A C T U A L I T E S
  26-05-2013  SOCIÉTÉ : Dimanche 26 mai 2013, à Paris (7ème), les opposants au mariage homosexuel descendent dans la rue


              


Quelques jours après la validation de la loi Taubira, par le Conseil Constitutionnel, (loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe), puis sa promulgation par le Président de la République, les opposants au mariage gay
n'ont pas renoncé à une ultime démonstration de force.
Le vrai mariage, c'est un Homme et une Femme ! Il eût été largement préférable de parler "d'Union Civile",
comme le pense, (un peu tardivement !) Ségolène Royal, Présidente de la région Charentes-Poitou, un contrat
d'union civile qui tient à cœur à Frigide Barjot.
De son côté, le président du MoDem, François Bayrou, favorable à une "union civile" mais pas au "mariage" 
entre couples homosexuels, a regretté ce dimanche que le président François Hollande n'ait pas fait sur ce
sujet le choix de "la conciliation". 

Les opposants de la Manif pour tous défilent aujourd'hui une nouvelle fois dans la rue...
Le président de l'UMP, Jean-François Copé avec plusieurs ténors du parti (Henri Guaino, Xavier Bertrand,
Laurent Wauquiez, Christian Jacob, Claude Gosguen, Patrick Ollier, Éric Ciotti...), et d'autres, est de
ceux qui prennent part à la manifestation pour témoigner de leur opposition à la loi sur le mariage homo et "plus globalement à la politique familiale du gouvernement", même si certains ténors seront absents François Fillon, Alain Juppé, Nathalie Kociiusko Morizet, François Barouin, Bruno Le Maire...
Toutefois le Député et Maire du Puy-en-Velay Laurent Wauquiez est plus nuancé car il ne cautionne pas la
"récupération politique" que semble faire Jean-François Copé à travers cette manifestation.
Certes cette loi est une loi de la République adoptée par le Parlement, ratifiée par le Conseil Constitutionnel, et
promulguée par l'actuel locataire de l'Élysée...
Mais libre à chacun de pouvoir exprimer son sentiment, sa sensibilité, son choix, son opinion face à cette loi
Taubira, une loi qui aura été votée en force, une loi qui n'aura pas été soumise à la souveraineté populaire par le biais référendaire tout à fait constitutionnel.
On avait entendu divers slogans criés par les manifestants, à l'occasion de la précédente manifestation : "Hollande, l'ennemi de la famille". Il y a là sûrement une part de vérité !

Les manifestants restent fidèles à leur engagement : Défendre la Famille, la vraie. "On ne lâche rien" ,
déclarent-ils. "Nous sommes les gardiens de la Famille", prônent-ils. L'objectif est de manifester pour la Famille, pas contre les homosexuels, proclament-ils.
Ceux qui lancent des slogans homophobes, les provocateurs, les violents, les perturbateurs, les radicalistes... n'ont absolument rien à voir avec l'esprit de cette manifestation calme, pacifique. 

Il faut le rappeler, la liberté de manifester est un principe fondamental de la démocratie et de la République.
Après les propos du Premier Ministre Jean-Marc Ayrault et ceux du Ministre de l'Intérieur Manuel Valls, l'UMP
Jean-François Copé a dénoncé l'ingérance du Gouvernement (Exécutif) :"Ils sont saisis de panique, ils se
livrent à des tentatives inacceptables de pression et d'intimidation pour tenter de décourager des centaines
de milliers de Français qui s'apprêtent à exprimer pacifiquement leur mécontentement dans la rue
". Et d'ajouter
"récuser tous les amalgames : les Français qui sont opposés à la loi Taubira n'ont rien à voir avec une
poignée d'extrémistes violents et homophobes dont je condamne les paroles et les actes
."
Frigide Barjot, l'égérie de la "Manif pour tous", et ardente adversaire de cette loi Taubira, s'est expliquée quant
à son absence au défilé d'aujourd'hui. La porte-parole de la Manif pour tous, qui a reçu de nombreuses
menaces de mort, y compris contre ses enfants, n'est pas seulement préoccupée par sa sécurité.
Elle tient aussi à sa liberté de parole. Ces menaces l'ont poussé à renoncer à la manif. "Cela a toujours été un mouvement de liberté, d'égalité et de fraternité, clame-t-elle. Or, maintenant, on veut m'empêcher de parler de ce qui, je pense, peut être une alternative à la loi, l'union civile."

Si l'a loi n'est pas abrogée d'urgence "par référendum" avant son application, Henri Guaino, Député UMP des
Yvelines, autre poids lourd du groupe Union pour une Majorité Populaire, estime qu'il sera "difficile de la
supprimer".
"Le référendum sera un référendum d'abrogation"
"Le combat n'est pas achevé"
"Cette loi a du mal à être la loi de tous"
"Je réclame que le peuple tranche"
"C'est une loi qui modifie les équilibres de notre civilisation"
"Juridiquement, il sera très difficile de supprimer cette loi"
 Il sera présent à cette manifestation du 26 mai 2013, comme il s'y été engagé.
 
"Je viens manifester parce que ma conscience m'appelle à manifester, avec des centaines de milliers, des
millions de Français, qui sont comme d'habitude ouverts, de bonne foi, fraternels", a déclaré il y a une poignée
de minutes Henri Guaino, sur BFMTV.

"S'il y a d'autres manifestations, de rassemblements de cette ampleur, j'y serai aussi, il ne faut pas lâcher le gouvernement, ni le président de la République, car cette loi a été adoptée par une sorte de coup de force parlementaire", a dit le député UMP des Yvelines.

"Beaucoup de Français se lèvent et disent que non, ce n'est pas la démocratie, nous voulons que le peuple français décide sur un sujet aussi large. [...] Il est parfaitement légitime de manifester jusqu'à ce que le président de la République qui entende le cri du peuple qui demande à être consulté", a-t-il conclu. [Le Figaro]


                             

                                                               Journal LE FIGARO

La manifestation contre le mariage homosexuel aujourd'hui a réuni plus d'un million de personnes, dans le
cortège, selon les organisateurs.
La préfecture de police a dénombré de son côté 150.000 participants.
Une fois encore il y a une énorme discordance numérique, entre les chiffres annoncés...
"La présidente de La Manif pour tous a assuré dimanche que le combat allait se poursuivre contre le mariage homo et que d'autres actions seraient menées si François Hollande ignorait les revendications des opposants.
"Je vous annonce, ainsi qu'à ceux qui croient encore que nous allons abandonner, que nous poursuivrons le combat partout en France", a déclaré à la tribune dressée sur l'esplanade des Invalides
Ludovine de la Rochère, à la fin d'une manifestation qui a rassemblé plus d'un million de personnes selon les organisateurs, 150.000 selon la police.
[Le Point]
 

    Rechercher

  •  
  •