A C T U A L I T E S
  27-05-2019  ÉLECTIONS EUROPÉENNES 26 MAI 2019 : RÉSULTATS
Les résultats dans notre commune de Guillos nous sont donnés par notre grand quotidien SUD OUEST :

Lors des européennes 2019 à Guillos, la majorité des votes a été remportée par la liste de Jordan BARDELLA(Rassemblement National).

À l'occasion des européennes, la liste Rassemblement National emmenée par Jordan BARDELLA obtient le plus grand nombre de voix exprimées à Guillos, grâce à 38,46 % des votes. 11,24 % des inscrits de Guillos ont donné leur vote à la liste présentée par Nathalie LOISEAU (LREM). Avec 8,88 % des suffrages, la liste La France Insoumise représentée par Manon AUBRY a terminé à la troisième place. La liste menée par Yannick JADOT (EELV), grâce à 8,28 % des suffrages, est arrivée en quatrième position. La cinquième position revient à la liste LR dirigée par François-Xavier BELLAMY, qui est créditée de 5,33 % des voix.

On trouve après elles les listes d'Hélène THOUY (Parti animaliste, 4,14 %), de Nicolas DUPONT-AIGNAN (DLF, 3,55 %), à égalité avec la liste de Raphaël GLUCKSMANN (Place Publique - Parti Socialiste) et la liste Génération.s de Benoît HAMON, de Dominique BOURG (Urgence écologie, 2,96 %), ex-aequo avec la liste PCF de Ian BROSSAT et la liste de François ASSELINEAU (UPR), de Jean-Christophe LAGARDE (Union des Démocrates et Indépendants, 1,78 %) et de Nathalie ARTHAUD (LO, 1,18 %). 
Le RN de Marine LE PEN, vainqueur de ces élections européennes, devient le premier parti politique de France. Pour la France Insoumise, c'est une grosse déception devant le médiocre résultat de Jean-Luc MÉLENCHON qui voulait infliger "une raclée démocratique à MACRON".

"La droite traverse une crise profonde, tout est à reconstruire", s'est désolée la tête de liste François-Xavier BELLAMY. Cette reconstruction « sera longue et exigeante », a reconnu le patron du parti, Laurent WAUQUIEZ, fragilisé. C'est le pire des résultats obtenus par la droite et Les Républicains, depuis 1958...
Le député LR des Alpes-Maritimes Eric CIOTTI appelle à l'unité et au rassemblement de sa famille politique. "La défaite est lourde, elle est sévère pour nous. Nous avons besoin d'unité, nous avons besoin de rassemblement. C'est une défaite collective qui nous touche. Chacun a sa part de responsabilité. J'espère que face à cette situation, il faut qu'il y ait un devoir de responsabilité au sein de notre famille politique. Aller dans le jeu des petites phrases dans ce contexte serait suicidaire. C'est la survie de la droite républicaine qui est en jeu. Dans notre pays, on a besoin d'une droite républicaine qui incarne une alternative crédible", a-t-il déclaré sur LCP.
Ce médiocre résultat assez pitoyable, est dû sans doute à une regrettable guerre des chefs, interne au parti, Fillon/Coppé, Fillon/Juppé, Pécresse, Bertrand, Estrosi, Wauquiez, et tous ceux qui ont quitté LR (Édouard Philippe, Bruno Lemaire, Gérald Darmanin, Alain Juppé, Xavier Bertrand, Frank Riester, Jean-Pierre Raffarin, Thierry Solère..., en désaccord ou exclus, semant des divisions et des clivages au sein du parti. Mais l'affaire François FILLON/Pénélope FILLON a porté tort au parti LR.
Deux grands courants subsistent chez les LR, les conservateurs et les libér
aux. Pour parvenir à une entente et un consensus, il est nécessaire d'avoir un leader et des idées communes, compatibles et unanimes, mais chacun doit respecter la règle de l'unité, rassembler, et non pas se déchirer et ne pas s'entendre.
Nicolas SARKOZY, furieux et consterné, doit déjeuner avec Laurent WAUQUIEZ mercredi 5 juin...Nicolas Sarkozy a estimé qu’il fallait «tout changer» d’urgence dans son ancien parti. Quant au très discret Président de l'Association des Maires de France, François BAROIN, il reste silencieux.

"Je me retire de mes fonctions de président des Républicains"."Ces élections sont un échec [...] Je me retire de mes fonctions de président de @lesRepublicains. Dimanche 2 juin, Laurent WAUQUIEZ a annoncé au JT de TF1 sa démission suite aux résultats catastrophiques de son parti aux élections européennes.« Je ne veux pas être un obstacle, à aucun prix [à la reconstruction de la droite], que la droite soit un désert politique entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen », a ajouté Laurent Wauquiez. Laurent Wauquiez avait été majoritairement élu à la tête du parti en décembre 2017, avec environ 75% des voix. Jean LEONETTI assure l'intérim de la présidence des LR. La droite, en crise, doit se reconstruire et éviter de se déchirer. Il faut reconnaître que beaucoup de médias à la solde du macronisme lui ont infligé un énorme "bashing", afin de lui barrer la route, ainsi que certains membres de sa propre famille politique.
Mais quelle idée méchante, sans doute revancharde, et biscornue (sans jeu de mot) que celle du Ministre actuel des Collectivités territoriales Sébastien LECORNU (ancien LR), qui appelle tous les Maires de droite à quitter Les Républicains ! Et Thierry SOLÈRE (ex-LR lui aussi) d'enfoncer le clou en appelant les élus de droite à rejoindre la REM ! 
Le président LR du Sénat, Gérard LARCHER, essaie de prendre en main la reconstruction de sa famille politique. Il a annoncé la tenue en octobre d'une « grande convention nationale » de la droite et du centre. Certains imaginent même recréer l’UMP pour mieux rassembler. Mais la droite reste divisée sur la stratégie. On apprend que Valérie PÉCRESSE claque la porte des Républicains (LR). Une décision surprenante, incompréhensible, et sûrement une erreur. La majorité de la famille LR ne comprend pas ? Une girouette parmi d'autres ? Elle aura tout fait et oeuvrer pour faire démissionner Laurent WAUQUIEZ. Jean LEONETTI déclare : "J'appelle tout le monde à la raison". On apprend que 72 Maires et élus locaux LR, et donc 72 déserteurs, appellent à soutenir le Président MACRON. Voilà une initiative et manoeuvre qui n'est pas étrangère à la veille des élections municipales de mars 2020... Comme le déclare Nadine MORANO, il s'agit bien d'une désertion ! Racollage, démarchage, rapprochement vers le Premier Ministre É.PHILIPPE (ex LR) ? Puisqu’ils en partagent les valeurs, ils veulent se rapprocher le plus possible de la majorité présidentielle pour espérer ne pas avoir de candidats LREM en face d’eux, et s'assurer une victoire aux municipales." Nous sommes de ceux qui souhaitent la réussite impérative de la France, c’est pourquoi nous voulons la réussite du président de la République et du gouvernement car rien ne se construira sur leur échec», écrivent ces élus dans cette tribune du JDD. Cela ressemble étrangement à un retournement de veste ? À noter que Luc Bouard (Maire de La-Roche-sur-Yon) est le seul maire de Vendée a avoir signé la « Tribune des 72 » parue dans le Journal du Dimanche en faveur d’Emmanuel Macron.
Ce qui a fait réagir Jean Leonetti : « Les 72 élus locaux qui déclarent soutenir Emmanuel Macron ne sont pas les seuls à vouloir la réussite de la France et que les solutions passent par les territoires. Pourquoi alors soutenir celui qui les a méprisés ? », a écrit sur Twitter le président par intérim des Républicains.

La France insoumise et le Parti socialiste ont tout juste obtenu 6% chacun aux élections européennes. Une déception immense pour les deux partis de gauche, à un an des municipales.
L
e Parti socialiste, allié à Place Publique, et emmené par Raphaël Glucksmann, paie ses innombrables divisions.
Des élections européennes avec un taux de participation en nette hausse (51,3 %), un taux que n'avaient pas prévu les sondages.

Le Ministère de l'Intérieur a donné ce lundi le résultat officiel des européennes 2019. Le scrutin est marqué par une percée des écologistes (EELesVerts), un effondrement des Républicains (LR) et de La France Insoumise (FI) :

  • Liste RN conduite par Jordan Bardella : 23,31%
  • Liste LREM conduite par Nathalie Loiseau : 22,41%
  • Liste EELV conduite par Yannick Jadot : 13,47%
  • Liste Les Républicains conduite par François-Xavier Bellamy : 8,48%
  • Liste La France insoumise conduite par Manon Aubry : 6,31%
  • Liste PS-Place Publique, Nouvelle Donne de Raphaël Glucksmann : 6,19%

     

      

    Les grosses surprises viennent de la surprenante troisième position des VERTS représentés par Yannick JADOT, devenant la 3ème force politique du pays, et qui a ravi cette place au Parti Les Républicains (LR) de François-Xavier BELLAMY, qui connait la désillusion et un effondrement, et également celle de la France Insoumise (FI) de Manon AUBRY en dégringolade. Le parti de Raphaël GLUCKSMANN, qui représentait une partie de la gauche, est en perte de vitesse. Pour le parti de la majorité actuelle (LAREM), c'est une défaite et un désaveu du Président Emmanuel MACRON.
     
    Les Verts créent la grande surprise car ils étaient donnés sous les 10 % par les sondages. 
    Opposés à la corrida, aux animaux de cirque, aux expériences scientifiques sur les animaux, les animalistes ont reçu le soutien de personnalités comme Brigitte BARDOT, Laurent BAFFIE ou DAVE…
    Parmi les petits partis, le parti Animaliste a créé la surprise lors de ce scrutin. Si leur score (2,2 %) ne leur permet pas d’envoyer un député au Parlement (il faut atteindre 5 %), le parti double ses résultats par rapport aux législatives de 2017, rappelle Le Monde.

    4 nouveaux élus Eurodéputés sont issus de notre région Nouvelle-Aquitaine, Hélène LAPORTE (RN), Jean-Paul GARRAUD (RN), Laurence FARRENG (Béarn, LAREM), et Benoît BITEAU (Charente-Maritie, EELV).

    Rechercher

  •  
  •