A C T U A L I T E S
  27-01-2013  CULTURE et CINÉMA : Il y a 30 ans disparaissait un trés grand acteur comique français Louis de FUNÈS

                                               LOUIS DE FUNÈS (1914-1983)

         
                                              Louis de Funès : un extraordinaire talent de comique

             


Louis de FUNÈS nous a fait pleurer lorsqu'il nous a quittés (27/01/1983), mais il nous aura tant fait rire tout
le long de sa carrière cinématographique et théâtrale, que jamais nous n'oublierons ce grand monsieur du
cinéma français.
Il nous avait habitué à la comédie, mais la tragédie de sa vie fut l'annonce de son décès.
Louis De Funès décède d'un accident cardiaque le 27 janvier 1983, à Nantes.Ce comédien restera immortel, intemporel, inoubliable, et même irremplaçable. Une popularité et une audience extraordinaire dans le 7ème Art. Il avait 69 ans quand il est mort, et il laisse derrière lui 140 films...Oscar, l’aile ou la cuisse, la soupe aux choux, le grand restaurant, les aventures de Rabbi Jacob, la grande vadrouille, le corniaud...
C'était un génie de la comédie, parti hélas trop tôt ! 

Le 27 janvier 1983, Louis de Funès s'éteignait des suites d'un infarctus au CHU de Nantes. Trente ans après sa
mort, la popularité de l’acteur est intacte. Du "Corniaud " à " La Grande Vadrouille " en passant par 
"Rabbi Jacob", la plupart de ses films sont devenus cultes. Nous ne nous lassons pas de voir et revoir ses films.
En une décennie de 1960 à 1970 , il a attiré plus de 150 millions de spectateurs dans les salles de cinéma.
Ses mimiques, ses gestes, ses grimaces , sont les meilleures caractéristiques de son humour irrésistible, et dont lui seul avait le secret.

"Louis Germain David de Funès de Galarza est né le 31 juillet 1914 à Courbevoie dans une famille issue de la noblesse de Séville, (Andalousie), en Espagne.
Il entre dans la vie active en exerçant divers petits boulots desquels il se fait souvent renvoyer à cause de son caractère. A la veille de la seconde guerre mondiale, il devient pianiste et joue dans des bars de pigalle. C'est à cette période qu'il commence à s'intéresser à la comédie et il prend cours. En 1943, Louis épouse Jeanne Barthélémy de Maupassant avec laquelle il aura deux fils. A partir de 1945 il commence à rentrer dans le
métier en faisant du théâtre, où ses apparitions sont brèves, mais se font remarquer par son comique.
Dans sa première scène au cinéma, il se contente d'ouvrir une porte, suivra une succession de près de
80 films, toujours dans des rôles plus insignifiants les uns que les autres.
Le rôle qui le révèle au public arrive en 1956 avec "La Traversée de Paris" de Claude Autant-Lara. Au cours
des années qui vont suivre, Louis jouera avec les plus grands acteurs de l'époque, Gabin, Bourvil, Marais, etc. La plupart de ses films seront de grand succès commerciaux à l'instar de "La Grande Vadrouille" qui réussit à attirer plus de 17 millions de spectateurs dans les salles obscures.
On ne peut oublier la série des Gendarmes, une suite de films réalisés par Jean Girault, saga composée de six opus, tournés entre 1964 et 1982, le Gendarme de Saint-Tropez, le Gendarme à New-York, le Gendarme se marie, le Gendarme en ballade, le Gendarme et les extra-terrestres, et enfin le Gendarme et les gendarmettes
lequel sera son dernier film.
Il y interprétait le célèbre rôle inoubliable du maréchal des logis-chef Ludovic Truchot...
Aujourd'hui encore, il est considéré comme l'un des plus grands comique français."

    

Natif du département des Hauts-de-Seine (92), l'acteur comique mythique nous a quittés il y a maintenant 30 ans. La Ville de Courbevoie lui rend hommage avec une semaine d'animations du 28 janvier au 3 février 2013.
Louis de Funès aimait se détendre en jardinant dans sa propriété de la ville de Le Cellier-sur-Loire, située en Loire-Atlantique, en région Pays de Loire, Département de Loire-Atlantique(44), Arrondissement d’Ancenis, Canton de Ligné. La commune du Cellier est située à 20 km à l’est de Nantes.
Quelques hommes célèbres ont séjourné au Cellier : le peintre anglais TURNER , le poète et instituteur René Guy CADOU, mais surtout l’acteur Louis de FUNÈS.
Un très beau château que le château de Clermont qui date de 1643 et fut la résidence de l'acteur, de 1967 a 1986.
Une superbe architecture du XVIIème, construite entre 1643 et 1649 sous la régence d'Anne d'Autriche. C'est en 1643 que le jeune Louis-Dieudonné, alors âgé de 5 ans, monte sur le trône, pour devenir Louis XIV, roi de France et de Navarre.
Louis de Funès s'y installa définitivement en 1975, après sa première alerte cardiaque. Il a alors 61 ans.
C'est Clermont qui est son refuge, son havre de paix, et où il peut se ressourcer en oubliant la vie parisienne et les plateaux de cinéma. Pourtant célèbre, il reste un homme simple, humble, au milieu de son potager, de ses fruits, de ses fleurs...Il y passera les huit dernières années de sa vie, en se consacrant passionnément au
jardinage, tout en ayant des liens très forts avec la commune de Le Cellier.

"Au Cellier comme ailleurs, c’est une "vedette". Mais Louis de Funès s’attache à rester simple, fuit les admirateurs trop pressants et ne reçoit guère de célébrités. Le dimanche, il assiste à l’office, puis va s’entretenir avec le curé dans la sacristie. "Comme ça, il pouvait repartir sans qu’on vienne l’embêter", sourit Joseph Reléon, qui se rappelle ses visites à la ferme : "Il s’asseyait sur une botte de paille et racontait des histoires, mais jamais sur son travail".

"Il prenait un immense plaisir à discuter avec les habitants du bourg : Marie Clément qui tenait le restaurant du bord de Loire, les Reléon, les commerçants… " confirme Olivier de Funès.

"Les dialogues s’en tenaient aux nouvelles du bourg, au climat de l’année, mais ils étaient surtout émaillés de propos gentils, de souhaits de bonheur, de compassion. On pourrait presque dire que les gens du Cellier ont contribué à sa carrière de par la sérénité qu’ils lui donnaient. Quel contraste avec la futilité des discussions mondaines de la capitale !" [www.lecellier.fr/module-Contenus-viewpub-tid-2-pid-51.html].

C’était un homme simple, discret, timide, attentionné avec son entourage, comme en témoignent ceux qui l'ont bien connu.
Auprès du public, jeune ou moins jeune, il est loin d'être devenu ringard. 


 

C'est dans le jardin du château qu'il s'adonnait pleinement à sa passion du jardinage.
"Il veille personnellement sur ses 600 rosiers", écrit Bertrand Dicale ."(dans son ouvrage Louis de Funès, de A à Z, Tana éditions).
"Ma passion, c'est ma campagne, à 400 kilomètres de Paris !", disait-il (Collectif, "hors série spécial Louis de Funès" in Ciné Revue, 27 janvier 1983, n°4)
Passionné de botanique, l'acteur y cultivait une roseraie. Il réside en ces lieux jusqu'à son décès survenu en
1983. Sa famille ne pouvant entretenir un tel bâtiment, elle le vend en 1986, trois ans après la mort
de l'acteur, à l'Association pour le Développement des Alternatives à l'Hospitalisation (ADAH), qui s'occupe
de personnes handicapées atteintes de trouble mentaux.
Il fut finalement racheté en 2005 par un promoteur immobilier qui entreprit de gros travaux pour la revente en 45 appartements de prestige. Le château de Clermont est inscrit monument historique depuis 1941.
Il aimait particulièrement soigner, tailler, et choyer ses rosiers...
Une rose de chez "MEILLAND RICHARDIER", porte d'ailleurs son nom :
Un magnifique rosier choisi par ce grand artiste, séduit par sa superbe rose pimpante d'un gai coloris orange capucine, qu'agrémente un parfum léger. Vigoureux, très résistant, ce rosier fleurit généreusement pendant toute la belle saison et porte un feuillage brillant et veiné très décoratif. Le rosier Louis de Funès ® a reçu trois médailles dont l'or à Genève et à Monza.

        
                                                                          
Rose Louis de FUNÈS

                                 


                                         
   
                                  

    Rechercher

  •  
  •