A C T U A L I T E S
  15-06-2019  Connaissez-vous la SNSM ? (Société Nationale de Sauvetage en Mer)

                             


Créée il y a 52 ans, la SNSM compte aujourd'hui 8 000 SAUVETEURS BÉNÉVOLES. Ils interviennent de jour comme de nuit, 365 jours par an, partout le long du littoral français, et même en cas de mer déchaînée.
La SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) vient de payer un lourd tribut avec la mort de trois sauveteurs en mer, vendredi 07 juin 2019, au large des Sables-d’Olonne après le chavirage de leur vedette, consécutif à la violente tempête "Miguel", et qui était partie secourir un pêcheur en mer, dont le corps n'a pas été encore retrouvé.
L’association est une « grande famille » qui rassemble quelque 8 000 bénévoles.


Des années de secours bénévole à son acquis ! 
La Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) a été créée en 1967, et reconnue d’utilité publique en 1970. Sur son site, l’association revendique 8 000 sauveteurs, dont environ 5000 embarqués à bord de navires et 3000 nageurs. Ils sont tous bénévoles.
Ces jeunes, ces femmes , ces hommes sont de véritables HÉROS ! Au péril de leur vie, ils consacrent leur quotidien à sauver des vies, à porter secours en mer, et cela bénévolement, ce qui honorent encore davantage
ces sauveteurs exceptionnels et dévoués !
Ces secouristes interviennent le plus souvent à la demande de l’un des cinq centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS) qui bordent le littoral français et qui dépendent du Ministère de la Transition écologique. Selon les cas et le type de secours à effectuer, les sauveteurs peuvent utiliser des bateaux plus ou moins grands. La flotte compte notamment 31 navettes imposantes, 404 bateaux pneumatiques, et 91 jet-skis. Tous ces navires sont répartis sur les 218 stations qui bordent le littoral.

L’association est parrainée désormais par l’ancien footballeur Bixente LIZARAZU, champion du monde 1998, natif de Saint-Jean de Luz.
 
En 2016, la SNSM a effectué les deux tiers des interventions des secours en mer au large des côtes françaises effectuées par navire (donc hors moyens aériens ou par nageur depuis une plage), secourant 7 700 personnes en 5 200 interventions (on déplore entre 350 et 400 morts par an en mer en France). 26 % de ces interventions se déroulent de nuit et la durée moyenne des interventions est de 1 h 48 min. 
Les bateaux de secours de la SNSM sont répartis sur 218 stations le long du littoral métropolitain et d’outre-mer et agissent sous l’autorité et à la demande des centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS) qui en France sont les centres de coordination de secours en mer et qui dépendent de la direction des Affaires maritimes du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. La SNSM participe donc à des missions de service public dans son domaine de compétence.
Le financement de la SNSM (acquisition, entretien des vedettes de secours et formation des équipages) est très majoritairement assuré par la générosité du public (dons, legs) et de partenaires privés (mécénat). En 2012, 76 % de ses ressources annuelles étaient d’origine privée et 24 % provenaient de financements publics (État et collectivités territoriales).
 
En 2017, 9 000 personnes ont été secourues par les sauveteurs de la SNSM, selon l’association née de la fusion de la Société centrale de sauvetage des naufragés (SCSN), proche de l’État, et des Hospitaliers sauveteurs bretons, institution de sauvetage et « société de bienfaisance ».

C’est la seule organisation agréée dédiée au sauvetage en mer en France.


                      

    Rechercher

  •  
  •