A C T U A L I T E S
  24-03-2013  SOCIÉTÉ : Le MARIAGE POUR TOUS ne fait pas l'unanimité dans la rue, PARIS le 24/03/2013


             
                  Des milliers et milliers de Français dans la rue , Avenue de la Grande-Armée, à Paris ce dimanche 24 mars 2013
                                                                             Le POINT (photo Pierre Andrieu AFP)

Le projet de loi du gouvernement continue à mobiliser les opposants au mariage assorti au droit d'adopter pour les personnes de même sexe.

Que dire de cette manifestation ? Une forte mobilisation et une marée humaine très impressionnante...
Un rassemblement historique, composé de Parisiens, de Franciliens et de Provinciaux !
Revenons un peu en arrière :
L’Assemblée nationale a adopté mardi 07 février 2013, en première lecture, par 329 voix contre 229, le projet
de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe. Neuf élus n'ont pas pris par au vote, et dix
se sont abstenus.
Ce vote met fin à un marathon législatif, qui aura donné lieu à plus de 110 heures de débat dans l'hémicycle.
Le bleu pâle et le rose symboliques de la première grande manifestation nationale, est une marque de
mécontentement, de désaccord et de rejet total de ce projet de loi des Députés de la majorité
gouvernementale...
C'était le dimanche 13 janvier 2013 dernier...
Aujourd'hui les manifestants, plus de 1 400 000 revendiqués selon les organisateurs, passent à l'action,
300 000, d'après la Police.
C'est le rouge emblématique de l'ire, de la colère générale.
Les manifestants de toute tendance politique, de toute classes sociales, de toutes religions, de toutes origines
ethniques, de tout âge, sont venus montrer leur ras-le-bol, leur indignation, leur désapprobation vis-à-vis de cette loi, et contre le Gouvernement et en particulier la Ministre de la Justice , Christiane Taubira...
Parents, enfants, grands-parents étaient tous présents pour venir protester contre ce projet de loi sur le
mariage pour tous.
Après ce vote de projet de loi à l'Assemblée Nationale (Palais Bourbon), les opposants au mariage pour tous se
sont mobilisés...
On a même entendu au sein de la foule manifestante divers slogans: Hollande démission, Taubira ta réforme on en veut pas !!! ...

Il est bien évident qu'un référendum en posant la question "Êtes-vous pour ou contre le mariage pour tous"
eut changé la donne et la face des choses, car beaucoup de Français restent opposés au "mariage pour tous".
Et cela, le Président François Hollande ne l'ignore pas ...
Dans un référendum, la voix et la parole sont données au peuple, et lui seul doit décider d'une décision suprême
et populaire.
Dans un texte commun, 115 parlementaires UMP et UDI déclarent : « Un bouleversement aussi profond des principes qui fondent la famille, la société et la civilisation ne peut être le fait de la loi ordinaire ». Ils ont répondu à l'appel lancé par Henri Guaino, ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, en faveur d'une consultation par le recours du référendum. Pour le député UMP des Yvelines, il appartient au chef de l'Etat seul de saisir le peuple français de cette question.
De son côté, la présidente du Front National, Marine Le Pen, avait déclaré sur RTL : " Le peuple en France est toujours souverain. Sur tous les sujets, on doit pouvoir organiser un référendum et lui donner la parole ", a-t-elle
dit. Henri Guaino fait valoir pour sa part que seul le chef de l'Etat est habilité à interpréter la lettre de la Constitution. 

Depuis le début de l'année, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy répète tous les jours dans les médias que François Hollande doit "donner la parole au peuple" en organisant un référendum sur le projet du "mariage pour tous".
"Monsieur le Président , donnez la parole aux Français", déclara Henri Guaino, ancien Conseiller du Président
battu Nicolas Sarkozy, et d'ajouter sur BFMTV :" Si on donne le mariage à tous les couples, cela voudra dire que
tous les couples ont le droit d’avoir des enfants. L’adoption pose un problème

"On va fabriquer des milliers d'enfants sans père et sans mère".

Et dans tout cela, que nous disent les sondages ? : 
"À la veille d'une seconde mobilisation contre le texte du mariage pour tous et à un peu plus d'une semaine de son examen au Sénat, seuls 37 % des Français se disent favorables au mariage assorti au droit d'adopter pour les personnes de même sexe.
Selon un sondage Ifop réalisé du 19 au 21 mars pour Alliance Vita, association partenaire de la Manif pour tous et opposée au projet de loi du gouvernement, 58% de Français sont opposés à l'adoption pour les couples de même sexe.[Le Figaro]
 
Des manifestants opposants sont venus de partout : d'Île de France, Avenue Charles-de-Gaulle à Neuilly,
des manifestants du sud et de l'ouest, Porte Dauphine, et aussi des manifestants du nord et de l'est, Place de la Porte de Champerret. 3 lieux de rassemblement pour 1 seul et même cortège. Des manifestants venus aussi de la France entière...
Un sentiment de colère accentué par l'accumulation des fins de non-recevoir pour les opposants au texte: coup sur coup, ils ont vu leur pétition de 700.000 signatures rejetée par le Cese (Conseil économique, social et environnemental), la commission des lois du Sénat leur fermer ses portes et la Préfecture de Police de Paris
leur refuser l'accès aux Champs-Élysée.
"À 16h45, plus de 1 400 000 Français participent au grand rassemblement de La Manif Pour Tous, Avenue de la Grande Armée, la Place de la Porte Maillot, l'avenue du Général-De-Gaulle, l'avenue Foch, l'avenue Carnot sont pleines !", écrit le communiqué. [http://www.lefigaro.fr/]

"La manifestation aujourd'hui à Paris contre le mariage des homosexuels a rassemblé 300.000 participants, selon
une première estimation de la préfecture de police de Paris.
"Les chiffres définitifs seront communiqués en début de semaine prochaine, après visionnage de l'ensemble
des films de la manifestation", a déclaré un porte-parole de la Préfecture de Police de Paris.  
Les organisateurs ont annoncé de leur côté la participation d'"au moins 1,4 million" de manifestants." [Le Figaro]

Quelle est la cote du Président de la République ? Au plus bas, selon les sondages...
"La cote de popularité de François Hollande a chuté de six points en mars, avec 68 % des Français mécontents
de son action et seulement 31 % de satisfaits, selon un sondage Ifop pour le JDD.
Il s'agit de son plus bas niveau depuis son élection le 6 mai 2012 quand il était crédité de 61 %
d'opinions favorables contre 33 % de mécontents. Sa cote de popularité est la plus basse enregistrée par un président de la République dix mois après sa prise de fonction depuis Charles de Gaulle.
Ce sondage a été réalisé du 14 au 22 mars par téléphone auprès d'un échantillon de 1 931 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas." [Le Figaro]

Par conséquent sondage réalisé avant cette journée de manifestation anti "mariage pour tous" du 24/03/2013.

Le projet de loi ouvrant le droit au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels sera examiné au Sénat à partir du 2 avril, a annoncé mardi le ministre des Relations avec le Parlement Alain Vidalies.

"L'opposition a déposé 5 362 amendements au projet de loi du mariage pour tous pour protester contre cette
réforme qui agite la société française.
Obstruction parlementaire, dénonce la gauche (qui avait déposé... 137 000 amendements en 2006 lors de la privatisation de GDF !), nécessité démocratique, répond la droite."
Parmi ces tonnes de papier, plusieurs amendements reviennent de façon identique des dizaines, voire des
centaines de fois. C'est le cas pour celui proposant l'alternative de l'«alliance civile» (amendement 3041), signé par Axel Poniatowski, Patrick Balkany, Olivier Marleix, David Douillet, Nathalie Kosciusko-Morizet ou Eric Ciotti. Un
autre, portant sur l'inconstitutionnalité de la loi, est soutenu par Laurent
Wauquiez (amendement 3158), Eric
Woerth et bien d'autres. Un amendement évoquant un premier pas vers la Procréation médicalement assistée (PMA) est soutenu, notamment, par Valérie Pécresse (amendement 3993) ou encore
Bernard Debré. François Fillon, Bernard Accoyer ou Henri Guaino (amendement 4458) évoquent aussi le danger des «flux d'étrangers
qui pourraient vouloir venir se marier en France".
(article du Parisien du 21/01/2013)
[http://www.leparisien.fr/politique/mariage-gay-des-amendements-de-toutes-sortes-par-milliers-29-01-2013-2522399.php]

"Malgré quelques incidents qui ont émaillé la fin du rassemblement des opposants à l’ouverture du mariage pour tous, la manifestation du dimanche 24 mars aura été un indiscutable succès pour ses organisateurs."
estime le journal La CROIX. On peut qualifier ces désordres et dérapages de regrettables, cependant
des débordements, il peut s'en produire dans n'importe quelle manifestation, qu'elle soit politique, syndicale ou 
autres... Des éléments perturbateurs parmi des manifestants, extrémistes de droite comme extrémistes de
gauche, cela n'est pas une nouveauté ou une exclusivité dans notre République !
Ces familles, ces enfants, ces personnes âgées, tous pacifiques, ne sont tout de même pas des "voyous", des
délinquants ou des casseurs, ou des hors-la-loi Monsieur le Ministre de l'Intérieur !
Peut-être est-il bon de rappeler à certains médias qu'une telle manifestation -dans la rue- est illégale certes, mais n'importe quelle manifestation dans la rue, de quelque origine qu'elle soit, est illégale.

Les manifestants auront montré leur force (une foule énorme, unie ), leur conviction, leur détermination, pour
faire bloc contre ce projet de loi.
"Dans une démocratie, le débat a lieu au Parlement et pas dans la rue", déclare Marc Coatanéa, secrétaire
national chargé des questions de société au PS, sauf que le référendum est aussi un débat populaire qui a lieu lui dans les urnes. Dans une démocratie, la seule source possible de légitimité est la volonté du peuple souverain.
Le référendum a un grand avantage car il est le moyen le plus direct de s'assurer de la volonté populaire.
L’organisation d’un référendum sur ce projet portant sur " une réforme relative à la politique sociale de la nation ", comme le prévoit l’article 11 de la Constitution, est tout à fait plausible et légale. 
 
"L’UMP, elle, prépare déjà l’étape d’après, le recours au Conseil constitutionnel, et espère élargir désormais la mobilisation « à la politique familiale et contre la politique du gouvernement en général », explique Hervé Mariton Député UMP de la Drôme (
LA CROIX). 
Il est à l’Assemblée nationale l’orateur principal de l’UMP concernant l’opposition au projet de loi du mariage homosexuel et de l’adoption par ces mêmes couples.
L'ancien Premier Ministre Michel Rocard (mandature de François Mitterrand), pourtant au PS, est de son côté
"réticent au mariage pour tous".
Suite à un communiqué de presse ( du 27 mars 2013), les députés de l’Entente Parlementaire pour la
Famille
demandent une Commission d’enquête sur les conditions du déroulement de la manifestation du dimanche 24 mars contre le mariage pour tous.

Une polémique est apparue quant au nombre de participants lors de la manifestation des opposants au mariage
pour tous : qui est de mauvaise foi, qui désinforme, qui ment ? La Préfecture de Police de Paris ou les organisateurs ? Les chiffrent divergent...
La Chaîne de tv BFMTV s'est intéressée à cette question... N'y-a-t-il pas là une sous-estimation de la part de la PPP pour minimiser l'impact et l'importance de cette manifestation sans précédent ?
On peut légitimement se poser la question !

"Frigide Barjot ne lâche rien. La meneuse du collectif La Manif pour tous, qui a qualifié de "mensonge d'Etat" les chiffes confirmés des 300.000 manifestants dimanche, a rappelé sa volonté de manifester jeudi devant les locaux de France Télévision, où François Hollande sera présent pour une émission spéciale." [BFMTV] 
"J’appelle tout le monde à venir à 19h30 devant France Télévision, boulevard Charles Vallin dans le 15e. De façon pacifique, nous allons demander à ce que le président arrête de nous prendre pour des abrutis. (...) On n’est plus
en démocratie dans ce pays!"
, s'est-elle exclamée au micro de BFMTV.

On peut se demander si cette "dérive" de la société Française, n'est pas une destruction , une démolition
des institutions de la Famille traditionnelle, une remise en cause de la procréation, de la filiation, de la parenté,
de l'adoption...
Notre société ainsi remise en cause, n'a-t-elle pas perdu ses repères ?
La Famille n'est-elle pas tout simplement en danger ?

Aux dernières nouvelles nous apprenons que le Sénat encore appelé la Chambre haute (Palais du Luxembourg), a adopté mardi soir 9 avril 2013 par 179 voix contre 157 le premier article du projet de loi sur le mariage pour tous.
Ce vendredi 12 avril 2013, le Sénat a adopté le projet de loi qui ouvre le mariage et l'adoption aux couples
de même sexe. Le texte doit revenir au Parlement dès le mercredi 17 avril prochain, pour une deuxième lecture.
C'est ce qu'a annoncé le Ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies.
Ce vote survient après 8 jours de débat, marqué par des discussions souvent houleuses. 
Cette décision a provoqué un tollé général et la colère auprés des opposants qui déclarent ne pas baisser les bras ."Passage en force, déni de démocratie" , a-t-on entendu dans la manifestation de Paris. "Honte", coup de force,  dictature", dénonce la porte-parole des opposants, et d'ajouter : "Après le vote scandaleux au Sénat, où ce texte qui change la société a été adopté comme un sous-amendement, on guillotine le peuple." (sic Frigide Barjot.)
Selon le député UMP  Hervé Mariton , principal orateur du texte au Palais-Bourbon, il s'agit "d"un coup d'État  
législatif".
Quant au député UMP de la Manche, Philippe Gosselin, il se demande si "c'est la guerre civile" que le Gouvernement veut...
Et le Député UMP de la Drôme, Hervé Mariton, d'ajouter : " Il est grave de diviser les Français dans un contexte de crise". 
Christine Boutin, la présidente du Parti Démocrate-Chrétien (PDC), a déploré que le texte de loi "ait été
hâtivement voté par les Sénateurs, et ce sans scrutin public, incapables qu'ils sont d'assumer leur vote."
Les Sénateurs présents dans l'hémicycle, ont en effet, été invités à voter ce texte à main levée !
Le Président du groupe UMP à l'Assemblée Nationale, Christian Jacob, a regretté l'accélération du calendrier
décidé par le gouvernement, mettant en garde François Hollande contre le "risque d'une confrontation violente
avec les Français"
. "Le calendrier parlementaire est bouleversé dans des conditions inacceptables qui témoignent d'un mépris total pour l'Assemblée nationale" ; "il s'agit d'un passage en force et d'une tentative d'intimidation que nous dénonçons avec la plus grande fermeté" a-t-il lancé.
Et le Président de l'UMP, Jean-François Copé de déclarer :" "M. Ayrault vient de décider d'un véritable coup de force qui consiste à bouleverser la totalité des travaux de l'Assemblée nationale, pour imposer, sans aucune concertation avec qui que ce soit, un début de discussion mercredi", à l'Assemblée Nationale.
De son côté, l'ancien Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin, interviewé sur la Chaîne TV Canal +, ce dimanche
14 avril 2013, a déclaré :
"Cette précipitation, c'est de la provocation", faisant allusion au calendrier soudainement  et brusquement modifié par le Gouvernement concernant le retour du vote de ce projet de loi à l'Assemblée Nationale, dès mercredi 17 avril prochain.
Toujours ce dimanche 14 avril, Christine Boutin, invitée de la chaîne TV i-Télé, a déclaré, à propos du projet de loi sur le mariage pour tous : "Je ne cautionne pas du tout la violence. Moi, je suis pour une résistance, calme, à la Gandhi, une résistance sérieuse..." 
A propos de l'accélération du calendrier voulue par le Premier Ministre, cette décision est « stupide », a jugé
l’ancien premier ministre, François Fillon, pour qui elle " va encore radicaliser un peu plus le débat "     
L'opposition, à droite, a annoncé qu'elle allait saisir le Conseil constitutionnel sur le texte.
La Député UMP des Yvelines, et ancienne Ministre de Nicolas Sarkozy, Valérie Pécresse était "l'invité du matin"
sur la radio France Info,(ce vendredi 18/04/2013), et a notamment déclaré :" Je demande à tout le monde, à tous ceux qui sont concernés par ce texte du mariage pour tous d'être pacifiques, et de manifester pacifiquement leur mécontentement..." Il s'agit là d'une ligne de conduite et d'une mise au point adoptées par tous les Parlementaires de l'opposition Assemblée Nationale et Sénat confondus, à quelques exceptions près... A la lumière de tels propos qui appellent au calme, au pacifisme, à la sérénité et à la sagesse , il n'y a aucune équivoque possible, car la violence, la radicalisation sont fermement et très clairement condamnées par cette même opposition.
L'ancien Ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, estime qu'il s'agit d'"une réforme de civilisation". Il demande au Gouvernement un référendum.
Il avoue craindre qu'"aujourd'hui tout soit fait pour radicaliser les opposants au mariage pour tous". Invité
dimanche soir du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», l'eurodéputé et vice-président de l'UMP a dénoncé "un texte
mal préparé, un débat tronqué et écourté par un coup de force parlementaire
".

La manifestation du dimanche 21 avril 2013, à Paris, contre le mariage pour tous s'est globalement déroulée
dans le calme et la paix. Frigide Barjot, la porte-parole de la manif pour tous avait mis les choses au préalable
au point : pas de violence, appel au calme, les fauteurs de troubles seront photographiés, après avoir
rencontré le Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, en personne. De son côté, l'opposition UMP, UDI avait également souhaité un défilé dans le calme...Les participants sont partis de la Place Denfert-Rochereau pour
se rendre aux Invalides. Des membres et des personnalités de l'UMP, étaient présents dans la manifestation.
Pourtant aucun des ténors de l'UMP n'était présent : Jean-François Copé était parti en Corse, pas de Laurent Wauquiez ou de François Fillon. Le Député UMP de l'Eure Bruno Le Maire, était aux abonnés absents lui aussi... Quant à Alain Juppé, il avoue ne pas avoir "la culture des cortèges". Il s'est déclaré favorable à "l’organisation d’un référendum" sur le mariage homosexuel qui "permettrait de donner la parole à tous les Français". Il estime que si le pouvoir socialiste reculait "il ferait preuve de sagesse en épargnant à notre pays
une confrontation qui divise profondément les Français". Il
juge qu’aucun des arguments visant à autoriser l’adoption par un couple homosexuel "ne tient la route, ni celui du "bonheur de l’enfant adopté"", ni celui de la reconnaissance de situations de fait déjà existantes.
Seuls étaient venus ceux qui ont menés la fronde au Parlement contre ce texte : Henri Guaino, Hervé Mariton, Patrick Ollier ou encore Jean-Frédéric Poisson, et l'UDI Jean-Christophe Fromantin tous particulièrement actifs, combatifs, et courageux contre ce texte de loi.

Les manifestants, au nombre de 45.000 pour la Police et de 270.000 pour les organisateurs, ont défilé avec 
pancartes, drapeaux et de nombreux slogans hostiles au "mariage pour tous". Enfants, jeunes, ados, parents, grands-parents, tous étaient unis pacifiquement pour dénoncer et rejeter massivement ce projet de loi, dont le texte de loi doit être solennellement voté mardi 23 avril au Palais-Bourbon, comme ils le firent
le dimanche 24 mars dernier.
"Mobilisation, contestation, détermination", déclare le journaliste Yves Thréard, Directeur adjoint de la rédaction
au Journal Le figaro.
On note encore une fois une divergence, une discordance en ce qui concerne la comptabilité des participants,
entre les organisateurs de la manif pour tous et la Préfecture de Paris. On peut s'interroger ? Qui croire ?
Quoi qu'il en soit, les anti mariage pour tous étaient fortement mobilisés en ce dimanche 21 avril 2013, à Paris.
Henri Guaino a dénoncé dimanche "un chiffre mensonger" et a accusé le gouvernement de "ridiculiser la police" après que la préfecture de police a estimé à 45.000 le nombre de manifestants qui ont défilé à Paris contre le mariage homosexuel.
Le Député apparenté FN du Gard, Gilbert Collard, qui s'était joint à la manifestation au côté de Députés et de Sénateurs UMP, a déclaré sur la chaîne de TV iTélé : "Seul le référendum aurait évité les tensions". Mais sa présence n'a pas été appréciée par certains. Un peu esseulé certes dans le cortège, n'est-il pas pour autant un vrai élu Démocrate, siègeant dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale ?
Les opposants à cette loi ne baissent pas les bras, et ce n'est pas le vote du projet de loi mardi 23 avril ,à l'Assemblée Nationale qui changera les choses. "La loi peut encore ne pas être promulguée », espérait ainsi
Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine. " Le Conseil constitutionnel peut aussi retoquer le texte ", lançait un autre élu. " Si l’exécutif ne nous entend pas, on fera reculer le gouvernement par les urnes en 2017 ", expliquait, très déterminé, le député UMP Hervé Mariton.
L'opposition peut faire usage de la "saisine" au Conseil Constitutionnel : une prérogative ouverte au Président de la République, au Premier Ministre, au Président de l'Assemblée Nationale, au Président du Sénat, et depuis la
révision de la Constitution en 1974, aux Parlementaires (60 Députés ou 60 Sénateurs).

Le vice-président de l'UMP, Guillaume Peltier a souhaité que sa formation s'engage à abroger la loi sur le mariage pour tous, si la droite revient au pouvoir en 2017.

   
Il est profondément regrettable aussi que lors du vote au Sénat du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe, trois Sénateurs UMP aient voté pour et quatre se soient abstenus. La discipline de vote au sein du groupe UMP n'a pas manifestement fonctionné. Si ces sept Sénateurs avaient voté contre, le texte de loi n'aurait pas vu le jour...
 
p-s : Manifestants, participants et organisateurs ne se reconnaissent absolument pas dans les actes de
vandalisme perpétrés lors de ces défilés, et encore moins dans les actes de violences, d'homophobie,
d'intolérance, qui se sont produits récemment, car intolérables , inadmissibles, inqualifiables, dans une démocratie qui se veut tolérante, républicaine et respectueuse de ses institutions.
La manif pour tous ne cautionne en rien de tels agissements et de tels comportements qui sont le fait de
voyous, de marginaux, d'extrémistes, et toutes les familles qui ont défilé le 24 mars 2013 sont pour la paix et la non-violence.

Cet immense défilé dans la rue avait un seul but, défendre une noble et belle cause : la FAMILLE... une institution aujourd'hui gravement malmenée et menacée, par la majorité gouvernementale actuelle,
en particulier la Ministre déléguée à la Famille Dominique Bertinotti, et surtout la Ministre de la Justice Garde des Sceaux Christiane Taubira...   

  
    
               Paris dimanche 21 avril 2013 Manif pour tous Esplanade des Invalides [photo Thibault Camus/AP Le Figaro]  
                                Une impressionnante marée humaine mobilisée, contestataire, déterminée, mais toujours pacifique...

                  


                       
  
Ce mardi 23 avril 2013, l'Assemblée Nationale (et ses Parlementaires Députés) a adopté par un ultime vote
le projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe. Le texte a été voté par 331 voix
pour, 225 contre et 10 abstentions. La France deviendra le 9ème pays Européen à autoriser le mariage homosexuel, et le 14ème dans le monde. Au sein de l'opposition, les Parlementaires UMP vont comme prévu saisir le Conseil Constitutionnel, dès ce soir, le nombre de 60 étant exigé, prérogative qu'ils partagent avec le Président de la République, le Premier Ministre, le Président de l'Assemblée Nationale, le Président du Sénat, et aussi 60 Sénateurs.
Le Président François Hollande s'était pourtant fixé comme objectif, de rassembler tous les Français, de pacifier le pays.
Ce projet de loi voté légitimement au Parlement, ne semble pas approuvé par l'immense majorité des Français.
Il aura eu pour conséquence de créer un profond clivage entre tous les Français, engendrer un climat de tensions, de crispations, une situation de radicalisation mais surtout diviser profondément les Français entre eux.
Ce projet de loi n'avait absolument rien d'urgent, et de prioritaire, surtout dans un contexte économique et social particulièrement grave, que connait notre pays. Le Président (avec son Gouvernement) n'a-t-il pas négligé les véritables attentes et aspirations des Français, le chômage, l'insécurité, le pouvoir d'achat...au bénéfice de ce sujet sociétal qui était l'engagement n°31, à savoir l’ouverture du droit au mariage et à l’adoption aux couples de même sexe, dans son programme ? Ne va-t-il pas par là accentuer son impopularité
grandissante ? 74 % de Français sont mécontents, selon un récent sondage IPSOS ! Un record !  

Ce vendredi 17 mai 2013, le verdict est donc tombé : les 12 Sages du Conseil Constitutionnel ont validé dans son
intégralité la loi sur l'ouverture du mariage aux couples homosexuels, en d'autres termes, de même sexe.
Le Conseil constitutionnel considère que l'ouverture du mariage mais aussi de l'adoption aux personnes de même
sexe est conforme à la Constitution Française.
Mais le Conseil, tout en validant le droit d'adopter pour les couples de même sexe, a tenu à souligner que le
texte ne leur reconnaissait pas un "droit à l'enfant", le principe à respecter pour tout agrément d'adoption devant être "l'intérêt de l'enfant".  
Cette décision ne va pas satisfaire les opposants au "mariage pour tous", et qui d'ores et déjà ont choisi d' exprimer leur mécontentement le 26 mai 2013 prochain, lors d'une grande manifestation nationale à Paris, mais qui toutefois était prévue.
L'un des porte-parole de la "Manif pour tous", Tugdual Derville, a déclaré qu'une telle décision renforcerait la
détermination des opposants.
Pour Frigide Barjot, la tête de file des opposants au mariage homo, il s'agit d'une "provocation" et d'un "changement de civilisation". "C'est la constitution française qui a été changée par la décision du Conseil constitutionnel, une loi ordinaire ne peut pas changer des choses aussi fondamentales", a déclaré la porte-parole du collectif de la Manif pour tous. Le peuple français doit être consulté."
Le Député UMP de la Drôme, Hervé Mariton farouche adversaire de cette loi Taubira, a déclaré regretter cette décision et donne rendez-vous en 2017...
"Notre engagement pour la famille demeure intact", a-t-il dit. 
Christine Boutin a immédiatement dénoncé "un avis d'opportunité politique " de la part des Sages et promis
une grande "résistance" sur BFMTV.
"Nous sommes en train de changer de civilisation, de régime", a déclaré Frigide Barjot, ajoutant qu'elle
"doutait sérieusement de l'indépendance des juges du Conseil constitutionnel". "Aujourd'hui, l'altérité dans le
mariage et la filiation ont été gommées et nos institutions telles qu'elles existent depuis la Révolution
française en sont modifiées"
, a-t-elle ajouté.
"Quand nous serons revenus au pouvoir, il faudra réécrire ce texte pour protéger la filiation et les droits de l'enfant. Peut-être avec le recours au référendum. J'invite les centaines de milliers de Français qui ont manifesté contre ce texte et les millions de Français qui s'y sont opposés dans leur coeur à transformer cet engagement sociétal en un engagement politique", a déclaré le Président de l'UMP Jean-François Copé.
(18.05.2013), et Maire de Meaux (Seine et Marne), au journal Le Monde. Il a ajouté qu'il serait une nouvelle
fois présent au défilé du 26 mai prochain, à Paris.
Rappelons que le magazine hebdomadaire "Valeurs actuelles" avait publié un sondage demandé par "Familles de France" montrant que seulement 36 % des Français approuvaient la loi Taubira contre 54% pour un
contrat d'union civile entre personnes de même sexe...
Plus d'un Français sur deux (54%) dit préférer une union civile pour les couples homosexuels, qui offrirait les même droits que le mariage mais sans autoriser l'adoption, selon un sondage Ifop pour le magazine Valeurs actuelles transmis à l'AFP.
Il est bon aussi de savoir qu'au Portugal, pays membre de l'UE, le mariage ouvert aux personnes
homosexuelles est certes autorisé, mais sans l'adoption d'enfants.
Si par la loi de l'alternance démocratique l'opposition revenait au pouvoir, "réécrire" le texte de loi, le modifier, voire pour certains supprimer, abroger cette loi, oui pourquoi pas ! Bien sûr qu'il est totalement absurde de
"démarier" ou "désadopter", car illégal et donc impossible, mais corriger le texte reste tout à fait
envisageable... Le Président du groupe UMP à l'Assemblée Nationale, Christian Jacob, a déclaré sur la chaîne
TV iTélé : "Il faut revenir sur ce texte , et notamment sur l'adoption" (20.05.2013).
Pourtant,  les Députés UMP Nathalie Kociusko-MorizetLuc Chatel, et maintenant Frank Riester disent le contraire. A croire qu'il règne comme un parfum de cacophonie à l'UMP ? Accorder ses violons
serait peut-être une nécessité ! Ce climat rappelle quelque part le très regrettable et lamentable conflit
François Fillon/Jean-François Copé, deux poids lourds de l'UMP ! L'appel à l'ordre, au calme, à la sagesse, la clarté, la sérénité, l'unité devraient aboutir vers un consensus très souhaitable...Mais cette question du mariage gay conduisant à une polémique, fâchant et divisant les Français, aura quelque peu divisé aussi l'UMP...
Une petite phrase lancée par le Maire de Bordeaux Alain Juppé, un autre ténor de l'UMP, émettant
des réserves sur les propos de Guillaume Peltier, à propos de la candidature de Nathalie Kociusko Morizet
à la Mairie de Paris, face à Anne Hidalgo (unique candidate PS) :"Vas-y Nathalie, pour Paris,
tu es la meilleure", sur son compte Twitter (Sud Ouest jeudi 23 mai 2013, rubrique "Indiscrétion".)

Le Président François Hollande a promulgué, très vite, ce texte de loi, dès ce samedi 18 mai 2013.
La validation par le Conseil Constitutionnel et la promulgation par le Président de la République ont été
publiées au Journal Officiel.
[Loi n° 2013-404 du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe .]

La France est le 9ème pays en Europe, et le 14ème Etat du monde à autoriser le mariage gay parmi les
193 pays membres de l'organisation des Nations Unies (ONU), soit seulement 7,25 % de pays ayant opté
pour l'ouverture du mariage aux couples homosexuels. Et outre-Atlantique, chez nos amis Américains ?
Aux États-Unis, 6 États sur 50 autorisent le mariage homosexuel : l'Iowa, le Connecticut, le Massachusetts,
le New Hampshire, le Vermont et l'État de New York. La ville de Washington l'autorise également. Quatre
États (Washington, le Maryland, le Maine et le Minnesota) devaient se prononcer en 2012. Autorisé en
Californie et dans le Maine, il ne l'est plus aujourd'hui. Le Minnesota, le Rhode Island, le Delaware le
permettent maintenant. 

    Rechercher

  •  
  •