A C T U A L I T E S
  15-03-2020  ÉLECTIONS MUNICIPALES des dimanches 15 et 22 MARS 2020
 
      

Les 15 et 22 mars 2020, Communes et Intercommunalités verront leurs équipes renouvelées, suite aux Élections Municipales.
Dans notre commune de Guillos, le Bureau de vote se tiendra à la Salle des Fêtes et sera ouvert dès 08h du matin jusqu'à 18h et le dépouillement se fera aussitôt...

Pour pouvoir voter, il faut aussi être inscrit sur les listes électorales. Elle est automatique pour les personnes qui ont eu 18 ans dans l’année, viennent d’être naturalisées. Il faut par ailleurs avoir une attache avec la commune au titre de son domicile principal, de sa qualité de contribuable ou de gérant de société . L’inscription sur les listes électorales se fait auprès de sa mairie de rattachement ou par Internet.
Un électeur absent de sa commune le jour de l’élection peut voter par procuration. Pour donner procuration, il faut se rendre dans un Commissariat de Police , une brigade de Gendarmerie ou au tribunal le plus proche. Il faut être muni d’une pièce d’ identité (carte d’identité, passeport ou permis de conduire ), ainsi que les coordonnées de la personne à qui vous donnez procuration qui doit, comme vous, être inscrite sur les listes électorales de votre commune.

"Alors que la polémique enfle sur la circulaire du Ministre de l’Intérieur, Christophe CASTANER, l’audience par le Conseil d’Etat des trois élus LR ayant déposé un recours contre le texte a été repoussée. Pendant ce temps, l’AMF d’un côté, et un collectif de politologues, de l’autre, ont chacun pris la plume pour demander a minima la réécriture de la circulaire par la Place Beauvau."
"Quelle sera l’issue de la polémique croissante sur la circulaire adressée par le ministère de l’Intérieur aux préfets sur le nuançage des candidats aux élections municipales ? Bien malin qui pourrait prédire le sort du texte de Christophe Castaner. Toujours est-il que la prochaine étape a été retardée de cinq jours : initialement prévue le 24 janvier, l’audience que devait accorder le Conseil d’Etat au député Damien Abad et à deux autres élus LR sur leurs recours a été reportée au 29 janvier. « Nous apprenons que le Conseil d’Etat, devant le sérieux du recours que j’ai initié contre la circulaire Castaner avec deux élus locaux de l’Ain, a décidé de passer en formation collégiale, composée de plusieurs magistrats », a même précisé le député de l’Ain sur son fil twitter." [ http://www.courrierdesmaires.fr/ ]

L’AMF propose une modification de la circulaire 2020 relative à l’attribution des nuances politiques. Lire le communiqué de presse...
Le Conseil d'État retoque cette fois la circulaire CASTANER ce qui est un camouflet pour le Ministre de l'Intérieur
. Il a suspendu trois dispositions de la circulaire Castaner, qui ordonnait aux Préfets de ne pas attribuer de couleur politique aux listes et candidats qui se présentent dans les communes de moins de 9 000 habitants, rapporte Le Figaro. Et le Député Damien ABAD ( LR) de déclarer :" C'est un revers pour Christophe Castaner et une victoire pour la démocratie et la France des Territoires. » « Grâce à la mobilisation des Républicains, le Conseil d'État suspend l'application des dispositions de la circulaire Castaner qui n’étaient rien d’autre qu’une sombre manœuvre électorale de LREM. Une belle victoire pour la démocratie ! », a renchéri Christian JACOB. « Succès pour le recours des Républicains contre cette manœuvre politique ! Ravie que le Conseil d'État suspende enfin la circulaire Castaner qui menaçait de profondément camoufler les résultats de LREM lors des municipales », a également savouré la Député Valérie BOYER. 

Les préfets n'attribueront plus de nuance politique aux candidats dans les communes de moins de 9000 habitants. Une volonté de rendre "plus lisible" les résultats.
L'exécutif évoque un souci de précision, l'opposition dénonce une manoeuvre politique. Les préfets n'attribueront plus de nuance politique aux candidats dans les communes de moins de 9000 habitants, pour les élections municipales de mars, a annoncé Christophe CASTANER dans un courrier adressé au Président de l'Association des Maires ruraux. 
Autrement dit, dans les petites communes, les candidats n'auront plus de couleur politique. 

"Selon le baromètre politique d’Odoxa du mois de janvier, La République en Marche (LaReM) n’est créditée que de 18 % d’intentions de vote au niveau national pour les élections municipales des 15 et 22 mars.
64 % des Français continuent de considérer Emmanuel MACRON comme un mauvais Président."
"Selon Gaël Sliman, le président d’Odoxa, les Français sont tentés de se servir des municipales pour sanctionner le gouvernement. Ainsi 30 % d’entre eux déclarent vouloir voter en fonction d’enjeux nationaux, pour sanctionner Emmanuel Macron et le gouvernement en place."
"Un tel état d’esprit risque fort de condamner le parti présidentiel à un résultat national assez médiocre. Il y aura, non seulement, peu de conquêtes de nouvelles villes, mais aussi de grandes difficultés à maintenir des élus autrefois PS ou LR ayant rallié la Macronie."
 
La République en marche n’est créditée que de 18 % d’intentions de vote au niveau national. Soit un recul de quatre points par rapport aux Européennes et de 6 par rapport à la présidentielle.  Il ne pourra compter que sur des triangulaires et quadrangulaires pour remporter des mairies au second tour. 
"Avec 14 % d’intentions de vote, le 
Rassemblement national pourrait tripler son score de 2014. Les Verts et LR sont, eux, crédités de 13, 5 % d’intentions de vote : Un score absolument historique pour les écologistes aux municipales. Le PS, lui, n’est crédité que de seulement 11 % d’intentions de vote. La France insoumise de 7 %."
"En cas d’accord avec le PS ou avec la France insoumise, la gauche plurielle sous la bannière écologiste pourrait bien réussir un joli coup en mars prochain." [ www.ouest-france.fr ]

Nicolas DUPONT-AIGNAN veut une "Primaire" souverainiste avec Marine LE PEN et Éric ZEMMOUR. En clair,, il souhaite 
l’organisation d’une primaire allant de Marine LE PEN, Florian PHILIPPOT et François ASSELINEAU à des personnalités de la société civile comme Eric ZEMMOUR ou Natacha POLONY. Il ne veut pas d'un second duel MACRON/LE PEN. 

Par ailleurs, 69 % des Français pensent qu'Émmanuel MACRON ne sera pas réélu en 2022 s’il se présente, selon BFMTV.
Selon un sondage récent, 65 % des Français se disent « mécontents » de l’action d’Emmanuel MACRON à mi-mandat.

    Rechercher

  •  
  •