A C T U A L I T E S
  11-11-2018  HISTOIRE de FRANCE DEVOIR de MÉMOIRE Célébration de l'ARMISTICE : dimanche 11 novembre 2018

Le Maire et le Conseil Municipal invitent Guillossaises et Guillossais à assister à la Commémoration de l'Armistice du 11 novembre 1918, ce dimanche 11 novembre 2018. Une gerbe sera déposée au Monument aux Morts de notre commune de GUILLOS, à 11h30. Rendez-vous à tous, devant la Mairie, à 11h 15.
Un vin d'honneur clôturera cette cérémonie, à la Mairie.
Le Maire, Mylène DOREAU, et son Conseil Municipal, présideront la Commémoration du 100ème anniversaire de l'Armistice  devant le Monument aux morts.
Une occasion d'honorer la mémoire de nos morts ou disparus aux Champs d'Honneur pour la France !
Guillossais , souvenons-nous, ils sont morts pour la France, il y a 100 ans :

GUILLOS , À SES ENFANTS
MORTS POUR LA FRANCE
1914-1918

BERGEY Laurent
BERGEY Joseph
CHAGNEAU Victor
COURBIN Alphonse
COURBIN Hector
DESCOUBES André
DUC Jean
DUCOS Gilbert
FILLEAU Louis

LACROTTE Augustin
LEHOUIELLEAU Étienne
LASSERRE Georges
LATASTE Guillaume
LUCAT Louis
LUOUDEY Auguste
NONCIET Élie
SEGUETTES Jean
SORES Osmin


                                                                                                                                Le Maire,
                                                                                                                            Mylène DOREAU


                                      


Plus de 80 chefs d'Etat, dont Emmanuel MACRON, Donald TRUMP (qui souhaitait à la base organiser un défilé militaire à Washington), Vladimir POUTINE et Angela MERKEL, seront à Paris le 11 novembre 2018 pour célébrer le centenaire de l'armistice 1914-1918, de la Première Guerre Mondiale. Le Président Américain avait annoncé sur Twitter qu’il se rendrait en France pour les commémorations du 11 Novembre 2018. 
À 10 heures, "plus de cent chefs d'Etat, de gouvernement et de dignitaires, au nom du souvenir et de la construction de la paix" seront réunis à l'Arc de Triomphe de Paris pour une lecture de la liste des noms et âges des soldats décédés dans l'exercice de leur mission dans les 12 derniers mois.

Le chef de l’État, fatigué, surmené, irritable, a décidé de se mettre au vert et de partir en famille dans un cadre privé, dans l’espoir de "souffler" un peu.  Le lieu reste tenu secret, même si l’Élysée affirme que ce ne sera ni à La Lanterne à Versailles, ni au Touquet. On a appris que le couple MACRON était descendu à l'hôtel 5 * La Ferme Saint Siméon à Honfleur, en Normandie.
Le calendrier officiel a d’ailleurs été modifié pour l’occasion : conseil de défense et conseil des ministres ont été avancés à mardi matin 30 octobre pour "convenances personnelles".
Des sondages d'Instituts d'opinion ont donné une cote de popularité en baisse (23 %). Un Président jugé parfois arrogant, autoritaire, trop loin des Français, et maintenant frappé par une impopularité grandissante auprès du peuple Français. Après un an et six mois de son élection à la Présidence, Emmanuel MACRON connait semble-t-il l'usure, la fatigue, le surmenage, en fait-il trop , son agenda est-il surchargé ?
Mais le Premier Ministre Édouard PHILIPPE n'est pas épargné non plus puisque sa cote de popularité a également baissé.

Le Président MACRON va entamer un périple de cinq jours dans le nord-est de la France, baptisé "itinérance mémorielle". Une visite dans 11 départements. Une semaine sur le terrain pour arpenter les lieux et chemins les plus emblématiques de ce conflit mondial et marquer les esprits pour raviver la mémoire. Emmanuel Macron retrouvera dimanche à Strasbourg son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier pour un concert qui lancera les célébrations du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale.
Il s’agit, pour Emmanuel Macron, de préparer le centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, en visitant différents lieux de mémoire (Strasbourg, Verdun, le Chemin des Dames, la Picardie…). Mais aussi de renouer avec le pays profond en s’installant dans des villes qui se sentent délaissées (Charleville-Mézières, Maubeuge, Lens…) et en consacrant du temps à des zones économiques défavorisées, comme le Nord, frappé par la probable fermeture de l’usine Arcoval.
 
Il y a une centaine d’années, une catastrophe d’une ampleur inconnue dans le monde, allait déchirer les peuples de l’Europe. Des chiffres démentiels étayent ces 4 années de combats : 8 à 10 millions de victimes militaires, 10 millions de civils et 30 à 40 millions de blessés. Tous ces civils et militaires, aujourd’hui disparus, sont les acteurs de cette période de l’histoire, devenue la Première guerre mondiale.

De 2014 à 2018, la France et le monde commémorent le centenaire de la Première guerre mondiale. Déclarée en août 1914 et clôturée le 11 novembre 1918, la "Grande guerre" a fait 9 millions de morts et a marqué l'Histoire. Le centenaire est plus que jamais l'occasion de visiter des lieux passionnants chargés de mémoire et d'émotion. 


L'armistice, signé le 11 novembre 1918 à 5h15, marque la fin de la Première Guerre mondiale (1914-
1918)
 et la capitulation de l'Allemagne.
Le cessez-le-feu est effectif à onze heures, entraînant dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d'une guerre qui a fait plus de 18 millions de morts et des millions d'invalides ou de mutilés. Les généraux allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne. Ce matin là, c'était le jour de la Saint-Martin...
Plus tard en 1919, à Versailles, ils signeront le traité de Versailles, (28 juin 1919).
C'est à 5h du matin, le 11 novembre 1918, que l'Armistice de la Première Guerre Mondiale est signée. Le maréchal Foch (commandant en chef des armées alliées), l'amiral Wemyss, (First Sea Lord) d'un côté et le secrétaire d'État Erzberger (président de la délégation allemande) le comte von Oberndorff (envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire), le général major von Winterfeldt, et le capitaine de vaisseau Vanselow de l'autre, approuvent la fameuse convention. Elle met fin à une Guerre Mondiale de 4 années et est signée dans un wagon aménagé au carrefour de Rethondes en forêt de Compiègne. Le 11 novembre 1920, le corps d'un soldat choisi parmi plusieurs inconnus dans la citadelle de Verdun est placée dans une chapelle ardente à l'Arc de triomphe : la Tombe du Soldat Inconnu est créée.

Le 11 novembre est un jour férié en France (jour du Souvenir depuis la loi du 24 octobre 1922).
Cette célèbre date nous rappelle le souvenir de tous nos soldats morts sur les champs de bataille...français et étrangers, il y a de cela, aujourd'hui, 95 ans. 
Depuis le 11 novembre 1920... 
Toute la France rend hommage aux soldats morts pour la France mais non identifiés. La dépouille mortelle d'un soldat parmi plusieurs autres, choisi dans la citadelle de Verdun, est inhumée sous l'Arc de Triomphe dans la tombe du Soldat inconnu. Ce n'est que trois ans plus tard qu'est allumée la flamme qui ne s'éteint jamais, donnant au tombeau du Soldat inconnu une forte portée symbolique et politique.
En ce dimanche 11 novembre 2018, la France entière et ses 36 0000 communes commémore l'Armistice du 11 novembre 1918. Elle célèbre le 100ème anniversaire de l'Armistice et la fin d'un conflit qui aura fait prés de 10 millions de morts.
Il marque la fin de la Première Guerre mondiale, (1914-1918), la victoire des Alliés, et la capitulation de l'Allemagne.

Désormais, le 11 novembre célèbre à la fois l'anniversaire de l'Armistice du 11 novembre 1918, la Commémoration de la Victoire et de la Paix et l'Hommage à tous les morts pour la France. Il y a tout juste 100 ans, pour commémorer l'anniversaire de l'Armistice de 1918, la journée du 11 novembre fut instituée par la loi du 24 octobre 1922 « journée nationale pour la commémoration de la Victoire et de la paix ». La loi du 28 février 2012 élargit la portée à l'ensemble des morts pour la France.
C'est donc la reconnaissance du pays tout entier à l'égard de l'ensemble des Morts pour la France tombés pendant et depuis la Grande Guerre qui s'exprime aujourd'hui, particulièrement envers les derniers d'entre eux, ceux qui ont laissé leur vie en Afghanistan, et en 2013, puis 2014, au Mali...

Cette évolution est rendue nécessaire par la disparition des témoins de la guerre de 1914-1918 et l'inéluctable déclin du nombre des acteurs des conflits suivants. Elle s'inscrit dans une politique commémorative ambitieuse qui vise à transmettre la mémoire, à favoriser la compréhension de notre histoire nationale commune et son appropriation par les jeunes générations.

La commémoration de l'Armistice du 11 novembre est l'une des neuf journées nationales instituées par des textes législatifs et réglementaires. Jour d'hommage et de recueillement, elle donne lieu chaque année à des cérémonies commémoratives devant les monuments aux morts des communes de France. 

L’Église catholique s’associe à l’ensemble de la nation pour commémorer la fin de la Première Guerre mondiale. De manière symbolique, partout en France, les églises feront sonner leurs cloches à pleine volée dimanche 11 novembre à 11 heures pendant 11 minutes – à l’invitation de la Conférence des évêques de France (CEF) et de la Société Française de campanologie – comme ce fut le cas le 11 novembre 1918 pour marquer la fin de la guerre.


Le devoir de mémoire, encore et toujours...
Nous ne pouvons pas oublier et laisser passer cet anniversaire ! À l'image de celui du 08 mai 1945
Ce rendez-vous annuel, immortel, pérenne, il faut le dire, l'apprendre aux jeunes, le communiquer à tous ceux
qui vivent sur le sol de notre Pays qui est notre PATRIE bâtie au fil des siècles dans le sang et les larmes.
Souvenons-nous ensemble pour ne jamais oublier.
Rendre hommage à tous ceux qui ont donné leur vie pour la patrie et la liberté, c'est un devoir 

87 % de français estiment qu'il faut continuer à commémorer cette journée et 84 % souhaitent conserver ce
jour du 11 novembre comme férié. 
(sondage Elabe réalisé pour BFMTV, du 10/11/2015 )

  


              

    Rechercher

  •  
  •