A C T U A L I T E S
  05-01-2020  DIMANCHE 05 JANVIER nous fêtons l'ÉPIPHANIE


      

L'Épiphanie en Occident, c'est l'adoration des Mages. Pour les chrétiens orthodoxes d'Orient, le sens profond de la fête réside dans le Baptême du Christ. Pour tous, c'est l'annonce du salut.
Quel est donc le sens profond de cette fête populaire ? Épiphanie signifie "manifestation" en grec. Dieu se donne à voir, à toute l'humanité représentée par les mages venus du bout du monde. Dieu entre dans notre monde, dans notre histoire, en se faisant l'un de nous, comme un bébé. Noël, l’Épiphanie, les moments du commencement, sans bruit... Voilà la bonne nouvelle proposée par cette fête. 

L’Évangile de saint Matthieu raconte que des mages venus d'orient ont été guidés par une étoile jusque vers Jésus qui venait de naître. "Ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l'or, de l'encens et de la myrrhe.", écrit-il. L'or pour sa royauté, l'encens pour sa divinité, la myrrhe, parfum utilisé pour embaumer les défunts, pour annoncer sa mort.
Si l’Église fait cesser le temps liturgique de Noël à la mi-janvier avec le baptême de Jésus, des traditions régionales et familiales affichent leur désir de le prolonger. Pour beaucoup, ce temps des "fêtes de la lumière" s'achève le 2 février, jour de la Chandeleur et de la Présentation de Jésus au temple. Douze jours après Noël, le 6 janvier vient clore le cycle des fêtes.

L'Épiphanie célèbre la manifestation de Dieu aux mages. L'évangile dit : "Ils se prosternèrent et l'adorèrent. Ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe." L'or est la marque de la royauté, l'encens, celle de la divinité et la myrrhe, utilisée dans l’embaumement, celle de la renaissance. 
Plus ancienne que la fête de Noël, l’Épiphanie remonte aux années 150 en Orient. Elle est d’origine religieuse. En effet on célèbre ce jour-là la « manifestation du Christ ». On fête sa naissance, son baptême à l’âge adulte, et son premier miracle aux noces de Cana. Suite à l’essor de la fête de Noël en Occident (en 336), la célébration de l’Épiphanie évolue. Elle se transforme et devient une fête célébrant les rois mages Gaspard, Melchior et Balthazar.

L’origine de la tradition du partage de la galette est plus difficile à définir. Cependant elle se rapproche des Saturnales romaines. A cette occasion on choisissait un roi au hasard à l’aide d’osselets ou de dés. Tous les hommes étaient égaux et le temps de la fête les esclaves étaient invités à la table des maîtres. Il en est de même au Moyen-Âge, le villageois qui découvrait la fève se voyait couronner roi pour une journée. 
La fève était autrefois une vraie fève-légume. Étant une des premières graines comestibles au printemps, elle devient un symbole de vie.
En Saxe, des poupons nus apparaissent à la place des fèves autour des années 1870. Les pâtissiers remplacent la fève par des petites figurines (rois, reines, porte-bonheur, figurines, fer à cheval, animaux…). Elles sont en premier lieu fabriquées en Allemagne puis à Limoges.Au début du XXème siècle, un propriétaire parisien, Lion, a l’idée de lancer des fèves publicitaires. Il inscrit au dos d’une pièce de porcelaine en forme de Lune son adresse. Pour respecter les traditions, il faut couper la galette en autant de convives plus une part qui s’appelle la part du pauvre. Puis pour la distribution, le plus jeune doit aller sous la table, et dire à qui elle revient.

Dans les foyers, l'Épiphanie rime avec galettes de rois !
Au gâteau brioché, tradition du sud, s'est rajoutée depuis quelques décennies la "galette de Paris". Mais depuis quelques décennies, les boulangers du sud ont rajouté sur leurs étals la galette à la frangipane, aussi appelée "la Parisienne".  Elle consiste en deux pâtes feuilletés dorées en surface, et renfermant une crème à la frangipane.

Et vous, vous êtes plutôt brioche ou frangipane ? Ce dimanche est donc le jour où l'on mange le gâteau des rois, la galette des rois, selon la tradition...Entre brioche et frangipane, de quel gâteau parle-ton ? ?Traditionnellement dans le sud, le gâteau des rois est fabriqué sous forme de brioche en forme de cerceau, à la senteur de fleur d'oranger, recouvert de gros grains de sucre et de fruits confits. Les deux galettes des rois sont vendues dans toute la France, avec une prédominance tout de même pour la frangipane. Pourtant des deux,  le gâteau le plus ancien est le brioché, dont les traces remontent au Moyen Age.
La recette à la frangipane elle, n'est apparue qu'au XVIIème siècle. Elle serait née à Paris grâce au souhait de la reine de France Anne d'Autriche et de son fils Louis XIV. 

     

                                       Laquelle préférez-vous ? BON APPÉTIT !
 

    Rechercher

  •  
  •