A C T U A L I T E S
  04-12-2019  SOMMET du 70ème ANNIVERSAIRE de l'OTAN à LONDRES : 03 et 04 décembre 2019

          
     
            
Les dirigeants des pays de l’OTAN se réunissent mardi et mercredi en sommet à Watford, près de Londres, pour le 70ème anniversaire de l’alliance, mais l’ambiance est loin d’être festive à cause de multiples différends, comme l'offensive turque en Syrie et la participation des pays européens au budget de défense de l'Alliance.
À Londres, les vingt-huit États alliés de l'OTAN seront au chevet d'une organisation en crise. Et la France fait partie de ces pays alliés de l'OTAN.
Créée en 1949 par les Occidentaux pour contrer le communisme, elle a survécu en 1991 à la fin de l'URSS et du pacte de Varsovie, l'alliance militaire concurrente en Europe.

Le Président français, qui rencontre son homologue américain mardi, avait jugé l’OTAN en état de « mort cérébrale » après l’offensive lancée par la Turquie en Syrie.
Le président Américain Donald TRUMP a qualifié mardi de « très insultant » le jugement de « mort cérébrale » porté par le président français Emmanuel MACRON sur l’Otan et a annoncé son intention de lui en parler lors d’un entretien prévu dans la journée.

« Je pense que c’est très insultant », a-t-il déclaré lors d’un point de presse avec le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, avant le début du sommet du 70e anniversaire de l’Otan à Londres.

C’est un jugement « très, très méchant à l’adresse de 28 pays », a-t-il ajouté. Donald TRUMP s’est dit « très surpris » par la déclaration d’Emmanuel Macron et l’a jugée « très dangereuse » pour la France. « Personne n’a besoin de l’Otan plus que la France », a-t-il affirmé.  Le Président Américain rencontrera Emmanuel MACRON dans la journée du mardi 3 décembre pour discuter avec le président français des griefs portés contre l’Otan.
Emmanuel Macron avait jugé l’Otan en état de « mort cérébrale » après l’offensive lancée par Ankara dans le nord-est de la Syrie sans aucune concertation avec les alliés, mais avec l’assentiment du Président Américain.
Donald Trump a également durement critiqué la volonté de Paris de taxer les géants technologiques américains. Son administration a déjà menacé d'imposer des droits de douane pouvant atteindre 100% sur l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français dont le roquefort, les yaourts, le vin pétillant.

Le secrétaire général de l’Otan, le Norvégien Jens Stoltenberg, assure que l’année prochaine, les alliés non américains auront augmenté leurs dépenses pour la défense de 130 milliards de dollars depuis 2016.
Les alliés se sont engagés en 2014 à consacrer 2 % de leur PIB pour leurs dépenses militaires en 2024. Neuf pays ont atteint cet objectif en 2019 et si la France va l’atteindre en 2025, l’Allemagne est encore très loin du but.
Donald Trump aura l’occasion d’en discuter avec M. Stoltenberg lors d’un petit-déjeuner mardi à Londres avant de rencontrer le président français, Emmanuel Macron, dont les critiques contre l’Alliance, jugée en état de «mort cérébrale», ont choqué tous ses partenaires. La chancelière a dit sa réprobation et aucune capitale de l’Alliance n’a soutenu le Président FrançaisLa charge d’Emmanuel Macron a ulcéré le président Erdogan, qui a jugé le président français « en état de mort cérébrale »
Outre les attaques contre la France, Donald Trump, qui depuis son élection pousse ses alliés à augmenter leurs budgets militaires pour partager davantage le fardeau, a lancé une nouvelle charge contre les "mauvais payeurs" de l'Otan, notamment l'Allemagne.
Le dirigeant turc veut porter le différend au sommet. Paris a déploré ses insultes, mais Emmanuel Macron assume ses propos et n’entend pas renoncer à ses griefs. [ https://www.lunion.fr/ ]

"Alors que ce 70ème sommet de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) a été émaillé par 
de véritables tensions et des désaccords affichés, la déclaration commune, publiée à l'issue d'une session de travail de trois heures dans un golf à Watford, en banlieue de Londres, reconnaît pour la première fois la montée en puissance de la Chine comme un « défi » et relève également la « menace » que représentent « les actions agressives » de la Russie." [ 
https://www.lepoint.fr/ ]
Moqué par des dirigeants étrangers, Justin TRUDEAU, Boris JOHNSON et Emmanuel MACRON, Donald TRUMP écourte son sommet de l'OTAN. 
L'ambiance à Londres où se tient le 70ème sommet del'OTAN se dégrade puisque Donald TRUMP, 
Président des États-Unis, Donald Trump, a annulé sa conférence de presse prévue mercredi 4 décembre près de Londres dans le cadre du sommet de l’OtanLa chancelière Allemande Angela MERKEL a livré mercredi un plaidoyer pour l'Otan et pris le contrepied des critiques du Président français Emmanuel Macron, à une semaine du sommet de l'Alliance atlantique à Londres qui s'annonce tendu.
Défis posés par le terrorisme, la Chine et la Russie, intervention turque en Syrie lancée sans concertation avec les alliés, insistance américaine à faire payer davantage les autres alliés : les sujets difficiles ne manquaient pas pour la réunion organisée sur un golf de luxe à Watford, dans la banlieue de LondresEt le Président TRUMP a lâché une pique méritée contre Emmanuel MACRON dont le jugement sur l'Otan en état de "mort cérébrale" a fâché tout le monde à l'Otan.

Mais où est donc passée l'amitié Franco-Américaine, diplomatique, économique, militaire ...? On peut se demander à quoi sert encore l'OTAN, après de telles déclarations du Président MACRON... 
Les géants du numérique sont en moyenne deux fois moins imposés que les entreprises traditionnelles en Europe. A défaut d'accord européen, la France a décidé unilatéralement, le 11 juillet 2019, de mettre en place sa "taxe Gafa", une première du genre en Europe. La même année, l'OCDE s'est emparée de ce dossier au niveau mondial, dans l'espoir de parvenir à un accord politique en 2020. 
L'instauration de cette taxe gafa est l'un des premiers objets de discorde entre la France et les USA.
En représailles, la Maison-Blanche menace de taxer des produits Français à 100 %, comme le Roquefort, les yaourts ou le vin pétillant,
 
mais aussi de nombreux produits cosmétiques comme le savon et le maquillage, le rouge à lèvres ou encore les sacs à main.
Furieux de la mise en place de la taxe Gafa, qui impose à hauteur de 3% les géants du numérique Facebook, Apple, Google et Amazon en France, le gouvernement Américain a décidé de riposter. Pour le gouvernement américain, cette taxe Gafa constitue une forme de « discrimination » contre les sociétés américaines. 
Mais
cette solution reste temporaire, en attendant l’aboutissement de négociations internationales. Le ministre de l’Economie Bruno LE MAIRE n'a, en tout cas, pas apprécié ces menaces qu'il juge « inacceptables »« Ce n'est pas à la hauteur d'un allié et ce n'est pas la comportement qu'on attend des Etats-Unis d'Amérique vis-à-vis de l'un de ses principaux alliés, la France, et de manière plus générale l'Europe », a-t-il déclaré sur Radio Classique, estimant que l'Union européenne était « prête à riposter ».

Vers l'apaisement ? Donald TRUMP et Emmanuel MACRON ont estimé ce mardi 3 décembre 2019 pouvoir régler leur conflit commercial lié à la taxe française sur le numérique, à laquelle Washington a répliqué en menaçant de surtaxer des produits emblématiques Français"Nous avons un différend mineur. Je pense que nous allons probablement pouvoir le surmonter", a déclaré Donald Trump lors d'une rencontre à Londres avec Emmanuel Macron en marge du sommet de l'Otan. "Je pense qu'avec le président Trump nous pouvons régler cette situation", a estimé à son tour le président français.  Le ministre de l'Economie et des Finances avait déclaré lundi 2 décembre que les Etats-Unis font "machine arrière" sur le dossier de la réforme internationale de la fiscalité en cours à l'OCDE, qui vise à mieux taxer les géants du numérique comme les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) pour stopper la baisse des recettes fiscales des Etats. "Après avoir réclamé une solution internationale à l'OCDE, [Washington] n'est pas sûr d'en vouloir", avait-t-il tranquillement lâché. 
Mais Washington n'a pas laissé passer l'affront. Dans une lettre envoyée à l'OCDE, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a fermement démenti les rumeurs de Bruno Le Maire. "Les Etats-Unis soutiennent les discussions à l'OCDE", écrit-il dans une missive datée du 3 décembre mais révélée ce matin. "Nous pensons qu'il est très important que ces discussions aboutissent à un accord afin d'éviter la prolifération de mesures unilatérales", ajoute-t-il. Cette dernière partie vise clairement la "taxe Gafa" française adoptée en juillet dernier, qui cible les géants américains en fonction de leur chiffre d'affaires réalisé en France, un critère contesté par la plupart des économistes de gauche comme de droite et non retenu par l'OCDE.

Dans un long communiqué, l'association des acteurs du Web 2.0 (créée en décembre 2007 par AOL, Dailymotion, Google, PriceMinister et Yahoo!) a expliqué en six points pourquoi la taxe GAFA est une mauvaise idée. Pour elle :

• il ne s’agit pas d’une taxe sur les GAFA, mais d’une taxe sur toutes les entreprises du numérique ;
• la taxe sur les services numériques va handicaper les acteurs français dans leur croissance ;
• la taxe sur les services numériques oublie que toutes les entreprises du numérique ne sont pas profitables ;
• une taxe sur les services numériques va avoir un impact sur les PME et les consommateurs ;
• il s'agit d'une taxe idéologique reposant sur un faux postulat : que les géants US du numérique ne paieraient pas d’impôt ; et
• même en faisant passer le taux à 5 %, la taxe sur les services numériques ne permettra d’atteindre qu'un rendement de 300 millions d’euros au maximum. Ce qui est loin des 500 millions d’euros annoncés.

    Rechercher

  •  
  •