A C T U A L I T E S
  22-06-2019  ÉLAGAGE : une pratique qui fait l'objet de TEXTES DE LOIS

                L'ÉLAGAGE, UN ENJEU POUR TOUS...

                                              Réglementations et textes en vigueur


                                      

La Vendée était en alerte aux vents violents toute la journée de ce vendredi 7 juin 2019, tout comme une dizaine de départements de l'ouest. Mais la tempête Miguel, avec ses rafales allant jusqu'à 130 km/h, a balayé un territoire plus vaste. Elle a d'abord touché la Gironde avant de remonter vers le nord-est. Soixante-treize mille foyers ont été privés d'électricité. Et la SNCF a même décidé de suspendre certains de ses trains.
Les rafales de vent ont atteint 106 km/heure au Cap-Ferret,  86 km/h à Bordeaux. Les pompiers sont intervenus pour des câbles électriques tombés sur la voie publique et des arbres qui menaçaient de tomber sur les habitations.
La principale conséquence de la tempête, c'est la multiplication des coupures de courant. A 16 heures vendredi 7 juin, Enedis annonçait 35 000 foyers privés d'électricité en Aquitaine Nord dont 18 000 pour le seul département de la Gironde. Ce samedi matin 09 juin 2019, c'est 4500, principalement dans le Cubzaguais et le Libournais. Le rétablissement complet avait été annoncé pour dimanche soir 10 juin.
Météo France avait placé 10 départements en vigilance orange.
"Miguel", une tempête en formation dans les parages des Açores, au large du Portugal, et baptisée Miguel par les services météorologiques espagnols.

        Retour sur la Tempête Miguel

             De la nécessité de veiller à l’élagage des arbres


Vendredi 7 juin 2019, la tempête Miguel s’est abattue sur 18.000 foyers en Gironde, les plongeant dans le noir, une partie du week-end. Au niveau national, ce sont 340.000 clients qui ont été privés d’électricité. Enedis a déployé plus de 110 tonnes de matériel pour rétablir 90% des connexions, en 24 heures. Le compteur Linky a permis de gagner un temps précieux en géo-localisant les grappes d’habitations non alimentées. Au-delà de la performance technique se pose encore la question de l’élagage.
La chute d’un arbre ou d’une branche sur le réseau induit des coupures et peut priver tout un secteur d’électricité. Ce phénomène est accru durant les intempéries, mais il existe aussi par temps calme. Lorsqu’une interruption d’alimentation est identifiée, elle mobilise des techniciens d’Enedis qui, de fait, se détournent de leurs activités d’entretien ou de construction de réseau. Cette situation engendre des déprogrammations de chantiers et des retards.
Enedis compte sur l’appui des Mairies pour rappeler les règles auprès des concitoyens. 

Bien à vous,

                               

    Rechercher

  •  
  •