A C T U A L I T E S
  19-03-2020  LE TEST DE DÉPISTAGE DU CORONAVIRUS dû au COVID-19

C'est l'excellent site Internet "DOCTISSIMO" qui nous donne la réponse la plus pointue. Ce site Web est consacré à la SANTÉ et au BIEN-ÊTRE. Ce site est l'un des plus importants en terme d'audience.

"
Devant l’augmentation du nombre de cas, la recherche systématique de contacts est devenue inutile" indique le ministère de la Santé. "Tester tous les patients présentant des symptômes conduirait à saturer la filière de dépistage alors que pour les cas graves et les structures collectives de personnes fragiles, le dépistage permet toujours de prendre des mesures immédiates". Ainsi, le test diagnostique du coronavirus ne sera plus réalisé systématiquement et sera destiné en priorité à "quatre types de populations".

Le premier type de population concerne les personnes dites fragiles, qui présentent des symptômes évocateurs de COVID-19 et qui risquent de développer des complications. Il s'agit : Des personnes âgées de 70 ans et plus
 ; 

Des patients avec des
 antécédents cardiovasculaires (hypertension, AVC, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque...) ; 
Des diabétiques insulinodépendants "non équilibrés ou qui présentent des complications secondaires à leur pathologie" ; 
Les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire ; 
Les malades atteints de cirrhose au stade B au moins ;
Les patients qui présentent une insuffisance rénale chronique dialysée ; 
Les patients avec une immunodépression (notamment en cas de chimiothérapie, biothérapie, infection à VIH, consécutive à une greffe d'organe, ou présentant un cancer métastasé...) ;
Les femmes enceintes ; 
Les personnes présentant une obésité morbide

Voici les trois autres types de populations 
prioritaires au test du coronavirus : 

Les deux 
premières personnes qui présentent des symptômes évocateurs du virus dans les structures médico-sociales (maison de retraites, structures collectives qui hébergent des personnes vulnérables...) afin de prendre des mesures immédiates pour éviter une éventuelle transmission ; 
Les personnes hospitalisées qui présentent des symptômes évocateurs du coronavirus pour comprendre l'évolution de l'état du patient et éviter les transmissions ; 
Les professionnels de santé qui présentent des symptômes évocateurs. 
Si le gouvernement souhaite privilégier le confinement plutôt que le test de dépistage, l' Organisation Mondiale de la Santé (OMS), elle, semble être en désaccord. Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'OMS, s'est exprimé lundi 16 mars lors d'une conférence de presse à Genève, rapporte le Parisien.

Il évoquait 
"une crise sanitaire mondiale majeure de notre époque", avant d'annoncer : "nous avons un message simple à tous les pays : testez, testez, testez les gens !" D'après lui, tous les cas suspects doivent subir un dépistage sauf ceux ayant des formes légères du Coronavirus : "nul ne peut combattre un incendie les yeux bandés" a-t-il déclaré. 

Comment se déroule la prise en charge en cas de suspicion de contamination ?
En cas de toux, de fièvre et de difficultés respiratoires, il faut appeler son médecin traitant ou un médecin par téléconsultation. Il est possible d'appeler le 15 seulement en cas de difficultés respiratoires ou de malaise. 
Les patients qui ne sont pas concernés par le test de dépistage seront diagnostiqués COVID-19 sur les signes cliniques par un médecin
Pour les personnes concernées, il y a plusieurs possibilités de tests. Les patients diagnostiqués à l'hôpital ou avec des signes de gravité feront des tests dans les hôpitaux. Les personnes qui répondent aux critères de dépistage peuvent être testées dans les laboratoires en ville, après contact avec un médecin traitant et prescription médicale. Les prélèvements seront réalisés à domicile.

"
Il ne faut en aucun cas se rendre directement dans les laboratoires de biologie, mais les appeler au préalable et seulement si on a une prescription médicale, car il existe un grand risque de contaminer d'autres malades notamment les plus fragiles" 
met en garde le ministère de la Santé. 

Selon 
20 minutes, le coût d'un test dans les laboratoires de villes s'élèvera à 54 euros, remboursable à hauteur de 60%, les 40% restant seront pris en charge par les mutuelles. Le patient ne se déplacera pas pour obtenir les résultats, il sera informé par le médecin. 

UN PRÉLÈVEMENT NASOPHARYNGÉ

Le test est un prélèvement nasopharyngé dans la partie haute du nez à l'aide d'un long coton-tige. L'échantillon de cellules nasales profondes est envoyé à un laboratoire équipé en tests de diagnostic. La mise en place du test permet de savoir si la substance prélevée est chargée en virus ou non. Le résultat est obtenu au bout de 3 à 5 heures
Il s’agit d’un prélèvement nasal totalement indolore à l’aide d’une sorte de coton-tige. Le prélèvement sera ensuite acheminé au CHU de Bordeaux, en ce qui concerne notre région Nouvelle-Aquitaine, pour analyse et confirmation ou non de la présence du virus COVID-19. L’équipe soignante de l'Hôpital communiquera directement les résultats positifs aux personnes prélevées, dans le respect du secret médical.

Des 
tests rapides ont été développés en Chine par une entreprise d'après le compte Twitter certifié de l'ambassade de Chine en France. Ces petites bandelettes permettent de détecter la présence du virus en 15 minutes, seulement grâce à une goutte de sang prélevé du doigt. Ces tests pourraient bientôt être disponibles sur le marché Chinois.

Il y aurait eu, selon le DGS Jérôme SALOMON (au 19/03/2020), au total 50 000 dépistages réalisés en France.  

Peut-on être infecté sans présenter des symptômes ?
 Oui et c’est bien toute la difficulté des autorités sanitaires pour enrayer l’épidémie. Le 10 mars, Olivier Véran, le Ministre de la Santé, expliquait que "80% des gens ne font pas ou peu de symptômes, donc c’est un virus qui est asymptômatique ou bénin chez l’immense majorité des Français."
Fièvre, fatigue, courbatures, toux... Les symptômes du nouveau coronavirus semblent similaires à ceux de la grippe. Comment faire la différence ? Quand faut-il s’inquiéter ? Doctissimo fait le point. 

    Rechercher

  •  
  •