aux Éditions Gallimard, "On a tiré sur le Président". Il penche plutôt pour la théorie du tueur unique, tout comme la commission Warren. D'autres optent pour l'hypothèse d'un complot, comme le House Select Committee on Assassinations (HSCA)  en désaccord avec la commission Warren dont le rapport a conclu à la seule inculpation de Lee Harvey Oswald, l'assassin.
Un autre auteur, journaliste, écrivain, Vincent Quivy, a sorti aux Éditions du Seuil, son ouvrage " Qui n'a pas tué John Kennedy?" paru en septembre 2013, et dans lequel il rejoint l'opinion et la conviction de Philippe Labro,
c'est-à-dire un seul tueur, Lee Harvey Oswald, ayant assassiné le Président John FITZGERALD KENNEDY, le 22 novembre 1963, à Dallas, au Texas.


                               
                            John Fitzgerald Kennedy statue de bronze à Boston (The Massachussets State House)
                                                                                   Sculpture d' Isabel McIlvain 29 mai 1990

    Rechercher

  •  
  •