A C T U A L I T E S
  12-02-2020  FAUT-IL, EN FRANCE, ENFOUIR LE RÉSEAU ÉLECTRIQUE ? LA QUESTION EST POSÉE PAR FRANCE INFO...

                          


Faut-il enfouir le réseau électrique en France ? C'est la question que pose France Info. Et que finalement beaucoup d'usagers se posent aussi !
En effet à chaque tempête 
les usagers et surtout habitants en milieu rural sont impactés et parfois gravement par les dommages causés par les tempêtes hivernales.
 
"Combien de Français sont régulièrement privés d'électricité à cause des intempéries. Le chiffre est éloquent.
Toujours selon France Info, 980 000 Français ont été privés d'électricité ces 12 derniers mois ! De nombreux Français demandent l'enfouissement des câbles électriques. En termes d'enfouissement, la France est loin de certains pays voisins Européens."
"Elle a enfoui 47 % de ses lignes basse tension, contre 89 % en Allemagne ou 100 % pour les Pays-Bas.
Principal problème : enfouir une ligne coûte en moyenne 4 à 8 fois plus d'argent."En France, la majorité des lignes électriques sont encore aériennes ; et cela, malgré les efforts effectués depuis 1999 et sa fameuse et maudite tempête du siècle. À chaque période de tempête les coupures de courant massives raniment la question  de l'enfouissement du réseau électrique.
 
Il est clair que l'enfouissement des câbles électriques a ses avantages. Beaucoup pensent que si cette solution était accélérée, les lendemains de tempête seraient moins problématiques. Les lignes résistent mieux aux chutes d'arbres, aux tempêtes, ainsi qu'aux enneigements importants. Sans oublier que le coût de l'entretien des installations électriques s'avère moins coûteux que celui des installation aériennes.
L'enfouissement du réseau électrique n'est cependant pas la solution parfaite car la réparation du câble électrique souterrain n'est pas évidente si on compare avec les câbles aériens.
Chez nos voisins, l'Allemagne et la Grande Bretagne sont indéniablement les plus avancés en termes d'enfouissement des lignes électriques. 
La France a fait des efforts après la terrible tempête de 1999, "
Lothar" et "Martin". En deux jours de la fin de l’année 1999, deux tempêtes fauchent le pays  où des milliers de foyers ont eu le courant coupé.
Aujourd'hui 95 % des nouvelles lignes lignes moyenne tension et 100 % pour le réseau basse tension.
Les lignes à haute tension et très haute tension, sont quant à elles trop nombreuses et trop onéreuses, et trop compliquées à enfouir.
 
En Europe, le Danemark, est le champion de l’enfouissement des lignes électriques, avec 23 % de lignes à haute et très haute tension qui sont désormais sous terre. Un résultat obtenu notamment avec le raccordement des nouveaux parcs éoliens en mer. Les Pays-Bas arrivent en seconde position avec 10% des lignes électriques.
 

Quelques 100 milliards d'Euros seraient nécessaires pour enterrer la totalité du réseau souterrain en France. 
Les lignes enfouies ont pour autre avantage de ne pas être à la merci des intempéries.
Toutefois, les inondations restent problématiques. De plus, aujourd’hui, la France possède plus de 100 000 kilomètres de lignes aériennes à haute et très haute tension. Ambitionner d’enterrer tout ce réseau reviendrait à faire exploser la facture d’électricité.


Le Maire de Pau François BAYROU vient de réagir à ce sujet. Selon lui, "il
 faut traiter d’urgence l’enfouissement des lignes électriques". 
Un enfouissement de l'ensemble des lignes (1,3 million de kilomètres) «reviendrait à peu près à 100 milliards d'euros», selon ERDF, filiale d’EDF responsable de l’enfouissement, et son Directeur général Bernard LASSUS.
"Il est impossible qu’on en reste là, avec un pays qui se trouve paralysé pour huit à dix jours lorsqu’il y a une tempête, ce qui après tout est un événement météorologique normal», a déclaré sur France Info le député des Pyrénées-Atlantiques, un des départements du sud-ouest touchés par la tempête. «La question de l’enfouissement des lignes doit être traitée d’urgence», a-t-il ajouté. Selon lui, il est «inimaginable qu’un pays soit aussi vulnérable que le nôtre l’est à un coup de vent ou à une chute de neige".

"Je n’arrive pas à imaginer qu’un pays comme le nôtre, dont les technologies et les entreprises sont à ce point en pointe, soit incapable de traiter un problème aussi simple", a-t-il insisté, se disant "sûr qu’il existe aujourd’hui des méthodes pour enfouir des lignes qui coûtent moins cher que ce qu’on nous annonce".

François Bayrou n’est pas le seul à rebondir politiquement sur la tempête. Roger KAROUTCHI, en pleine campagne interne face à Valérie PÉCRESSE pour l’investiture UMP en vue des régionales en Ile-de-France, avait proposé que le Conseil régional verse «une subvention exceptionnelle de 500.000 euros» au conseil régional d’Aquitaine ou directement aux associations, en solidarité avec «les sinistrés de la tempête du Sud-Ouest».

Nicolas SARKOZY lui-même s'est empressé d'aller sur le terrain se rendre compte des dégâts, retrouvant ses habitudes de Ministre de l’Intérieur, quand il multipliait les déplacements avant tout médiatiques. Une mobilisation de l’appareil d’Etat contre la tempête, avant une autre tempête jeudi sociale celle là, aux effets potentiellement plus dévastateurs pour le pouvoir. (Libération : www.liberation.fr]

Alors on peut se poser la question : pourquoi la France a autant de retard en termes d'enfouissement de ses lignes électriques par rapport à ses voisins européens comme le Danemark, l'Allemagne, la Grande-Bretagne ou les Pays-Bas ?
ERDF responsable de l'enfouissement des lignes électriques en France ne fait-il pas un blocage, prétextant que
son coût est élevé ? 

      

    Rechercher

  •  
  •