A C T U A L I T E S
  19-03-2020  LE SCANDALE SANITAIRE DE LA PÉNURIE DE MASQUES DE PROTECTION en FRANCE

Mais où sont donc passés les masques de protection ??? Un scandale sanitaire d'État ! Tous les SOIGNANTS, prioritaires en attendent, certains toujours ! Mais des PARTICULIERS aussi en auraient besoin !

Des médecins généralistes poussent un grand coup de "gueule" et dénoncent ce scandale sanitaire de pénurie de masques. Dr Jean-Paul HAMON, Dr Jérôme MARTY...et d'autres...Le Dr MARTY, généraliste, exerce à Fronton en Haute-Garonne. Il veut défendre tous les soignants, confrontés dans leurs gestes quotidiens au Covid-19.

L'énorme coup de gueule du Docteur Jérôme MARTY, Président de l'UFML - Union française pour une médecine libre - dans la matinale de CNews. Le médecin estime que l'on ne protège pas la population de ce virus : "Où sont les masques pour la population ? Où est le gel hydroalcoolique ? On demande aux gens de se protéger mais on ne leur donne pas les moyens. Comment est-il possible que dans un pays comme la France, on ne puisse pas donner des masques à la population ? Comment laisse-t-on les gens dans les transports en commun sans masque ? "Un peu plus tard dans la matinée le Dr Jérôme Marty a demandé la démission du Directeur Général de la Santé, Jérôme SALOMON, estimant que ses décisions n'étaient pas à la hauteur de la situation. 
close
volume_off
 

Dix millions de masques de protection ont été mis à disposition des médecins généralistes par le Ministère de la Santé. Pour certains médecins, ces masques ne sont pas les bons : ils réclament des masques de type FFP2.
À l'instar des gels hydro-alcooliques, les pharmacies sont en rupture de stock de masques de protection.
Une urgence pour les généralistes et spécialistes qui n’ont pas encore reçu ces masques et qui alertent depuis plusieurs jours sur les conséquences dramatiques de cette lenteur. "C’est lamentable, on envoie les soignants au casse-pipe sans protection", s’énerve Jean-Paul HAMON, généraliste à Clamart (Hauts-de-Seine) et président de la Fédération des médecins de France. 
Des médecins généralistes (3) ont même attaqué l'État afin d'obtenir de meilleurs masques de protection.

Normalement, les libéraux devaient recevoir des lots pour avoir trois masques FFP2 par jour et par médecin depuis longtemps. « Ce mardi, on ne voit pas le bout de la queue d’un masque !, tempête Jean-Paul HAMON. Au cabinet, on n’en a quasiment plus. Et on est deux médecins contaminés sur cinq, je suis positif depuis lundi.
Jean-Paul HAMON ne cache pas sa colère. « Les libéraux, comme les hospitaliers, n’ont pas reçu les protections adéquates. Les masques chirurgicaux sont disponibles, mais ce sont des passoires. Cela ne protège que les personnes autour de vous quand vous toussez, ça ne protège pas le porteur de masque. Si vous suturez un visage, si vous êtes ORL, dentiste, c’est nettement insuffisant. Ils n’ont pas commandé et pas envoyé à temps ces protections." 
Un initiative encourageante, les tissages de Charlieu ont lancé ce mardi 17 mars la fabrication de masques en tissu réutilisables. Lundi, une des entreprises des Tissages de Charlieu, Indispensac, estimait pouvoir produire jusqu’à 100.000 masques par jour. Une entreprise située dans le département de la Loire. Les Tissages de Charlieu sont prêts à produire 100 000 masques en tissu lavables dans leur usine de Charlieu. Et à transmettre leur procédé à d’autres fabricants pour le produire en plus grand nombre.

        


      
Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, des masques chirurgicaux sont vendus trois à dix fois plus chers que leur prix normal dans certaines pharmacies parisiennes. Sur Internet, les prix augmentent de 150%. La spéculation sur les masques, une honte nationale ! Le masque chirurgical coûte environ 30 centimes d'euros, le masque FFP2 14 € environ.
 
         
                                        
Face à cette pénurie, "plusieurs millions" de masques de protection devraient être livrés, au plus tard ce jeudi 19 mars, dans les hôpitaux et les pharmacies, a fait savoir le Gouvernement.
Invité dans la matinale d'Europe 1 ce mercredi 18 mars, Xavier BERTRAND a fait part de son indignation : "Qu'il y ait des... J'allais utiliser un mot... Des salopards, qui volent des masques aujourd'hui, qu'il y ait un camion rempli de masques qui se fasse braquer, comme dans un hold-up... Non mais attendez, on ne va pas se lancer dans une sorte de trafic, ou autre ?!", a réagi le Président de la région des Hauts-de-France. 

Le gouvernement a annoncé la réquisition des masques via un décret du 4 mars 2020 publié au Journal officiel. Les stocks de masques de protection sont ainsi réservés aux professionnels de santé et aux patients malades jusqu'au 31 mai 2020, annonce ce décret. Sont concernés tous les masques de protection de type FFP2, mais aussi les masques chirurgicaux nommés "anti-projections".
Il est toutefois possible de se procurer des masques de protection en pharmacie mais uniquement sur ordonnance d'un médecin. Les pharmacies sont prévenues et ne doivent délivrer des masques qu'à des "gens qui sont contaminés ou susceptibles fortement d’être contaminés" ainsi qu’aux "personnels de santé qui sont beaucoup confrontés à des gens potentiellement malades", a expliqué la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye le 4 mars 2020. 

Geneviève CHÊNE, Directrice générale de l'agence sanitaire Santé publique France, s'est exprimée sur France Info ce jeudi 19 mars. Elle estime qu'il faudra attendre "entre 2 et 4 semaines" pour observer une éventuelle décrue dans la dynamique de l'épidémie. Et elle ajoute que la prolongation de la période de confinement sera "très vraisemblablement nécessaire", alors que la période aujourd'hui établie par le gouvernement est de 15 jours. "L'adhésion de chacun aux mesures barrières et de confinement" est indispensable pour faire reculer la maladie a-t-elle rappelé.
Ce jeudi, le Ministre de l'Intérieur s'est agacé : "Il y a des gens qui pensent qu'ils sont des héros modernes à enfreindre la règle alors qu'ils sont des imbéciles". 

Le Gouvernement souhaite de son côté pouvoir instaurer l'"état d'urgence sanitaire", ce qui lui permettrait de restreindre officiellement certaines libertés. Dès à présent, les personnes sortant de chez elles sans raison valable s'exposent désormais à une amende de 135 euros. Et les policiers ont pour consigne de verbaliser les contrevenants avec autorité.
Le Premier ministre a par ailleurs fait savoir qu'il était interdit de se rendre à des obsèques si la personne décédée ne figure pas dans le cercle très proche. Les funérailles sont limitées aux rassemblements de 20 personnes. En ce qui concerne l'automédication : les pharmacies ont reçu pour consigne de ne pas vendre plus d'une ou deux boîtes de paracétamol par personne, sauf en cas de nécessité manifeste.

Mais le Gouvernement actuel n’est pas le seul à être remis en question. Olivier VÉRAN a reconnu en effet le 3 mars dernier qu’il n’existait aucun stock de masques FFP2, pourtant demandés par la population et en premier lieu par les soignants pour se protéger de la contamination. Une situation qui a obligé le Gouvernement à réquisitionner tous les stocks de masques privés, de recourir à des achats et une fabrication dignes d’un effort de guerre, sans compter l’envoi par la Chine d’1 million de masques récemment.
 Le Figaro indique pourtant que 600 millions de ces masques, ainsi qu'un milliard de masques chirurgicaux étaient auparavant stockés par l’Etat. Ce stock aurait disparu selon le journal à cause d’un changement de politique ou de « doctrine » entre 2011 et 2015. 

Cette pénurie de masques a été cachée par le Gouvernement. Et quand les autorités sanitaires gouvernementales sont interrogées ils répondent que les masques sont inutiles. C'est un mensonge ! Ce n'est pas vrai ! C'est simplement parce qu'il n'y a pas suffisamment de masques.
Les masques de protection ont toujours été utiles depuis de nombreuses décennies, en commençant par les professionnels de santé.
Et bien sûr il n'y en pas suffisamment pour les Policiers et Gendarmes, et même les Pompiers ou les Éboueurs qui en réclament à leur tour, actuellement, avec les nombreux contrôles qu'ils effectuent quotidiennement. Ils sont par conséquent exposés, au risque d'être contaminés par une personne... Les autorités sanitaires et les professionnels de Santé réclament maintenant une généralisation du port du masque pour tout le monde.
Des chefs de Service appelle au civisme et implorent les gens de rester chez eux, de manière à ne pas saturer, et engorger les Hôpitaux et les SAMU... 
Marine LE PEN, la Présidente du Rassemblement national, était l'invitée d'Europe 1 lundi. Elle est revenue sur la pénurie de masques à laquelle fait face la France, en pleine épidémie de coronavirus et alors que les soignants alertent sur leurs conditions de travail et de protection. Selon elle, il y a eu "deux problèmes : le choix politique de la suppression des stocks, mais également la délocalisation massive de nos capacités de production". 
La présidente du Rassemblement national a assuré que l'opposition n'avait pas eu connaissance de la réduction des stocks de masques. "On n'avait pas la connaissance de cela. L'Eprus (établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires) a été supprimé en 2016, or cette structure qui était là pour informer les décideurs s'occupait du renouvellement d'urgence du stock de masques".

"Alors que la France cherche désespérément des masques pour équiper ses personnels de santé, Emmanuel MACRON cible les choix de son prédécesseurs, François HOLLANDE, et de son gouvernement, responsables à ses yeux de la pénurie actuelle.
E
n 2011, il y avait près d’un milliard et demi de masques : 600 millions de masques FFP2 (pour les professionnels de santé) et 800 millions de masques chirurgicaux (pour toutes les autres professions en contact avec le public : chauffeurs de bus, policiers, caissières, éboueurs...). Cette année-là, Xavier BERTRAND est Ministre de la Santé, et la France possède le plus gros stock au monde. 
En 2012, François Hollande s’installe à l’Élysée. Marisol TOURAINE est nommée à la Santé. Et en 2013, le 16 mai exactement, le Secrétariat général de La Défense et de la Sécurité nationale change la doctrine pour la protection des travailleurs. Tout bascule à ce moment là.  Le Gouvernement de Jean-Marc AYRAULT décide alors que l’Etat ne s’occupera plus que des masques fpp2 pour les professionnels hospitaliers, et qu’il abandonnera la gestion des autres masques chirurgicaux aux employeurs des autres professions en contact avec le public. C’est ce qui est écrit dans un rapport du sénateur Francis DELATRE. Au fil des années, le stock stratégique a été utilisé sans avoir été renouvelé. C’est ce qui explique le manque cruel de masques et la panique politique.
Aujourd’hui Emmanuel Macron tente d'éteindre l'incendie allumé, et en privé il cible son prédécesseur, en soulignant qu’il est le premier Président à s’occuper des masques, une pierre dans le jardin de François Hollande." [par Michaël DARMON EUROPE 1]

    Rechercher

  •  
  •