A C T U A L I T E S
  01-05-2019  MERCREDI 1er MAI 2019 : FÊTE DU TRAVAIL et FÊTE du MUGUET
                                                                         

                  

Ce mercredi 1er mai 2019, c'est donc le Fête du Travail.
Il est dans la tradition d'offrir du muguet le jour du 1er mai.
Le muguet
Le muguet ou muguet de mai est une petite plante herbacée, vivace, à rhizome, et qui se multiplie facilement au dépend de ce rhizome souterrain appelé "griffe". 
Ses fleurs printanières blanches forment des grappes de clochettes de couleur blanche très parfumées. Il appartient à la famille des Ruscacées ou Asparagacées, classification phylogénétique ( il avait été classé auparavant dans la famille des Convallariacées).
Son nom latin botanique est "Convallaria majalis". Il lui est attribué plusieurs noms vernaculaires. Il est encore appelé Muguet des bois, Clochette des bois , grelot, grillet, Lis de mai , Lis des vallées, Amourette, Gazon du Parnasse ou encore Larmes de Sainte-Marie.

                                                                   


Le 1er mai, on offre traditionnellement du muguet " porte-bonheur " car il fleurit aux alentours de cette date. Cette tradition est très présente, entre autres, en France, en Suisse, en Belgique et en Andorre
.
Cette coutume du 1er mai date de la Renaissance quand le roi Charles IX avait offert du muguet à sa cour,
comme porte-bonheur.
A l'image du Laurier rose (Nerium oleander), le muguet est une plante très vénéneuse, voire mortelle. Il est très toxique et peut s'avérer mortel. Non seulement les baies le sont, mais aussi la tige et les clochettes. En l'absorbant, la pression artérielle augmente et le rythme cardiaque ralentit. Mais en très petites doses,
le muguet est utilisé dans le cadre de la fabrication de médicaments destinés au traitement de maladies cardiaques

                          


En France, ce muguet est essentiellement cultivé dans la région nantaise (40 à 45 millions de brins de muguet par an, soit plus de 85 % du marché français) et bordelaise (soit près de 15 millions de brins).
Martillac, en Gironde, et après Nantes est la zone principale de culture du muguet.[SCEA HORTICOLE MOURISSET ou l'EARL MUGUET GUILLOT]

C'est une plante originaire du Japon, et en Europe, elle est connue depuis le Moyen-Âge.
"Ce n'est qu'au début du XXème siècle qu'il sera associé à la Fête du travail, qui date elle-même de 1889. En fait, sous l'État Français du Maréchal PÉTAIN, la fête des Travailleurs devient la fête du Travail et l'églantine rouge (Rosa canina ou Rosarubiginosa), associée à la gauche, est remplacée par le muguet" (Wikipédia).

"Certes il n'y a pas à proprement parler de "Journée Mondiale" du travail... mais si celui-ci doit être honoré, c'est bien le 1er mai... traditionnellement appelé "fête du travail" dans de très nombreux pays !

L'histoire du 1er mai
Parmi ceux qui défilent le 1er mai, combien savent qu’ils commémorent la grève sanglante du 3 mai 1886 aux usines McCormick de Chicago (USA), pour l’instauration de la journée de huit heures, et le meeting de protestation qui s’ensuivit le lendemain à Haymarket au cours duquel une bombe tua huit policiers.
Huit anarchistes furent arrêtés, quatre furent pendus, le 11 novembre 1887, avant d’être innocentés puis réhabilités publiquement en 1893.
Les martyrs de Chicago vont faire du 1er Mai un symbole de la lutte des classes et de l’identité du monde ouvrier à partir du congrès socialiste international de Paris de 1889 : il s’agissait de fonder en actes le projet d’une société émancipée, libérée du travail contraint. Alternant les hauts et les bas au fil des années, ce symbole sera tout de même à l’origine des lois sur le repos hebdomadaire en 1906 et des huit heures en 1919, avant de se banaliser après être devenu en 1947 un jour chômé et rémunéré.

De nombreux ouvrages parlent de l'histoire du premier mai et nous citerons parmi eux l'excellente "Histoire du Premier mai" de Maurice Dommanget." [ www.journee-mondiale.com/]

Un site à visiter : 

                 

                                                

La Fête du Travail
"La Fête du Travail est le nom de plusieurs fêtes qui furent instituées à partir du XVIIIème siècle pour célébrer les réalisations des travailleurs.
On peut remarquer des différences dans plusieurs pays sur la façon dont la fête du travail est pratiquée. Au Canada et aux États-Unis, la fête du travail est un jour férié du mois de septembre. En Australie, elle est fêtée à différentes dates proches du printemps ou de l’automne.
Dans certains pays, comme la France, elle se confond avec la journée internationale des travailleurs, fête internationale instaurée à l'origine comme journée annuelle de grève pour revendiquer la journée de huit heures, qui devint au XXème siècle une journée de célébration des combats des travailleurs. Elle est célébrée le 1er mai dans de nombreux pays du monde et est l’occasion d’importantes manifestations du mouvement ouvrier."

1793, le 24 octobre, dans son rapport sur le calendrier lu à la Convention, Fabre d'Églantine institue une fête du Travail, le 19 septembre.

Saint-Just, dans les Institutions républicaines, établit des fêtes publiques le 1er de chaque mois. 
La fête du Travail aura lieu le 1er pluviôse (20 ou 31 janvier.).

1848 la Constitution institue une fête du Travail dans les colonies pour effacer les dégradations dues à l'esclavage, elle est fixée au 4 mars (abolition de l'esclavage en France et dans les colonies). 

"Le , le Sénat ratifie la journée de huit heures et fait du 1er mai suivant une journée chômée. Le , le maréchal Pétain instaure officiellement par la loi Belin le 1er mai comme « la fête du Travail et de la Concorde sociale », appliquant ainsi la devise Travail, Famille, Patrie : par son refus à la fois du capitalisme et du socialisme, le régime pétainiste recherche une troisième voie fondée sur le corporatisme, débaptisant « la fête des travailleurs » qui faisait trop référence à la lutte des classes. À l’initiative de René Belin, ancien dirigeant de l’aile anticommuniste de la CGT (Confédération générale du travail) devenu secrétaire d’État au travail dans le gouvernement de François Darlan, le jour devient férié, chômé et payé. La radio ne manque pas de souligner que le 1er mai coïncide aussi avec la fête du saint patron du maréchal, saint Philippe. L’églantine rouge, associée à la gauche, est remplacée par le muguet. Cette fête disparaît à la Libération.
En avril 1947, sur proposition du dé­puté socialiste Daniel Mayer et avec le soutien du ministre communiste du Travail Ambroise Croizat, le 1er mai est réinstitué jour chômé et payé dans le code du travail, sans être une fête nationale (mais il n’est pas officiellement désigné comme fête du Travail). Ce n’est que le qu’est officialisée la dénomination « fête du Travail » pour le 1er mai."
[WIKIPEDIA]

Qui dit 1er mai dit Fête du Travail et traditionnel défilé des différents syndicats...
"Les Syndicats se mobilisent, une nouvelle fois, en ordre dispersé à l'occasion du 1er mai sur fond de désaccords sur la politique du Gouvernement." Mais le défilé du 1er mai a-t-il encore un sens, s'interroge le journal La Croix. De plus, m
oins d'un Français sur deux (45%) juge les syndicats utiles et moins d'un sur trois (31%) pense qu'ils sont représentatifs des salariés, selon un baromètre publié récemment. Selon ce sondage réalisé pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business, 54% des personnes interrogées estiment que les syndicats ne jouent pas un «rôle utile». Les salariés du public sont plus nombreux (57%) à les juger utiles que les salariés du privé (48%). Et si une majorité de cadres (52%) croient en leur utilité, 52% des catégories populaires pensent le contraire. Les plus de 65 ans ne sont plus que 37% à reconnaître l'utilité des syndicats.
Quand les Français se sentent proches d'une organisation syndicale, 9% citent la CFDT, 8% la CGT, 6% Force ouvrière et 4% la CFTC. Solidaires, l'Unsa et la CFE-CGC ne sont citées chacune que par 2% des Français."
Les syndicats fêteront ce lundi 1er mai, mais en ne défilant pas ensemble.
Il y a quinze ans, toutes les centrales, à l’exception de FO, avaient manifesté ensemble contre l’extrême droite. En 2017, il n’y a pas eu de défilé unitaire.
La CGT défila le 1er mai à Paris, à partir de la place de la République, avec FO, la FSU, Solidaires, l’UNEF et des syndicats lycéens mais il n’y a pas d’appel commun. « Le message pour la CGT, c’est évidemment contre l’extrême droite – pas une voix pour le FN – et en même temps pour le progrès social », a indiqué M. Martinez.
FO a diffusé son propre appel pour un 1er Mai qui a « une dimension particulière ». La centrale de Jean-Claude Mailly réaffirme que « la crise [est] le terreau sur lequel prospèrent les idées d’extrême droite », et se déclare « opposée génétiquement au racisme, à la xénophobie et à l’antisémitisme »« Les principes républicains de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité, ainsi que la démocratie sont des valeurs incontournables », ajoute-t-elle.

En cette année 2018, Une nouvelle fois, les syndicats ne marcheront pas ensemble le 1er Mai, jour de la fête du Travail. S'ils parviennent à faire front commun sur certains dossiers SNCF, fonction publique, Air France… les choses sont bien différentes au niveau des confédérations nationales. "On doit pouvoir trouver un terrain d'entente sur un certain nombre de revendications et le 1er mai pourrait être une occasion d'exprimer non seulement la solidarité à ceux qui luttent et de proposer des alternatives", espérait pourtant mi-avril Philippe MARTINEZ, le patron de la CGT. Ce ne sera pas le cas. "La convergence des luttes ne fonctionne pas", lui avait répondu Laurent BERGER, le patron de la CFDT. "Elle ne permet jamais d'avoir des résultats concrets pour les travailleurs." Depuis 2012, il n'y a pas eu de marche unitaire le 1er Mai.
Le syndicat FO a changé de chef. Au cours de l'année écoulée, le sortant, Jean-Claude MAILLY, rechignait à battre le pavé avec la CGT, mais son successeur, Pascal PAVAGEAU, se montre plus ouvert. Il ne manifestera pas avec la CGT le 1er Mai, mais veut construire "l'unité la plus large" pour la suite. Le nouveau secrétaire général a indiqué qu' il allait prendre contact avec ses homologues pour discuter d'une future "mobilisation interprofessionnelle", conformément au mandat que lui ont donné les militants de FO. En attendant, Pascal Pavageau ne "s'affichera avec aucune autre organisation syndicale" pour le 1er Mai et, s'il manifeste, ce sera avec ses "camarades FO"

En 2017, le Front national (FN) n'a pas défilé en l'honneur de Jeanne d'Arc avant de se réunir place de l'Opéra où la candidate frontiste prononcera un discours. Marine LE PEN avait choisi la Porte de la Villette à Paris,
plus précisément Place Saint-Augustin, dans le VIIIème. La raison invoquée par le FN : la sécurité
Le défilé a été remplacé par un banquet populaire patriote.
Le 1er mai 2017, Marine Le Pen avait appellé ses électeurs à la rejoindre lors d’un grand meeting d’entre-deux-tours à Villepinte, à 12h, au Parc des Expositions de PARIS-NORD HALL 5B. 
Pour ce 1er mai 2018, Marine le Pen a décidé de briser la tradition en ne déposant pas de gerbe au pied de la statue de Jeanne d'Arc, place des Pyramides, à Paris, comme elle le fait habituellement.
En cette année 2018, 
rendez-vous mardi 1er mai à Nice pour la Fête des Nations avec Marine Le Pen et nos alliés européens ! Marine Le Pen fêtera le 1er mai à Nice, et non à Paris. Elle rendra hommage d'abord devant sa statue, à Jeanne d'ARC à Cannes (Alpes Maritimes = 06), située square Jean Hibert, au bout du quai Saint-Pierre.
À l'occasion de la fête du travail, la présidente du Front National, futur "Rassemblement National", sera accompagnée 
d'autres partis d'extrême-droite européens, tous appartenant au Mouvement Europe des Nations et des Libertés. Marine LE PEN doit prononcer un discours... 
Parmi eux, le parti belge flamand Vlaams Belang, la Ligue du Nord italienne, le FPÖ autrichien, le parti tchèque SPD et le parti polonais Nowa Prawica. 
Le maire de Nice, Christian ESTROSI, a dénoncé «une provocation» après l'annonce du rassemblement du 1er mai du FN dans sa ville. «Nice n'est pas sa principauté», lui répliquent les responsables frontistes locaux.
"Avant, il y avait le dictateur nord-coréen. Maintenant, on a un dictateur sud-azuréen. Il fait preuve d'un total mépris de la démocratie, des électeurs qui ont massivement voté Marine Le Pen à la présidentielle», a aussi raillé Lionel TIVOLI, le délégué départemental du FN dans les Alpes-Maritimes. «Nice n'est pas une principauté. Nice n'appartient pas à Christian Estrosi. Nice mérite mieux que Christian Estrosi», a poursuivi le frontiste.
De son côté, son père Jean-Marie LE PEN (90 ans), avec ses troupes, fête le 1er mai à Paris devant la statue de Jeanne d'ARC, Place des Pyramides, selon la tradition...

D’habitude, les syndicats sont en tête des différents cortèges pour défendre les acquis sociaux. Mais un nouveau mouvement est né, cette année 2019 (initié en novembre 2018), celui des Gilets jaunes. Cependant, les « gilets jaunes » sont divisés sur l’opportunité de se joindre aux syndicalistes, lors du défilé manif traditionnel. Va-t-on assister à un mélange de gilets jaunes avec celui des gilets rouges de la CGT ? 
Pour ce 1er mai 2019, jour de la Fête du Travail, de nombreuses organisations syndicales et formations politiques appellent à manifester un peu partout en France. Pour la première fois, ils verront défiler à leurs côtés les «gilets jaunes», même si certains d'entre eux ne sont pas partisans d'une convergence des luttes, en défilant au côté des Syndicats. 
Cette année, la présidente du RN, Marine LE PEN a opté pour la ville de Metz. Elle doit prendre la parole pour ce qui est présenté en interne comme un des plus gros meetings de la campagne des européennes. À gauche, le Parti communiste et La France Insoumise appellent à manifester...
CGT, Force Ouvrière (FO), FSU, Solidaires, mais aussi les syndicats lycéens et étudiants UNL et UNEF, doivent participer au défilé.
Malheureusement un groupuscule minoritaire d'ultragauche intitulé "Black blocs", qui a déjà oeuvré pour la violence, en se mélangeant et en s'infiltrant aux "Gilets jaunes" lors des manifestations, a décidé d'en découdre, sur la voie publique, avec les forces de l'ordre qui sont les représentants , les garants de la sécurité et de l'ordre de la République, en assurant la protection des citoyens. 
Arrivés de nulle part, sans être repérés, ils se regroupent en tête des défilés, et ne constituent pas véritablement un mouvement.
Masqués et vêtus de noir, munis de cagoules, ces éléments sont visiblement hostiles aux institutions et veulent détruire les symboles de l'État et du capitalisme. Ce sont tout simplement des anarchistes, des révolutionnaires, qui souhaitent instaurer la violence, le vandalisme, la casse, le pillage, l'émeute. Ils veulent détruire la société, et s'attaquent en particulier aux Banques, aux boutiques de luxe, au mobilier urbain...
Leur objectif est de commettre des actions illégales, en formant une foule anonyme non identifiable. Ces individus portent des vêtements noirs ou très sombres, ce qui rend difficile le travail d'identification et d'interpellation des policiers et des gendarmes. Ils s'habillent ainsi au dernier moment, et changent immédiatement de tenue une fois les exactions terminées.
Les black blocs français appellent les Gilets jaunes à rejoindre leur «cortège déterminé et combatif» le 1er mai pour faire de Paris la «capitale de l’émeute». Par ce rassemblement, ils espèrent faire entendre à Emmanuel Macron leur mécontentement, «le renverser et lui faire revivre une journée en enfer», ont-ils indiqué sur leur page Facebook.
Mais pour assurer l'ordre et la sécurité, ils auront face à eux, à Paris, plus de 7 000 policiers et gendarmes ainsi que des drones légers, qui seront déployés à l'occasion de ce 1er-Mai 2019.
Et qu'attendent Mr le Ministre de l'Intérieur Christophe CASTANER ou le Préfet de la Préfecture de Paris Mr Didier LALLEMENT afin de prendre des décisions pour faire dissoudre ce groupuscule ultragauche prônant la violence et l'émeute ! 
Le 24 avril 2019 dernier, Christophe Castaner a prononcé la dissolution de sept associations d'ultra-droite, dont le Bastion social. Emmanuel Macron avait fait connaître au dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), il y a deux mois, sa volonté de dissoudre trois groupuscules d’extrême-droite – les néonazis Blood and HonourCombat 18 et le plus connu et néo-fasciste "Bastion social".
Très bien ! Mais alors les Black Blocs ? Et pourquoi pas interdire la manifestation des black blocs ? "
Il est toutefois possible pour les pouvoirs publics d’interdire une manifestation si elle est de nature à troubler l’ordre public (article L211-4 du Code de la sécurité intérieure)."L’article de la loi anticasseurs qui aurait permis aux préfets d’interdire de manifestation toute personne présentant une «menace d’une particulière gravité pour l’ordre public» a été censuré début avril par le Conseil constitutionnel.
En mai 2018, le premier Ministre, Édouard PHILIPPE, avait émis le souhait de dissoudre «une association de fait». C’est la qualification juridique pour désigner ces groupes armés clandestins.
La loi française - article L212-1 du Code de la sécurité intérieure - permet de les dissoudre par simple décret en conseil des ministres.
Comment peut-on continuer à laisser agir ces "black blocs" qui gangrènent la société française, et qui par leurs dégâts considérables (saccages, vandalisme, pillages...) ruinent l'État français, comme le font les Gilets jaunes "radicalisés".
"Je réclame d'Emmanuel MACRON qu'il opère la dissolution de ces groupuscules d'extrême gauche, qui œuvrent en cassant tout, en brûlant tout, et qui agissent en toute impunité", avait déclaré dimanche 17 mars 2019 Marine LE PEN. Pour la présidente du RN, qui ciblait "antifas" et "black blocs", "les cagoules noires ont remplacé les Gilets jaunes" à Paris... 
Et 
Nicolas DUPONT-AIGNAN (DLF) ou encore Guillaume LARRIVÉ (LR) appellaient le gouvernement à neutraliser les "black blocs" ou autres "antifas" qui, selon eux, sont responsables des violences commises lors de "l'acte 18" des Gilets jaunes...


                                            




                                             

    Rechercher

  •  
  •