A C T U A L I T E S
  30-11-2015  ÉCOLOGIE ENVIRONNEMENT : La COP21 aura lieu du 30 novembre au 15 décembre 2015, sur le site de Paris-Le Bourget
                                        


                                  

La France présidera la 217ème Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de 2015 CCNUCC (COP21/CMP11)
.
Pourquoi ce nom de cop21 ? Simplement parce que cette conférence mondiale sur le climat est la 21ème édition.
La COP21, que l’on appelle aussi Paris 2015, sera l’une des plus grandes conférences internationales organisées sur le territoire français. Elle doit aboutir à l’adoption d’un premier accord universel et contraignant sur le climat pour maintenir la température globale en deçà de 2°C.
 
"La France va accueillir et présider en décembre 2015 la Conférence Paris Climat (COP21). C’est une échéance cruciale, puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement climatique mondial en deçà de 2°C."
C'est la commune du Bourget ( département de la Seine-Saint-Denis 93) qui a été choisie comme ville théâtre des opérations, dans un site de 18 ha.

"La COP21, qui se déroulera à Paris du 30 novembre au 15 décembre 2015, a pour but de freiner les évolutions du dérèglement climatique qui menacent nos sociétés et nos économies. Les objectifs de cette conférence sont ambitieux :

• accueillir au Bourget près de 40 000 personnes, délégués et observateurs ;
  
• assurer un rôle de facilitateur entre toutes les parties prenantes afin que soit trouvé un accord universel et contraignant pour maintenir la température globale en deçà de 2 °C.

Grande Cause nationale 2015, la lutte contre le réchauffement climatique est un défi qu’il est primordial de relever. En effet, le cinquième et dernier rapport du Giec souligne l’importance des activités humaines dans le dérèglement climatique et ses principales manifestations :

• la température moyenne annuelle a déjà augmenté de 0,85 °C depuis 1880 et pourrait croître jusqu’à près de 5°C d’ici à 2100 ;

• plus de 90% de l’énergie dûe au réchauffement climatique est stockée dans l’océan ;

• l’océan Arctique pourrait être libre de glace avant le milieu du 21ème siècle et les glaciers de montagne continueront à se vider. Le niveau de la mer s’est élevé de 0,19 mètre au cours de la période 1901-2010. Le GIEC prévoit une hausse probable de 26 à 82 cm d’ici à 2100 ;

• les concentrations de CO2 liées à l’homme ont augmenté de 40% depuis 1750 et de 20% depuis 1958.
Il est important de savoir que la Chine est le pays le plus pollueur dans le monde puisqu'il émet 766 grammes de CO2/kWh. Mais les Etats-Unis d'Amérique ne sont pas des bons élèves en matière d'écologie puisqu'ils produisent 522 grammes de CO2/KwH. La France quant à elle, émet 79 grammes de CO2/kWh. (chiffres donnés par EDF en 2011). Parmi d'autres pays pollueurs, on trouve l'Inde, le Japon, la Turquie, l'Australie...
Le CO2 est rappelons-le, un des gaz classés dans les gaz à effet de serre (GES). L'objectif est de faire diminuer le taux de CO2 rejeté dans l'atmosphère et produit par l'activité humaine. 
La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) a vu le jour lors du Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, en 1992. Ratifiée par 196 "parties", elle reconnaît l’existence d’un réchauffement climatique dû à l’activité humaine et donne aux pays industrialisés la responsabilité de lutter contre ce phénomène.

L’organe suprême de la CCNUCC est la Conférence des parties (COP). Elle se réunit chaque année afin de prendre des décisions, à l’unanimité ou par consensus, pour respecter les objectifs de lutte contre les changements climatiques. Chaque année, la Conférence se déroule sur la base d’une rotation géographique dans un des pays des cinq groupes régionaux de l’Organisation des Nations unies : Asie-Pacifique, Europe de l’Est, Amérique Latine-Caraïbes, Europe de l’Ouest élargie (WEOG) et Afrique.

La CMP représente les États de la réunion des parties au Protocole de Kyoto. Elle veille à la mise en œuvre du Protocole de Kyoto et promeut son effectivité. Ce protocole, adopté en 1997 à la COP3 de Kyoto (Japon), marque un tournant dans la lutte contre le réchauffement climatique. Pour la première fois, 37 pays développés ou en transition s’engagent sur des objectifs contraignants de réduction d’émissions de gaz à effet de serre.

Lors de la Conférence de Copenhague en 2009, les 195 pays représentés n’avaient pas pu trouver un terrain d’entente. Ils ont repoussé à 2015 la signature d’un accord global. Selon Laurent Fabius, président de la COP21, "le fantôme de Copenhague s’éloigne". En septembre 2012, le président de la République, François Hollande, fait part de son intention d’accueillir la 21e Conférence des parties (COP21) en 2015. La France est officiellement désignée pays hôte lors de COP19 de Varsovie, en 2013."

Il faut rappeler que Nicolas Hulot engagé dans le militantisme écologique, journaliste-reporter, animateur-producteur de télévision et écrivain français. a été chargé par le Président de la République, de la protection de la planète. "À la suite de la renommée de son émission télévisée Ushuaïa, il s'engage plus avant dans la protection de l'environnement et la sensibilisation du grand public sur les questions écologiques." [WIKIPEDIA]
Sa mission d'envoyé spécial pour la protection de la planète inclut notamment la préparation, avec la diplomatie et la société civile, de la 21ème conférence climat (COP21) qui se tiendra au Bourget en décembre 2015.
Le 14 janvier 2015, Laurent Fabius a présenté l’identité visuelle de la conférence Paris Climat 2015 (COP21) qu’il présidera. Il a rappelé l’objectif, ambitieux mais nécessaire, de limiter les effets du dérèglement climatique à 2°C.
L’ADEME (Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie) est largement impliquée à l’occasion de cette COP21, que l’on appelle également Paris Climat 2015.
Notre Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, Ségolène Royal, souhaite mettre la France au rang des bons élèves parmi les différents pays de la planète, en matière d'écologie et d'environnement. En effet, dans cette planète, il y a les bons et les mauvais élèves.
En déplacement mardi 16 juin au Jardiland de Bonneuil-sur-Marne, elle a annoncé l’interdiction en libre-service au 1er janvier 2016 de tous les produits phytosanitaires, dont ceux à base de glyphosate. "Ce qui me préoccupe avant tout, c’est la santé publique" a-t-elle déclaré. Un amendement à la loi transition énergétique sera déposé en ce sens. Concrètement, les produits ne pourront plus être vendus sans que les consommateurs ne soient informés des risques encourus. La vente sera désormais accompagnée d’un conseil, comme dans les pharmacies. La Ministre a insisté sur le fait qu’il fallait revenir à des produits naturels, non nocifs pour la santé et l’environnement.
Ayant fait le buzz sur Internet à propos du célèbre herbicide désherbant Roundup, mondialement utilisé contenant un produit toxique le glyphosate, et certes vraisemblablement jugé cancérigène par le CIRC et par l'OMS, elle a pris pour cible le fabricant américain de ce produit phytosanitaire (pesticide), Monsanto, qui s'est senti stigmatisé et banni...
"On est complétement abasourdi par cette opération de communication menée par Ségolène Royal ", a indiqué à l’AFP le directeur des affaires institutionnelles de Monsanto France, Yann Fichet.
"Actuellement, il y a le plan EcoPhyto2 qui aurait pour vocation de mieux encadrer l’ensemble des produits phytosanitaires en France. Ce plan est en discussion avec l’ensemble des parties prenantes, et j’ai l’impression que Ségolène Royal fait aujourd’hui cavalier seul, et elle s’acharne à stigmatiser notre marque",a-t-il ajouté.
Le glyphosate, l'herbicide incriminé, le plus utilisé en France , est connu depuis plus de quarante ans et est
présent dans près de 180 produits phytosanitaires en France, explique le directeur des affaires institutionnelles de Monsanto France, Yann Fichet. Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll avait assuré la semaine dernière qu’il n’interdirait pas le glyphosate. Dans un communiqué daté du 11 juin, le Ministre avait indiqué qu’avec la Ministre de l’Ecologie Ségolène Royal, ils imposeraient, « que l’accès aux produits phytosanitaires pour les jardiniers amateurs ne puisse plus se faire que par l’intermédiaire d’un vendeur certifié et compétent en matière de lutte intégrée », mais « à compter du 1er janvier 2018 », et non 2016 comme l’a déclaré mardi Ségolène Royal. Le glyphosate, présent notamment dans le Roundup (Monsanto), et les insecticides malathion et diazinon ont été classés en mars cancérogènes "probables chez l'homme", même si les "preuves sont limitées", selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).
L'association de consommateurs CLCV a interpellé récemment les agences sanitaires françaises et européennes et le Ministre de l'Agriculture concernant le glyphosate, demandant notamment qu'il ne soit plus vendu en libre service aux jardiniers amateurs.
L'OMS vient de classer officiellement le glyphosate, un herbicide, dans la catégorie des produits cancérogènes probables. Il est  largement produit par Monsanto, le géant américain. Le glyphosate est une matière active qui entre dans la composition du produit phare de la firme, le désherbant « Roundup ».
Il est aujourd'hui indéniable que les pesticides sont reconnus dangereux pour la santé et l'environnement, mais pourtant nécessaires aux agriculteurs. Engendrant de meilleurs rendements, faciles à épandre, face à des consommateurs de plus en plus exigeants, aux besoins alimentaires avec une démographie mondiale grandissante, les produits phytosanitaires paraissent plus que jamais nécessaires aux agriculteurs. Comment obtenir des cultures saines et dépourvues de maladies, de parasitoses, de dégâts causés par des insectes nuisibles... sans avoir recours à certains produits phytosanitaires sélectionnés parmi les moins dangereux, agressifs ou toxiques, voire utiliser à plus grande échelle des produits plus naturels, destinés aux agriculteurs industriels et aux jardiniers et particuliers amateurs ?

Mais notre Ministre ne va-t-elle pas trop loin puisqu'elle vient de faire comme nouveau cheval de bataille le fameux Nutella fabriqué par l'italien Ferrero, la célèbre pâte à tartiner, qui fait le régal des petits et même des grands, en déclarant, lundi soir sur le plateau du Petit Journal de la chaîne Canal +, « qu’ il faut arrêter de manger du Nutella » parce qu’il contient de l’huile de palme « qui a remplacé les arbres, et donc c’est des dégâts considérables " avait-elle ajouté. [Mme la Ministre, il me semble que l'on dit plutôt "Ce sont des dégâts considérables" ?] La réponse du fabricant Italien ne s'est pas faite attendre :
« Ferrero utilise de l’huile de palme respectant le développement durable pour ses produits confectionnés à Villers-Ecalles [Haute-Normandie] », a réagi Ferrero, cité par La Stampa. La référence au site de production français est aussi un moyen de rappeler que l’entreprise joue un rôle dans l’économie de l’Hexagone. 
Pour tenter d’éteindre la polémique, et effacer la gaffe, la Ministre de l’Ecologie a rapidement présenté ses excuses sur Twitter. 

Cette conférence internationale constitue un sommet mondial capital pour le climat.
Déjà 2014 avait été l’année la plus chaude jamais enregistrée. Et bien cette année 2015 risque bien de l’être encore plus puisque le mois de mai que nous venons de vivre a été « le plus chaud dans les annales », selon Derek Arndt, un scientifique de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), qui a également souligné que la période recouvrant les cinq premiers mois de 2015 a également été la plus chaude jamais enregistrée, « ce qui montre que le réchauffement de la planète se poursuit ».

 
Carte montrant les impacts du changement climatique, selon le rapport du Giec conclu dimanche à Yokohama (Photo -, K Tian/P Pizarro/G Handyside. AFP) - Document Journal Libération (13/04/2014)

                

                                                 Ensemble, sauvons la PLANÈTE !

Nous apprenons qu'un journaliste spécialiste de météo sur France 2, Philippe Verdier, qui plus est chef du service météo sur France 2, vient d'être subitement mis à l'écart, sanctionné, suite à des propos tenus dans
son livre "Climat investigation" dénonçant l'exploitation politique du changement climatique et aussi une lettre ouverte adressée au chef de l'État : "
Dans deux mois, la France accueille la Cop21 conférence des Nations
unies sur le climat. Vos services de stratégie vous ont informé qu'elle ne servira à rien comme les vingt
précédentes. Alors pourquoi continuer à feindre un sauvetage de la Planète ? Vous, Président de la
République, ne pouvez pas cautionner les scientifiques ultra-politisés du Giec, les lobbies d'entreprises,
les ONG gouvernementales, ni les chefs religieux autoproclamés nouveaux apôtres du climat."
Ainsi voilà en clair des déclarations qui ont manifestement déplu sans doute à la direction de France
Télévisions et au plus haut de l'État comme l'a affirmé Philippe Verdier, lors de son interview accordé à
Jean-Marc Morandini sur la station de radio Europe 1. L'Élysée est-il intervenu dans cette affaire ? Réponse
de l'intéressé : "
Forcément, quand quelqu'un se met en travers  de la route de la Cop21, ça ne fait pas plaisir
à l'Élysée,
ajouta-t-il. La Cop21 c'est un rouleau compresseur, ça va tomber pendant les élections régionales, c'est un enjeu majeur pour le gouvernement aujourd'hui.
Dès à présent, des parlementaires ont réagi, en prenant sa défense comme le Député Républicain de la Drôme, Hervé Mariton , qui a adressé une lettre ouverte à la Présidente de France Télévision, Delphine
Ernotte Cunci, et même des intellectuels comme le philosophe Raphaël Enthoven qui sont venus à sa
rescousse et de déclarer : "
S'il est avéré que cet homme  a été mis à l'écart à cause de l'expression de ses thèses, alors c'est un scandale".
On peut se demander si la liberté d'expression dans notre République démocratique n'est pas bafouée ou remise en cause ? La politique, c'est une chose, mais la climatologie et les questions écologiques ou
environnementales sont incompatibles avec des sujets qui touchent à la politique.
Cette prochaine conférence Cop21 sur le climat sera-t-elle alors utile ou au contraire inefficace ? Sera-t-elle un succès, ou au contraire un échec (la conférence de Copenhague, en 2009, fut un échec) ? D'autre part elle aura tout de même un coût non négligeable : sont prévus, 51 millions pour abriter la conférence, 80 millions pour équiper et sécuriser les lieux, 10,9 millions pour la communication, soit un budget total de 187 millions. Mais Paris ne souhaite pas assurer à elle seule ces dépenses engagées pour organiser cette conférence et veut faire appel aux entreprises privées qui participeraient à hauteur de 20 % de la facture totale, en sponsorisant l'évènement.
La France a choisi de placer cette conférence sous le signe de l’exemplarité environnementale, et mettra en œuvre un programme d’action permettant de réduire au maximum l’impact de l’événement sur le plan des consommations de ressources naturelles (eau, déchets, énergies) et des émissions de gaz à effet de serre.
Ce sont donc 143 chefs d'État et de Gouvernement qui sont attendus lundi 30 novembre au Bourget, pour ce
sommet conférence sur le climat. Il y aura 10 000 délégués représentant les 195 États signataires de la convention (plus l'Union Européenne). Ils auront 11 jours (jusqu'au 11 décembre) pour trouver un accord sur le climat. 


 



                                                                     Document de notre Journal quotidien régional SUD OUEST (28/11/2015)


Les 195 pays participants signataires de cet accord universel ont donc adopté, à Paris, ce samedi 12 décembre 2015, une résolution contre le réchauffement climatique. Un seul pays, le Nicaragua, a refusé de participer à ce consensus mondial.
La Ministre de l'Environnement Ségolène ROYAL reprend la Présidence de la COP21, après le renoncement de Laurent FABIUS, qui sera bientôt nommé Président du Conseil Constitutionnel, à la place de Jean-Louis DEBRÉ.
L'ancien Ministre des Affaires étrangères a confirmé lundi 15 février 2016, dans une lettre adressée au Président de la République François HOLLANDE, qu'il renonçait à cumuler les présidences du Conseil Constitutionnel et de la COP. La Ministre prend sa revanche sur son collègue au Gouvernement car Ségolène ROYAL avait été placée et reléguée pendant 2 ans, à un second plan dans les débats.
Après avoir accepté cette Présidence de la COP, elle reprendra "la totalité du dossier climatique",
en attendant la prochaine COP 22 qui se tiendra à Marrakech, au Maroc.

      Rechercher

    •  
    •