A C T U A L I T E S
  24-10-2019  UNE INTERVENTION D'UN ÉLU DÉPUTÉ du RN a déclenché un tollé général au Conseil Régional de BOURGOGNE-FRANCHE-COMTÉ

En pleine séance du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, Julien ODOUL, Président du groupe RN, a pris la parole pour enjoindre « au nom de nos principes laïcs » la présidente socialiste Marie-Guite DUFAY « de demander à l’accompagnatrice qui vient de rentrer dans cette salle de bien vouloir retirer son voile islamique ».
Cette femme voilée accompagnait la classe de CM2 de son fils d’une école de Belfort, venue « voir le fonctionnement d’une institution démocratique dans le cadre d’une opération civique ». 
Qu' a dit exactement l'élu, en twittant ? "Au nom de nos principes républicains et laïcs, j’ai demandé à @MarieGuiteDufay de faire enlever le voile islamique d’une accompagnatrice scolaire présente dans l’hémicycle. Après l’assassinat de nos 4 policiers, nous ne pouvons pas tolérer cette provocation communautariste"."Madame a tout le loisir et la liberté de garder son voile en dehors, dans la rue en dehors, et pas ici, c’est la loi de la République", déclare alors Julien ODOUL.

La question du voile islamique soulève régulièrement et de façon récurrente des tollés en France,
pays pourtant viscéralement et profondément attaché à la laïcité.
Deux Français sur trois (66%) sont favorables à l’interdiction de signes religieux ostensibles, comme le port du voile, aux parents d’élèves qui accompagnent les sorties scolaires, selon un sondage Ifop-Fiducial.
La loi française interdisant d’arborer des «signes religieux ostentatoires» (voile, kippa…) à l’école, les autorités avaient demandé aux accompagnateurs de sorties scolaires de ne pas en porter. Mais une étude du Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative française, avait ensuite relevé que les accompagnants n’étaient pas soumis à la neutralité religieuse imposée aux enseignants.
Au sein du Gouvernement les avis semble-t-il divergent. Parmi les élus, idem.

Quoiqu'en disent certains, comme par exemple le journaliste chroniqueur Karim ZERIBI, (élu de Marseille, ancien militant syndical, ex Député Européen, mis en examen en  2014) consultant de la chaîne CNEWS, cette mère de famille porteuse du voile, accompagnatrice, n'a pas été humiliée, ou insultée ou stigmatisée. Le Député du RN l'a simplement invitée à retirer son voile, se trouvant dans un lieu, un espace public. Mais il est légitime de se poser une question : Pourquoi cette maman est-elle entrée dans ce lieu public, voilée, elle pouvait très bien rentrer sans. Ce comportement ressemble un peu à de la provocation, d'autant qu'elle était l'unique personne à porter le voile islamique dans la salle.
Mais la journaliste Laurence FERRARI, de CNEWS, a semble-t-il elle aussi désapprouvé l'élu du RN. Elle ne devrait pas ignorer que les propos tenus par les animateurs des antennes de télé doivent être respectueux des droits de la personne. Un journaliste qui oeuvre dans la liberté, la neutralité et l'indépendance est beaucoup plus crédible.
"Vous n’êtes pas honteux ? », demande-t-elle. " J’ai rempli mon rôle d’élu républicain attaché aux valeurs de laïcité ", répond Julien Odoul. "Vous voulez me faire pleurer ? Moi ce qui me fait pleurer, ce sont les orphelins, des 263 victimes de terroristes en France », se défend-il. Il est immédiatement repris par la présentatrice : « Vous dites n’importe quoi ! », s’agace-t-elle. Il n’en démord pas : pour lui, le voile de cette mère de famille est « une provocation islamiste ».
Cependant la loi actuelle dit que le voile islamique n'est pas interdit pour les accompagnatrices scolaires, en particulier. Elle ne se trouvait donc pas tout à fait en infraction dans la salle... 

Ainsi, trente ans après l'"affaire du foulard", une nouvelle polémique est née la semaine dernière autour du port du voile d'une mère accompagnatrice de sortie scolaire.
 
Une partie de la classe politique a condamné les propos de l’élu d’extrême-droite, tout en prenant position contre le voile. La Présidente du RN, Marine LE PEN s'est prononcée pour l'interdiction du port du voile islamique. En première ligne, le Ministre de l’Éducation Jean-Michel BLANQUER qui a déclaré sur France inter mercredi 16 octobre que "le voile n’était pas souhaitable dans notre société".
D'autres élus ont pris position en allant jusqu'à souhaiter interdire le port du voile islamique sur la voie publique, telle la Député Européenne Nadine MORANO qui estime que "le voile islamique est une arme de propagande".  Elle s'est ouvertement, et sans langue de bois, prononcée pour l'interdiction du voile dans l'espace public. 
"262 personnes ont perdu la vie dans notre pays par le terrorisme islamiste depuis 2015.
4 policiers ont été assassinés au sein même de la Préfecture de Police de Paris.
L'islam politique tue dans notre pays. La propagande, la manipulation, la victimisation sont les armes de diffusion des salafistes. Le voile islamique, est un outil de propagande de soumission de la femme qui doit être interdit lors des sorties scolaires et dans la sphère publique.
Il faut en finir avec la naïveté et la complaisance. Le combat pour préserver notre mode de vie est engagé, ajoute-t-elle. On a pu voir Nadine MORANO dans "Bourdin direct" sur la chaîne BFMTV ou encore sur la chaîne CNEWS dans " Punchline".
"Le port du voile est un signe religieux d'oppression, de soumission. La France est un pays aux racines chrétiennes, et les gens refusant de s'intégrer aux valeurs de la République, si ça ne plait pas, si ça dérange il faut aller vivre ailleurs" ... avait-elle ajouté.

"Depuis plusieurs années, on ne compte plus les propositions de lois pour interdire le port du voile dans l’espace public ou les universités ou même les entreprises privées alors que ces propositions sont par essence contraires à la Constitution et n’aboutissent donc jamais", déclare Valentine ZUBER, directrice d’études à l’école pratique des Hautes études, jointe par InfoMigrants. 

L'interdiction du voile lors des sorties scolaires fait l'unanimité à droite...


"Le Sénat avait déjà prévu une proposition de loi contre le port du voile lors des sorties scolaires. Le même texte doit voir le jour à l'Assemblée. 
La droite veut aller plus loin sur l’interdiction du voile islamique. Quinze ans après l’interdiction du voile à l’école sous Jacques Chirac, les élus LR ont prévu, à l’Assemblée Nationale comme au Sénat, de mettre sur la table deux propositions de loi visant à étendre cette interdiction aux femmes accompagnatrices lors des sorties scolaires." [ www.huffingtonpost.fr ]

"Le Député des Alpes Maritimes Éric CIOTTI a twitté :"
Jacques et François Baroin ont interdit les signes religieux à l’école.
Il faut étendre cette mesure aux sorties scolaires mais aussi à l’université et aux services publics !
Arrêtons avec la naïveté face au communautarisme islamiste.
Le même jour, sur une autre antenne, le nouveau patron des Républicains, Christian JACOB, se prononce, lui aussi contre le port du voile lors de sorties scolaires et favorable à son interdiction. 
Le Sénateur Bruno RETAILLEAU, le Président du groupe LR au Sénat a de son côté rappelé qu’une proposition de loi pour interdire le voile islamique lors des sorties scolaires sera étudiée au Sénat prochainement. Le sénateur précise, lors d’un autre message que ce texte a déjà été déposé, bien avant les propos de Julien Odoul contre une femme voilée ce week-end. 
La proposition de loi a en effet été déposée au Sénat par la sénatrice du Val-d’Oise Jacqueline EUSTACHE-BRINIO et ses collègues Les Républicains en juillet dernier. Le texte sera discuté en séance publique dans la chambre haute mardi 29 octobre. Et comme pour bien affirmer leur unité, pas si fréquente, les Républicains ont pris la peine d’envoyer un tweet qui inscrit dans le marbre leur position: "La porte-parole du gouvernement : ‘je n’ai pas de difficulté à ce qu’une femme voilée participe à une sortie scolaire’. Nous si. Nous voulons interdire le voile pour les accompagnatrices scolaires. 66% des Français aussi (Ifop, 14 octobre 2019)".

"Christian JACOB, comme Éric CIOTTI, a demandé au gouvernement de "trancher". "Il faut que le Président de la République tranche et pendant ce temps le communautarisme progresse", a demandé le second."C’est le problème de ce gouvernement qui est incapable de trancher sur ce sujet", a critiqué Christian Jacob. "Si on n’est pas clair sur ce sujet du voile, l’ambiguïté fait qu’on se trouve dans ces situations conflictuelles", a-t-il dénoncé, en référence aux propos de Jean-Michel BLANQUER sur BFMTV dimanche 13 octobre 2019."
www.huffingtonpost.fr ]

    Rechercher

  •  
  •